Eurobasket féminin : le grand jour pour Trélazé


Rédigé par - Angers, le 15/06/2013 - 09:26 / modifié le 18/06/2013 - 22:51


Quatorze mois après la pose de la première pierre, l’Arena Loire, le nouveau temple du sport et de la culture de la région Angevine, accueille comme prévu, la première phase de l'Eurobasket féminin ce week-end. Marc Goua, le député-maire de Trélazé et Sokhna Fournier, la directrice de l'Arena Loire, n’en reviennent pas eux-mêmes.



Sokhna Fournier et Marc Goua dans l'enceinte de l'Arena Loire
Sokhna Fournier et Marc Goua dans l'enceinte de l'Arena Loire
la rédaction vous conseille
Il fallait la pugnacité d’un maire comme Marc Goua pour arriver au bout de ce projet que d’aucuns auraient abandonné avant même de l’avoir commencé. « Ce projet a été mené à son terme malgré les crocs en jambes et les dérobades totales ou partielles de certains financeurs à commencer par l’État », déclarait-il hier soir lors du cocktail de la FIBA en remerciant les instances sportives pour leur « confiance, mais aussi pour la dose d’inconscience collective qu'il fallait pour oser porter ce dossier. Un pari fou, mais un pari tenu ».

Pour l’heure, il savoure le résultat et ne tarit pas d’éloge sur l’architecte et les équipes qui ont travaillé sur ce nouvel équipement qui devrait attirer, n’en doutons pas, les organisateurs de spectacles et compétitions sportives, même s’il risque de faire de l’ombre à sa voisine Amphithéa. Mais ça, c’est une autre histoire.

« Ce challenge gagné est d’autant plus remarquable que ce projet a été porté et mené à terme par une collectivité de taille modeste », ajoutait le maire de Trélazé. Cette justement ce qui a séduit la Fédération française de basket dont le président, Jean-Pierre Siutat, originaire d’un petit village du Lot, a appuyé la candidature de la cité de l’ardoise. « La décentralisation a eu du bon puisqu’elle a permis aux territoires de se réaliser et nous en avons le plus bel exemple ici », expliquait le président, répondant ainsi aux questions de ceux qui se demandent pourquoi l’Eurobasket n’est pas organisé dans les grandes villes. « Nous cherchons une salle digne de ce nom à Paris pour accueillir deux champions de France et nous ne trouvons pas ». De quoi faire pétiller les yeux de Marc Goua.

« Je suis calme c’est ma nature »

Pour Sokhna Fournier, la jeune directrice de l’Aréna Loire, c’est également le grand jour. Diplômée de l’ESTHUA (Université d’Angers) en ingénierie des services et développement touristique, précédemment chargée d’affaire et de l’exploitation commerciale au Centre de congrès d’Angers, c’est pour elle l’aboutissement d’une année de travail acharné. Et pas facile tous les jours.

« Je suis contente d’arriver au bout de ce projet, même si l’on commence très fort », expliquait hier soir Sokhna Fournier, à peine stressée. Souriante et disponible elle répond aux nombreuses sollicitations téléphoniques avec un calme olympien qui en surprend plus d’un. « Je reste calme, c’est ma nature. Ce grand week-end sportif va nous permettre de nous roder, car après on enchaine avec le Festival estival. Cette semaine on a géré au mieux, même si tout est urgent. Mais s’énerver ça ne sert à rien », explique la directrice tout en consultant les textos qui défilent sur ses deux portables.

Arrivée en juillet 2012 alors que le chantier était commencé, Sokhna Fournier a intégré l’équipe de maitrise d'ouvrage sans difficulté. « Je suis arrivée comme force de proposition pour tout ce qui concerne l’aménagement de la salle en amenant un œil événementiel. J’étais là pour finaliser le projet dans le but de l’exploiter demain ».

Et demain c’est justement aujourd’hui et ça n’a pas l’air de bousculer ce petit bout de femme qui navigue très à l’aise au milieu des grands gabarits que sont les basketteuses de l’équipe de France, chacune d’elles lui glissant un sourire ou un salut amical au passage. Première rencontre sportive à 12h30. C’est le grand jour à Trélazé. Sokhna « diplômée no stress » et toute son équipe sont prêtes à assurer « la veille des abords de l’événement », le cœur de la compétition étant assuré par la FFBB et la FIBA.




Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur















Angers Mag