Franc suisse et actions Terra Botanica : l'agglo la joue cash...


Rédigé par - Angers, le 20/01/2015 - 06:00 / modifié le 20/01/2015 - 15:50


Menu de rentrée léger, lundi soir, lors du conseil communautaire d'Angers Loire Métropole. Avec, tout de même, deux plats quelque peu indigestes pour les élus de l'agglo : l'actualité liée au cours du franc suisse, et ses conséquences sur les emprunts à risques contractés par la collectivité ; et la cession de ses 1000 actions Terra Botanica, pour l'euro symbolique, au Conseil général de Maine-et-Loire.



Premier conseil communautaire de l'année 2015, avec un menu light pour les élus... même s'il y a toujours un dossier Terra Botanica qui traîne, pour animer les débats.
Premier conseil communautaire de l'année 2015, avec un menu light pour les élus... même s'il y a toujours un dossier Terra Botanica qui traîne, pour animer les débats.
la rédaction vous conseille
En fin de semaine dernière, un petit tremblement de terre est venue secouer la petite planète financière : la banque nationale suisse a annoncé de manière assez brutale et inattendue -ce sont les experts qui le disent- qu'elle abandonnait le taux plancher de son franc suisse contre l'euro.

Désormais, un franc suisse vaut un euro. Une décision loin d'être neutre pour l'agglomération angevine et qui s'est donc invitée au premier conseil communautaire de l'année 2015, lundi soir. La flambée du franc suisse est "une très mauvaise nouvelle pour les acteurs publics français", expliquait Christophe Greffet, le président ce l'association des acteurs locaux contre les emprunts toxiques (APCET) au Figaro, lundi matin.

Longtemps jugé très stable par le monde de la finance, le franc suisse est une devise largement représentée dans la structure des emprunts à risques contractés par nombre de collectivités depuis une décennie. De fait, les spécialistes estiment à près de 3 milliards d'euros le surcoût, pour les collectivités françaises, si la parité décidée par la Banque nationale suisse se prolonge.

Et c'est précisément si ce taux de change se prolonge que l'agglo d'Angers en paiera les pots cassés, elle qui a contracté autour de 50 M€ d'emprunts indexés soit sur le yen, soit sur le... franc suisse.

Une ardoise potentielle de plus de 8M€

Dans une note adressée aux élus, Christophe Béchu, "pas inquiet outre mesure" -"je ne crois pas que la Suisse restera sur ce taux, ce serait désastreux pour ses entreprises"- fait un point plus précis sur les engagements de la collectivité. Que faut-il en retenir après l'écart de 20 % subi la semaine passée ? Trois emprunts de l'agglo sont concernés pour la seule année 2015. Deux d'entre eux -pour lesquels il s'agit de "tendre le dos" (Christophe Béchu)- contractés auprès de la SFIL (anciennement Dexia) et de la Royal Bank of Scotland, concernent les budgets eaux et assainissement : ils atteindraient respectivement 7,3 et 9,5 % autour de la fin 2015, si la parité se maintenait.

Plus problématique, le 3e prêt en franc suisse, contracté en 2009 auprès du Crédit Agricole pour le budget transport, coûterait à la collectivité plus de 8M€ si on le passait en euro.

Enfin, d'autres emprunts sont indexés sur le franc suisse, mais la dette de la collectivité "est jeune, et beaucoup de ces emprunts ne se situent pas encore en phase de risque". Une chose est sûre : les élus devraient scruter avec plus d'attention que d'habitude les cours de change de certaines devises, dans les mois et années à venir.

En préambule de cette note d'information, le président de l'agglo a annoncé que la collectivité avait signé un contrat de prêt de 10M€ et sécurisé un prêt de 1,8 M€, qui risquait d'atteindre 11,5 M€ en 2015.

Le petit couplet Terra...

Pas d'assemblé de collectivité, quelle qu'elle soit, sans évocation du cas Terra Botanica. Lundi soir, c'est la cession de 1000 actions de l'agglo au Conseil général , pour le franc symbolique, qui a fait réagir les élus. Une cession réalisée dans le cadre plus général de la création d'un Groupement d'intérêt public (GIP) -réunissant le Conseil général, la Ville d'Angers et le Comité départemental du tourisme)- et qui a fait réagir le maire de Beaucouzé et vice-président de l'agglo, Didier Roisné : "La cession au franc symbolique, ça ressemble quand même à une subvention de 90 000€. De plus Terra Botanica, c'est du tourisme, dont la compétence complète reviendra bientôt à l'agglo et plus sûrement encore à la communauté urbaine. Je ne comprends donc pas cette décision et m'abstiendrai".
Christophe Béchu a opposé à ces réticences "la modification du terrain d'assiette" résultant des activités futures des 10 hectares récupérés par la Ville ; et le "principe de réalité" appelant "toute solution qui permette de rebondir vers le haut".
En plus des membres de la minorité municipale représentée à l'agglo, Didier Roisné a été rejoint dans son abstention par deux autres vice-présidents : Joël Bigot et Marc Goua (PS).




Journaliste Animateur du blog " Des mots à la marge " En savoir plus sur cet auteur





1.Posté par Angerscfou le 20/01/2015 14:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Une explication simple des emprunts toxiques :
http://angerscfou.blogspot.fr/2015/01/lemprunt-toxique-explique-aux-enfants.html















Angers Mag











Angers Mag : Séance critique : "Ma'Rosa" de Brillante Mendoza: Dans Séance critique, deux fois par... https://t.co/UXYZ0kjrdt https://t.co/JrsEK1vwBv
Samedi 10 Décembre - 11:00
Angers Mag : « Ces pédagogies ne sont pas ignorées »: Et l’Education Nationale ? Quel regard... https://t.co/JnPQWXILNL https://t.co/5glkXOM6T3
Samedi 10 Décembre - 07:45
Angers Mag : #JPEL "Contre le complotisme, on ne peut pas enrayer tout (...) Mais on peut entraîner les cerveaux." 👏👏JB Schmidt… https://t.co/6pn23fJUHD
Vendredi 9 Décembre - 15:01
Angers Mag : L'indépendance, un état d'esprit ? #Angers Mag bien chez soi à la journée de la presse en ligne à Paris. #JPEL https://t.co/EpAgR2dt6N
Vendredi 9 Décembre - 12:17



cookieassistant.com