Dolay chaussures : l’histoire continue

[Entrepreneurs en Anjou] #8


Rédigé par Laurent BELLANGER - Angers, le 11/09/2015 - 07:10 / modifié le 08/10/2015 - 16:25


C'est la rentrée d'Entrepreneurs en Anjou, le rendez-vous économique vidéo mensuel d'Angers Mag, proposé en partenariat avec la Chambre de commerce et d'industrie du Maine-et-Loire. Gros plan ce vendredi sur l'aventure commerçante de la famille Dolay, entre marchés traditionnels, dépôt-vente et nouvelle boutique à Angers.



Colette, Michel et Karine Dolay dans leur boutique de la rue Saint-Etienne à Angers.
Colette, Michel et Karine Dolay dans leur boutique de la rue Saint-Etienne à Angers.
la rédaction vous conseille
C’est une histoire de famille. Qui débute après-guerre, en 1947, quand le grand-père Dolay décide de sillonner les routes des Mauges avec bicyclette et carriole pour acheter des sabots dans les petites fabriques des villages alentours et les revendre aux agriculteurs du coin. De ce passé, Michel, l’un des 7 enfants de la famille, a gardé le goût du contact direct et de la proximité.
 
En 1977, c’est lui qui reprend l’affaire poursuivant l’aventure de la vente de chaussures sur les marchés. Rapidement, Michel Dolay décide de multiplier ses capacités de vente en ouvrant tout d’abord son dépôt de Denée à la clientèle, puis en créant une boutique à Chalonnes-sur-Loire tenue par sa femme.
 
Depuis, le petit dépôt-vente de Denée a grandi et déménagé, en 2003, à Rochefort-sur-Loire. La boutique de Chalonnes a fermé ses portes en 2007 mais un nouveau magasin s’est ouvert en avril 2014 dans le centre d’Angers, rue Saint-Etienne. Surtout, les deux enfants de Michel et Colette ont, à leur tour, mis les pieds dans l’entreprise familiale : Karine, la fille, a repris la partie gestion et comptabilité de ce qui est devenue une holding, et Sébastien, le fils, s’occupe de la marchandise.
 
Quant aux parents, difficile pour eux d’imaginer la vie d’après, sans les clients et sans les contacts avec les fournisseurs : Colette est toujours là pour conseiller les acheteurs dans la boutique d’Angers, et Michel continue d’arpenter les marchés 6 jours par semaine.
 













Angers Mag















Angers Mag : #Angers Le directeur de Keolis Angers a été licencié pour fautes graves https://t.co/n6HJqX081U
Lundi 5 Décembre - 15:10
Angers Mag : Keolis Angers : Christophe Reineri a été licencié pour fautes graves: Trois semaines... https://t.co/d3ujV5hSiJ https://t.co/cPMN0twREP
Lundi 5 Décembre - 15:01
Angers Mag : Orphée aux enfers, mais aussi au Quai: Entretien croisé avec Jean-Paul Davois (directeur... https://t.co/NJjZLJnXMH https://t.co/pTRfJd77AD
Lundi 5 Décembre - 08:00
Angers Mag : Enseignement, quand l'instruction se "fait maison": Depuis trois ans, Barbara a décidé... https://t.co/2EbbolDZYe https://t.co/q2lbjICkRQ
Lundi 5 Décembre - 07:20


cookieassistant.com