Frédéric Bélier-Garcia à la barre du Quai


Rédigé par Tristan LOUISE - Angers, le Vendredi 5 Décembre 2014 à 14:11


L’actuel directeur du Nouveau Théâtre d’Angers (NTA) a été nommé aujourd’hui directeur de l’EPCC Le Quai. Il prendra ses fonctions le 1er janvier prochain.



Frédéric Bélier-Garcia, 49 ans, déjà directeur du NTA, prendra les rênes de l'EPCC - Le Quai à compter du 1er janvier 2015.
Frédéric Bélier-Garcia, 49 ans, déjà directeur du NTA, prendra les rênes de l'EPCC - Le Quai à compter du 1er janvier 2015.
la rédaction vous conseille
Si les voix de Dieu sont impénétrables, celles des politiques nommant les directeurs des divers centres et établissements publics culturels le sont un peu moins. Pas besoin d’être Nostradamus pour deviner la future tête pensante, agissante et comptable de l’Etablissement public de coopération culturelle (EPCC) du Quai, bateau phare du spectacle vivant angevin, à l’instant où l’on savait Frédéric Bélier-Garcia sur les rangs.

Nommé en janvier 2007 au poste de directeur du Centre dramatique national Pays de la Loire – Nouveau Théâtre d’Angers, l’homme possède il est vrai et l’aura et la carrure pour se mettre à la barre d’un navire qui concentre un EPCC et deux Centres nationaux (Le Centre national de danse contemporaine – CNDC – voisinant avec le NTA).

Ce vendredi matin, Louis Bergès -directeur régional des affaires culturelles des Pays de la Loire-, Samira El Alaoui -membre de la commission Culture-sport-citoyenneté-éducation populaire au sein du Conseil régional- et Alain Fouquet, adjoint à la Culture de la mairie d’Angers, représentant successivement les trois personnes publiques que sont l’Etat, la région et la ville d’Angers, ont annoncé la nomination -un choix unanime- de Frédéric Bélier-Garcia à la tête du Quai.

L’ancien professeur de philosophie, dramaturge et aujourd’hui metteur en scène en vue (dernier fait d’arme : « Trahisons » de Harold Pinter, créé à la Comédie-Française et donné récemment à Angers) était en concurrence avec Christian Mousseau-Fernandez, directeur du Quai depuis 2009, et un troisième candidat dont l’identité a été bien gardée par les décisionnaires.

Mutualisation artistique ?

Samira El Alaoui, Alain Fouquet et Louis Bergès représentaient respectivement le Conseil régional, la Ville d'Angers et l'Etat (via la Drac), lors de la nomination de Frédéric Bélier-Garcia à la tête de l'EPCC Le Quai.
Samira El Alaoui, Alain Fouquet et Louis Bergès représentaient respectivement le Conseil régional, la Ville d'Angers et l'Etat (via la Drac), lors de la nomination de Frédéric Bélier-Garcia à la tête de l'EPCC Le Quai.
Pour justifier leur choix, le triumvirat des pouvoirs publics évoque le profil du candidat, l’essence de son projet et le contexte plutôt tendu en ces temps de rigueur budgétaire qui n’épargne pas (et encore moins dirait-on) la culture en France.

Florilège de propos distillés avec une rhétorique toute politique (Louis Bergès et Alain Fouquet) ou davantage pragmatique et sensible (Samira El Alaoui) : « Il ne s’agit pas d’un désaveu pour l’action menée par Christian Mousseau-Fernandez dont la politique a permis que cette nouvelle étape, qui doit mener à une évolution en profondeur de la structure, puisse aujourd’hui s’ouvrir » (A. Fouquet) ; « La personnalité de Frédéric Bélier-Garcia l’a emporté. L’Etat, compte tenu de la présence de deux centres nationaux au sein de la structure, sera attentif et impliqué quant à la nouvelle organisation de cette structure » (Bergès) ; « L’idée, avec le projet de Frédéric Bélier-Garcia, est de maintenir la marge artistique essentielle à ce lieu. A la région, nous serons très vigilants sur le fait que l’EPCC poursuive ses missions » (El Alaoui).

Ville à quais mouvants...

​Décryptage… Sur le ponton, on entend bonne intelligence entre pouvoirs décisionnaires, concrétisée par un choix fait à l’unanimité ; volonté de chacun de « faire bouger les lignes, de repenser la structure » ; et travail en commun pour résoudre l’équation à données connues et quelques inconnues (le projet de Frédéric Bélier-Garcia sera dévoilé début janvier) : moins d’argent mais aucun licenciement (parole d’élu) et pas de réduction de budget de fonctionnement ni de développement.

Dans la soute, on palabre : en quelle mesure le fait de fusionner le poste de directeur du NTA et du Quai n’arrangeait pas tout le monde, en dehors de toute considération sur la qualité intrinsèque des projets ? Quid du poste de Frédéric Bélier-Garcia à la tête du NTA, en sachant que son mandat s’arrête en décembre 2015 et qu’il aura déjà effectué trois mandatures à la tête de ce Centre national… un maximum aux yeux de l’Etat ? Comment comprendre cette formulation de « mutualisation culturelle » proche de l’oxymore ?

Très inspiré pour créer pièces et opéras, Frédéric Bélier-Garcia devra l’être pour repenser une structure tricéphale, bientôt bi (la question du CNDC est ouverte), avec moins de sous et autant d’ambition artistique, voire plus. « Je tiens ce monde pour ce qu’il est : un théâtre où chacun doit jouer son rôle » nous dit Shakespeare dans « Le Marchand de Venise »…  autre ville à quais mouvants…

La réaction (tout en retenue) de Frédéric Bélier-Garcia : "C'est avec joie et émoi que j'apprends cette nomination. Je remercie grandement ceux qui m'ont fait confiance pour donner un nouvel, et j'espère, allègre élan au Quai. Cependant, je préfère attendre janvier et ma prise de fonction effective pour communiquer plus avant sur mon projet."

Frédéric Bélier-Garcia, la biographie

Après avoir étudié et enseigné la philosophie de 1991 à 1995, en France et aux Etats-Unis, Frédéric Bélier-Garcia devient conseiller artistique notamment à la Comédie-Française et au Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique (CNSAD).
Il signe sa première mise en scène en 1999 sur une pièce de Max Frisch, Biographie : un jeu, avec François Berléand, Emmanuelle Devos, Eric Elmosnino. Suivront notamment Un garçon impossible de Petter S. Rosenlund à la Comédie-Française, et la première pièce de Marie NDiaye, Hilda, qui reçoit le Grand Prix du Syndicat de la Critique en 2002.
Avec sa compagnie Ariètis, il monte notamment Un message pour les cœurs brisés de Gregory Motton au Théâtre de la Tempête (2000) et Une nuit arabe de Roland Schimmelpfennig au Théâtre du Rond-Point à Paris (2002), affirmant ainsi son goût pour le théâtre contemporain européen.
De janvier 2002 à décembre 2005, Frédéric Bélier-Garcia est metteur en scène associé au Théâtre National de Marseille-La Criée
Il crée un opéra contemporain, Verlaine Paul, de George Bœuf et Franck Venaille, produit par l’Opéra de Marseille, conçu par le GMEM (Centre National de Création Musical).
 
Parallèlement à cette activité, au cinéma, Frédéric Bélier-Garcia est coscénariste des films de Nicole Garcia, Place Vendôme, L'Adversaire, Selon Charlie (en sélection officielle au Festival de Cannes 2002 et 2006) et Un balcon sur la mer. Il a aussi travaillé avec Brigitte Rouän, Eric Rochant…
 
À l’opéra, la direction de l’Opéra de Marseille lui confie la mise en scène de Don Giovanni de Wolfgang Amadeus Mozart en 2005, puis, entre autres, deux œuvres de Rossini, Le Comte Ory et Le Barbier de Séville. En juillet 2009, il a mis en scène sous la direction musicale de Myung-Whun Chung & l’Orchestre de Radio France, La Traviata de Giuseppe Verdi aux Chorégies d'Orange.
 
Il est nommé le 1er janvier 2007 directeur du Centre Dramatique National Pays de la Loire à Angers. Il y revisite des classiques comme La cruche cassée d’Heinrich Von Kleist, Liliom de Ferenc Molnár. Construit un cycle festif autour d’Hanokh Levin dont il monte deux comédies : Yaacobi et Leidental et Yakich et Poupatchée-Comédie crue, puis,  pour les enfants, La princesse transformée en steak-frites d’après Christian Oster, ainsi que La Règle de Marie NDiaye. En 2012, il monte La Mouette d’Anton Tchekhov, et en 2013, Perplexe de Marius von Mayenburg.

Cette saison, il crée à la Comédie-Française Trahisons de Harold Pinter, et à Angers Les caprices de Marianne d’Alfred de Musset. 












Angers Mag












Angers Mag : Report'Cité : portez la plume, s'il vous plaît !*: Un an et demi après son lancement, le... https://t.co/Qf1FyGW1iJ https://t.co/P8YYlZPYdm
Vendredi 2 Décembre - 19:06
Angers Mag : #musique De Macao à Pergolèse,la riche actualité de l'ensemble Amarillis @Angers https://t.co/hAW8WkdOUw
Vendredi 2 Décembre - 10:46
Angers Mag : #Angers Le jour d'après #PSGSCO, le billet @LardeuxT. Comme quoi on peut supporter @SCO et admirer @ECavaniOfficial https://t.co/nA3Ivf5HEE
Jeudi 1 Décembre - 18:18
Angers Mag : Au musée des Beaux-Arts, l'énigme Peter Briggs: Jusqu'au 26 mars, le musée des... https://t.co/Ys4SmHHl6M https://t.co/4mARuYnceC
Jeudi 1 Décembre - 07:30







cookieassistant.com