Festival CIRQUE[S] : Un très bel «Eloge du Poil»


Rédigé par NC - Angers, le 21/02/2010 - 01:06 / modifié le 22/02/2010 - 07:21


Vendredi soir au Quai pour le troisième jour du festival CIRQUE[S], Jeanne Mordoj jouait
le spectacle mis en scène par Pierre Meunier, «Eloge du Poil».



L'Eloge du Poil au Quai - Jeanne Mordoj  dans son personnage de femme à barbe
L'Eloge du Poil au Quai - Jeanne Mordoj dans son personnage de femme à barbe
la rédaction vous conseille
A cette occasion, un gradin en fer à cheval a été installé dans le théâtre 400, avec en son centre une petite scène où la comédienne attend, de dos, que les spectateurs soient installés. «Tout le monde est prêt ? Alors on peut commencer...»

Et là, la révélation. Jeanne Mordoj se déchaine, commençant par danser, le visage caché, sensuelle, et révélant très rapidement ce qui fait sa particularité : sa barbe, une barbe assumée, revendiquée et exhibée fièrement. Le symbole dʼune différence dérangeante quʼelle nous impose à travers son regard transperçant littéralement le spectateur.

Tantôt ventriloque, jongleuse, fakir, lanceuse de couteaux, elle nous transporte dans lʼunivers du cirque voir même de la fête foraine, en nous questionnant sans arrêt sur des thèmes tels que la féminité, mettant en cause le regard de lʼhomme sur la femme à travers le tabou de la pilosité, incarné par sa femme à barbe... Piquante, dérangeante et mystérieuse.

Et nous entrons sans problème dans son monde, venu dʼun autre temps, tout à tour drôle, effrayant et profond, interrogeant sur la vie, la mort, la sensibilité et la chair, révélant le besoin du spectateur de rencontrer le «monstre de foire» pour se retrancher dans sa prétendue normalité.

Jeanne Mordoj dégage une énergie incroyable. Son personnage marche sur un mince fil, penchant par moment vers la sensualité, lʼattirance et la fascination, et dʼun autre vers lʼeffrayant, le répulsif voire le dégoutant. Elle incarne ainsi une forme de marginalisation époustouflante qui nous rend incapable de la ranger dans une case. Elle épouse la folie nécessaire à la réflexion philosophique, comme le burlesque, le léger et une lucidité dérangeante.

lʼEloge du poil est donc avant tout lʼéloge de la différence. «Vous vous demandez comment je suis...ailleurs ?» interroge la comédienne. Elle nous empêche ainsi de nous retrancher dans des gardes-fou, dans la seule chose qui pourrait affaiblir son propos, cʼest à dire la conviction rassurante que nous nʼavons quʼun personnage devant les yeux avec une fausse barbe, et derrière une comédienne rentrant dans le standard, dans les conventions dʼune pilosité «normale» et dʼun discours bien pensant.

Mais ce propos nʼempêche en rien de passer un excellent moment, bien au contraire. Lʼhumour et la vie sont au rendez-vous et on ne peut pas sʼempêcher de sortir de la salle avec un sourire, révélateur du bon moment que lʼon vient de passer.

Il ne manquait que lʼodeur des barbes-à-papa et la saveur des pommes dʼamour pour
asseoir un peu plus cet univers fascinant.

Pour plus de renseignements sur le festival CIRQUE[S] : http://www.lequai-angers.eu ou http://www.t-ok.eu
Réservations au 02.41.22.20.20



















Angers Mag