Festival d’Anjou : La folie Sganarelle de Molière, au Plessis-Macé, le 5 juillet


Rédigé par - Angers, le 05/07/2012 - 07:40 / modifié le 05/07/2012 - 07:47


Le Festival d’Anjou présente ce jeudi 5 Juillet, à 21h 30, au château du Plessis-Macé, dans le cadre du Concours des compagnies, «La folie Sganarelle» de Molière. Mise en scène Claude Buchvald, avec Cécile Duval, Aurélia Poirier, Céline Vacher, Stéphanie Schwartzbrod, Benjamin Abitan, Laurent Claret, Claude Merlin, Régis Kermovant, Mouss Zouheyri.



La Folie Saganarelle de Molière ( © Photo : Fabienne Rappeneau)
La Folie Saganarelle de Molière ( © Photo : Fabienne Rappeneau)
Molière a fait en son temps voler en éclats masques et effigies. Enterré clandestinement de nuit dans la fosse commune, le pauvre Sganarelle ne reviendra plus de sa galère. Mais nous sommes encore là pour l’aller chercher, là où il est libre de toute entrave.

Il s’est adressé à ses contemporains avec la rage et l’intelligence, et comme suprême gagnant : l’amour.

En s’intéressant à des canevas archaïques connus de tous, en les composant très méthodiquement, il a fait de ses courtes pièces des chefs d’œuvres, où toute forme de rhétorique est passée au hachoir de la langue. Une sorte d’ivresse verbale, sonore, éructant par tous les orifices est donnée à vivre aux acteurs : une fête du langage, contenue en une aire de jeu de quelques mètres carrés, dilatée mentalement par la folie qui se contamine de cerveau à cerveau, et qui décidément opère le réel dans les moindres de ses retranchements.

Ici, tout prend sens. Le français de Molière, dans sa perfection classique, sa fluidité, son élégance ne se rend que plus transparent aux mouvements chaotiques, aux forces bouillonnantes et obscures qui habitent les passions humaines.

C’est dans l’anéantissement du pauvre Sganarelle que la farce se consume, et Molière s’en joue, comme on se joue de soi-même ; il sait de quoi il parle, lui à qui rien n’est épargné à cette époque tardive de sa vie : ni dans sa maison, ni à la cour, ni dans son théâtre, ni dans son corps déjà touché par la maladie… On peut parler ici sans se tromper d’écriture autobiographique.

« Les farces s’adressent à tous par la force de leur comique, mais parce que celui-ci recèle une puissance dévastatrice, elles sont aussi fondamentalement cruelles et subversives », déclare le metteur en scène Claude Buchvald

« Claude Buchvald a réuni trois farces de Molière pour créer la Folie Sganarelle, avec pour résultante un pur moment de bonheur.
Grâce au savoir-faire de Claude Buchvald, qui officie tout en délicatesse, ce triptyque drôlissime débouche sur un pur moment de grâce. On peut y apprécier quelques-unes des idées forces de Molière, qui n’avait pas son pareil pour retourner les conventions de l’époque grâce à un art consommé de la dérision
», peut-on lire dans Marianne

Source EPPC Anjou Théâtre

Réserver ce spectacle pour le jeudi 5 juillet



Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur















Angers Mag











Angers Mag : Le SCO passe à l’orange: Tenus en échec à Jean Bouin samedi par la lanterne rouge du... https://t.co/QADPR1iLiN https://t.co/YP52GPOoB9
Dimanche 4 Décembre - 13:50
Angers Mag : #Angers En panne d'idée de cadeaux ? @Revue_BDM #carnetsdevoyage #publicité https://t.co/VsebE5LDp8
Samedi 3 Décembre - 18:56
Angers Mag : RT @IncroyableSCO: Angers SCO à la pêche aux points face aux Merlus du @FCLorient ce soir (20h) à Jean-Bouin ! #SCOFCL #VibrezSCO https://t…
Samedi 3 Décembre - 12:56
Angers Mag : ChroniK'Ô Noir - #18 : "Plateau", de Franck Bouysse: Chaque mois, la journaliste Martine... https://t.co/V0soKdy4ie https://t.co/07YeiZrSfq
Samedi 3 Décembre - 09:00



cookieassistant.com