Angers Mag Info

Un autre regard sur l'actualité d'Angers et sa région

Document sans nom

Vendredi 28 Novembre 2014







Enseignement public, ils en appellent au préfet


Rédigé par - Le 24/10/2012 - 21:00 / modifié le 24/10/2012 - 23:41


Le service public d'éducation n'est pas assuré partout en Maine-et-Loire. En pleine remobilisation, ses défenseurs viennent de le rappeler au préfet et au ministre de l’Éducation Nationale. Leurs objectifs : faciliter partout sur le département l'inscription des enfants à l'école primaire publique et forcer la décision du Conseil Général pour la construction d'un collège à Beaupréau.



Michel Cartron (Ligue des Droits de l'Homme), Christophe Airaud et Didier Bertin (Snu-Ipp), Zahra Scotet (FCPE), Jack Proult (FOL), Jean-Pierre Curie (FSU) et Guillaume Dupont (FCPE), de gauche à droite
Michel Cartron (Ligue des Droits de l'Homme), Christophe Airaud et Didier Bertin (Snu-Ipp), Zahra Scotet (FCPE), Jack Proult (FOL), Jean-Pierre Curie (FSU) et Guillaume Dupont (FCPE), de gauche à droite
Ils refusent soigneusement de parler de "guerre scolaire". Mais c'est bien un combat de longue haleine que mènent les membres du Collectif Vigilance Laïcité de Maine-et-Loire.

Créé il y a une dizaine d'années par des syndicats d'enseignants (FSU, Snu-Ipp, Unsa Education...) et des organisations attachées à la laïcité (Ligue des droits de l'homme, Francas, Fédération des œuvres laïques...), ce collectif vient de réinterpeller, par écrit, Vincent Peillon, le ministre de l’Éducation Nationale sur le dossier du collège public de Beaupréau.

Lors de la campagne présidentielle, alors qu'il n'était qu'un possible ministrable, celui-ci avait fait part de son soutien total à la mobilisation engagée pour la création de ce collège dans la capitale historique des Mauges. Lettre à l'appui.

"Ils ont pris un engagement. S'ils ne le respectent pas maintenant, ils vont décevoir une partie de la population. C'est leur crédibilité qui est en jeu" indique Christophe Airaud, représentant du Snu-Ipp et animateur du Collectif pour la promotion de l'école publique dans les Mauges.

Contourner Christophe Béchu

Parallèlement, le 16 octobre dernier, lors du Conseil départemental de l'éducation nationale (CDEN) présidé par le nouveau préfet de Maine-et-Loire, François Burdeyron, la plupart des organisations représentées au sein du collectif, ont fait adopter un vœu dans le même sens, demandant au représentant de l'Etat de "mettre en demeure le Conseil Général de procéder à l'inscription de l'opération d'investissement (de ce collège) au programme prévisionnel".

Six mois après l'élection de François Hollande, deux mois après la rentrée scolaire, l'objectif est clair : profiter du changement de gouvernement pour forcer la décision de Christophe Béchu et de l'assemblée départementale, en contournant leurs réticences.

"Sur cette question de l'enseignement public, en cas de défaillance, la loi est claire et autorise l'Etat à se substituer à une commune ou une collectivité défaillante. C'est ce que nous demandons au préfet" précise Jack Proult, le responsable du Collectif Vigilance Laïcité.

En juin 2007, le Conseil Général de Maine-et-Loire avait émis un avis favorable à la construction d'un collège public à Beaupréau, mais sous conditions : que les effectifs des deux collèges publics les plus proches (Montrevault et Saint-Germain-sur-Moine) atteignent 95% de leur capacité et qu’un effectif de 250 élèves soit assuré à terme pour chacun des trois établissements. Ce qui n'a encore jamais véritablement été le cas. Depuis, Christophe Béchu s'y tient mordicus, ce qui agace les partisans du collège.

"On sait très bien que c'est un prétexte. Dans les Mauges, les courbes démographiques et les désirs des habitants ont changé. C'est maintenant qu'il faut anticiper" répètent Zahra Scotet (FCPE) et Christophe Ayraud, rappelant que la décision de créer un lycée public à Beaupréau a elle été prise par le Conseil régional et sera honorée logiquement à la rentrée 2015.

Ouvrir les registres d'inscription partout

Mais les défenseurs de l'enseignement public ne se focalisent pas que sur ce dossier. Dans un autre vœu présenté lors du CDEN du 16 octobre, ils ont demandé aussi au préfet d'intervenir auprès des maires récalcitrants pour "faciliter l'inscription des enfants à l'école primaire publique dans tout le Maine-et-Loire".

"83 communes du département n'ont toujours pas d'école publique, rappellent-ils, Et dans ces villages, si les familles ne le demandent pas, les maires rechignent bien souvent à ouvrir les registres d'inscription comme le leurs impose pourtant la loi."

"Dans certains secteurs, c'est encore l'omerta et la pression populaire qui dictent les choix. On estime que 7000 familles en Maine-et-Loire n'ont pas accès à l'école publique et qu'un potentiel de 35 établissements nouveaux pourraient être créés" tonne Guillaume Dupont, le président de la FCPE 49.

Mais en période de rigueur budgétaire, peut-on reprocher à un maire d'y regarder à deux fois ? "Là encore, il s'agit bien souvent d'un prétexte. Et il ne faut pas oublier que s'il ne devait y avoir qu'une école, elle devrait logiquement être publique."

Ce n'est pas la guerre scolaire, mais les défenseurs de l'enseignement privé ne devraient pas manquer d'apprécier...




Journaliste, rédacteur en Chef d'Angers Mag En savoir plus sur cet auteur




Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

6.Posté par méli le 03/11/2012 17:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je suis aussi agacée que laura, est ce que mr Antoine a des enfants en age d'aller au collège???Et peut être que ce mr Antoine a suffisamment de moyens pour les mettre dans l'enseignement catholique, pour ma part, ce n'est pas ce qui me fais le plus mal au coeur, pour mes enfants ce manque de college publique dans ma région veut dire, se lever a 6h30, marcher 15 a 20 minute jusqu’ à l’arrêt de car, monter dans ce dernier qui ne passe qu'une seule fois, tant pis ci ce dernier commencer une heu...

5.Posté par laura le 30/10/2012 18:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Très cher Antoine,
ton commentaire m'agace. As-tu bien réfléchit au coût que représente pour une famille la scolarisation de ses enfants dans le privée faute d'etablissement public ? Pour info, scolariser un enfant au collège privé de Bopro plutôt que dans un collège public (toujours inexistant ) reviendrait à presque 2000 euros pour les 4 années
Dans les Mauges, les familles paient leurs impôts comme ailleurs, pourquoi alors ne peuvent-elles bénéficier des même services ? Peut-être faut-il de...

4.Posté par Bruno le 27/10/2012 20:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Est-il acceptable que dans notre république laïque des milliers de familles soient encore obligées d'envoyer leurs enfants dans une école catholique, faute d'établissement public à proximité?

Est-il normal que des enseignants payés par l'État soient placés sous la direction de l'évêché comme au Moyen-Âge?
Comment une religion dont les pratiquants déclarés représentent 6% de la population possède-t-elle le monopole de l'enseignement dans 83 communes de Maine-et-Loire?

Les habitants des Mauges pai...

3.Posté par chevalier le 27/10/2012 14:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Explication de texte :
"Si les besoins sont couverts" ? manifestement ce n'est pas le cas puisque 80 communes sont privées d'écoles élémentaires, et qu'un canton de 25 000 âmes est privé de collège !! les besoins de la population des Mauges à scolariser ses enfants dans des établissements laïques de proximité ne sont pas couverts, non, loin s'en faut, c'est donc bien la preuve que leur demande est légitime...
""la pression populaire dicte les choix", je me demande quelle dictature il cherche ...

2.Posté par Thierry le 27/10/2012 13:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
le code de l'éducation dit: "La Nation garantit l'égal accès de l'enfant et de l'adulte à l'instruction, à la formation professionnelle et à la culture ; l'organisation de l'enseignement public gratuit et laïque à tous les degrés est un devoir de l'Etat"
Ce n'est pas le cas actuellement le cas, la demande du collectif est donc légitime.

1 2














Angers Mag













Instagram



cookieassistant.com