Expo sur la détention : entre "Oui Oui en zonzon" et "Infra rouge"


Rédigé par Cyrille GUERIN - Angers, le Mardi 8 Avril 2014 à 23:00


Dans le cadre des Confluences pénales de l'Ouest 2014 qui traiteront jeudi des rapports entre Justice et prison, une expo se tient jusqu'à mercredi soir au Palais de Justice. Entre travaux de détenus et visuels ultra stylisés, pas simple de se situer. Dans un documentaire d' "Infra Rouge", peut-être ?



Expo sur la détention : entre "Oui Oui en zonzon" et "Infra rouge"
la rédaction vous conseille
"Ouvrez des écoles, vous fermerez des prisons", écrivait Victor Hugo. Voltaire, lui, au nom de sa liberté d'expression chérie qu'un premier ministre trendy a si fièrement défendue en début d'année, est allé plus loin. Estimant qu'"il valait mieux voir un coupable en liberté qu'un innocent en prison". Selon l'idée que chacun.e se fait de l'emprisonnement, de la privation de la libertés - "ah ces taulards, ils ont tout même Canal + !" -, il y a donc le choix entre une phrase bien gentille et pleine de joli bon sens et une autre un peu plus tarabiscotée, un chouille plus complexe.

S'agissant de l'exposition proposée par les Confluences Pénales de l'Ouest visible jusqu'à ce mercredi soir au Palais de Justice puis au Centre des Congrès (jeudi seulement), on opterait plus pour la candeur hugolienne. Non pas qu'en déambulant dans ladite expo, on croule sous l'angélisme, mais on a tout de même le sentiment parfois d'être spectateur d'une série d’œuvres devant laquelle une journée Portes Ouvertes d'un HP ne rougirait pas. Grosso modo, c'est comme si un atelier d'ergo-thérapie dévoilait bien sagement les réalisations de patient.e.s, par exemple, du Césame.

Que voit-on au juste dans ce dédale, par ailleurs un brin désorganisé ? Un peu de tout. Là, deux Joconde pyrogravées. L'une est saumâtre. L'autre baignée de soleil. Ici, une toile à la Keith Harring très inspirée que jouxte une autre plus classique : un bouquet de fleurs entouré de carrés, comme des vitraux métonymiques de l'enfermement. Constamment, on slalome entre réalisme et onirisme. Ainsi ces photos, "clichés" serait plus approprié, exhibant tantôt des cellules aux toilettes cradingues, des mecs musclés et surtatoués - entre De Niro époque "Nerfs à vif" et "Prison break" saison une; tantôt des points de vue emprunts de poésie comme ce type juché sur le bord de la fenêtre lisant. Pour mieux s'évader.

Act Up en prison

Plus amusant, cette photo présentant une table désorganisée où l'on voit, entre autres, "Plus", le magazine des abonné.e.s de Canal. Sur la couverture : Jack Bauer de "24 heures chrono". Car en prison, comme dans tous les lieux de privation de libertés, on devine que le temps doit être long. Une donnée que la cellule rikiki reconstituée par le Génépi, association étudiante œuvrant pour le décloisonnement des prisons et forte de 200 bénévoles, laisse avec sobriété, tout de même, suggérer.

Dans ce simulacre de cellule, privée de lumière, on est un peu plus dans le vif du sujet. Des affiches tapissent les murs. Très informatives, elles indiquent, notamment, au visiteur que "25% de la population souffrent de troubles psychiatriques"; que "le secret médical n'est pas respecté"; qu'"on s'y suicide 7 fois plus que dans le reste de la population". Le tout ponctué de l'épiphore fatale : "En France, en prison". Là, au cœur de ce lieu fictif, on pense à Act Up, à du militantisme sans blahblah. On se remémore également ce sublime documentaire diffusé il y a un an sur France 2 dans sa case "Infra rouge", le fameux "Parloirs".

La prison, comme tout lieu de privation de libertés, ne ressemble ni à une Joconde ou à une charmante composition florale. Mais bien plus à cette femme, seule présence du soit disant sexe faible dans l'expo, qui, un sac à la main, et de dos, rend visite à un.e proche par une météo grise. La taule, l’hôpital psy sont des zones d'ombre, comme le rappelle le Génépi. Les enjoliver n'est rendre service à personne. Pour info et conclure : à Angers, 400 et quelque prisonnier.e.s sont écroué.e.s pour 245 places. C'est tout de suite moins cool.












Angers Mag












Angers Mag : Séance critique : "Ma'Rosa" de Brillante Mendoza: Dans Séance critique, deux fois par... https://t.co/UXYZ0kjrdt https://t.co/JrsEK1vwBv
Samedi 10 Décembre - 11:00
Angers Mag : « Ces pédagogies ne sont pas ignorées »: Et l’Education Nationale ? Quel regard... https://t.co/JnPQWXILNL https://t.co/5glkXOM6T3
Samedi 10 Décembre - 07:45
Angers Mag : #JPEL "Contre le complotisme, on ne peut pas enrayer tout (...) Mais on peut entraîner les cerveaux." 👏👏JB Schmidt… https://t.co/6pn23fJUHD
Vendredi 9 Décembre - 15:01
Angers Mag : L'indépendance, un état d'esprit ? #Angers Mag bien chez soi à la journée de la presse en ligne à Paris. #JPEL https://t.co/EpAgR2dt6N
Vendredi 9 Décembre - 12:17







cookieassistant.com