Droite et centre : les visages du renouveau (2)

QUELLE VOIE POUR LA DROITE ET LE CENTRE ? #3


Rédigé par Rédaction Angers Mag - Angers, le 24/02/2016 - 12:00 / modifié le 29/02/2016 - 08:47


Les dernières élections les ont vus gagner du galon. Accédant à de premières fonctions pour les uns ou à des responsabilités plus importantes pour les autres, ils incarnent le renouveau de la droite angevine. Mais quelles convictions portent leurs engagements ? Et comment comptent-ils réenchanter la responsabilité politique face à la défiance des citoyens ?



Florian Santinho (UDI), Véronique Maillet (Les Républicains), Roch Brancour (Les Républicains)
Florian Santinho (UDI), Véronique Maillet (Les Républicains), Roch Brancour (Les Républicains)
la rédaction vous conseille
Florian Santinho
UDI, 25 ans
Adjoint au maire d’Angers en charge de la jeunesse

 
« Je suis convaincu que c’est la fin des partis politiques, en tout cas dans la manière dont ils fonctionnent actuellement, notamment au sein de ma propre famille. Je viens du milieu associatif et j’ai toujours appris à composer avec les règles du jeu pour pouvoir, de l’intérieur, redonner du sens au débat et à l’échange. Je considère que ce n’est pas assez le cas au sein de l’UDI, dans le département. Il y a besoin de renouveau, de changement : je n’ai pas le sentiment que la candidature de Michel Piron à la présidence de l’UDI 49 suscite un engouement particulier, ni, plus généralement, que le pays se porte mieux depuis que les mêmes hommes sont à la tête des mêmes partis depuis 20 ans.
"Je n’ai pas le sentiment que la candidature de Michel Piron à la présidence de l’UDI 49 suscite un engouement particulier, ni, plus généralement, que le pays se porte mieux depuis que les mêmes hommes sont à la tête des mêmes partis depuis 20 ans"

Il y a tout à construire, y compris chez Les Républicains. Suis-je candidat à la présidence de mon parti ? Si c’est le cas, ce sera dans l’intérêt de ma famille politique… Ce que je souhaite, c’est que le centre existe sur un territoire centriste, et soit capable d’un partenariat sain. Le premier travail à mener est avec le MoDem, avec qui nous avons des liens d’amitié. Ensuite, avec Les Républicains : « L’amour n’est possible que quand vous avez du poids ». Il faut se retrouver autour des valeurs d’humanisme, de République et de laïcité, et arrêter de tout faire en fonction de l’élection présidentielle. »
 
Véronique Maillet
Les Républicains, 51 ans
Maire de Bouchemaine, vice-présidente de la Communauté urbaine, en charge du tourisme

 
« Je ne ressens pas la défiance du politique, peut-être parce que je suis une élue locale d’une commune de 1ere couronne. Je reçois tous les samedis sans RV des gens qui croient en la capacité du maire à changer des choses. J’ai constitué mon équipe avec des personnes de qualité et d’horizons très divers, qui voulaient servir, point. Il n’y a pas eu d’investiture même si nous nous sommes affichés comme étant de la droite et du centre, une tradition ligérienne dans laquelle je m’inscris. J’ai adhéré à l’UMP, un ou deux ans avant l’arrivée de Nicolas Sarkozy. Sa personnalité m’intéressait mais il n’a pas réussi à rassembler et, au contraire, il est devenu beaucoup trop clivant.
"​Je crois que les jeunes attendent avant tout aujourd’hui des responsables politiques de l’efficacité et du pragmatisme"

Je crois que les jeunes attendent avant tout aujourd’hui des responsables politiques de l’efficacité et du pragmatisme : qu’est que vous pouvez faire pour améliorer une situation donnée ? Ils sont dans le concret. Pour moi, les partis restent essentiels pour faire vivre la démocratie. Ils permettent de préparer les élections mais ce sont aussi des lieux de débats. Marc Laffineur m’a beaucoup apporté de par son expertise au sein d’une fédération que je trouve dynamique. Un mandat national ? La question ne se pose pas, mon ambition est pour Bouchemaine et l’agglomération à laquelle je consacre 200% de mon temps. Je savais que la fonction serait chronophage, ma surprise a été de découvrir le poids de la gestion des ressources humaines. On est à la tête d’une vraie petite entreprise qui demande beaucoup d’attention pour les hommes et femmes qui y travaillent. »
 
Roch Brancour
Les Républicains, 42 ans
Adjoint au maire d’Angers en charge de l’urbanisme, vice-président du Conseil régional
 
« Pour moi, la politique est un engagement de service, lié à la quête de construire le bien commun. Mais la crise de défiance est énorme : du jour où vous êtes élu, on vous regarde différemment. J’ai adhéré au RPR quand Philippe Seguin en est devenu le patron (1997), je me retrouvais bien dans son identité politique. J’ai le goût pour les idées et pour la façon dont elles peuvent se traduire dans la vie de la cité. Mais je ne me retrouve pas dans le combat idéologique qu’autoalimentent souvent politiques et médias dans un jeu un peu autodestructeur. Le propre de l’idéologie, c’est de nier le réel.
"Je ne me retrouve pas dans le combat idéologique qu’autoalimentent souvent politiques et médias dans un jeu un peu autodestructeur"

Le combat politique ne doit pas être moralisateur. Le mouvement auquel j’appartiens – Sens Commun (1) – est souvent regardé sous cet angle là, mais ce sont ceux qui nous critiquent qui se montrent très souvent moralisateurs. Si le parti n’est plus le pivot unique de la démocratie, son rôle reste prépondérant. Est-ce que je me sens bien au sein des Républicains ? Ca dépend des fois… On est en droit d’y attendre une respiration plus grande, une culture du débat plus développée. L’éducation, l’intégration sont pour moi aussi importants que le libéralisme économique. Je suis un farouche opposant du « laïcisme », car je crois que la négation de notre héritage culturel appauvrit un peu plus encore notre lien social. La dimension spirituelle de l’homme est aussi une réalité, qui se vit individuellement et collectivement. »



















Angers Mag











Angers Mag : Le Bastringue Général, collection automne-hiver à Montreuil-Juigné: A la fois marché de... https://t.co/wSJrT0YxQH https://t.co/uk6Li4S9nu
Jeudi 8 Décembre - 09:22
Angers Mag : Pourra-t-on un jour revendiquer le "droit au bonheur" devant les tribunaux ?: Avec cette... https://t.co/QpibQ65W2u https://t.co/6akmJkPlta
Jeudi 8 Décembre - 07:56
Angers Mag : A Coutures, les maternelles s’activent: Dans sa classe de l’école maternelle publique de... https://t.co/bJ1C27TEZX https://t.co/HH0RAzp80Q
Jeudi 8 Décembre - 07:46
Angers Mag : Au comptoir de Mathilde... et de Catherine: Depuis la fin du mois d'octobre, la rue... https://t.co/wkV9xA1N3F https://t.co/6yuEQFFF5o
Mercredi 7 Décembre - 08:00



cookieassistant.com