Gaétan Dirand (FN) : "Nous voulons entrer au conseil municipal d'Angers"


Rédigé par - Angers, le 22/01/2014 - 21:51 / modifié le 11/03/2014 - 16:19


Secrétaire départemental du Front national, Gaétan Dirand dirigera la liste que présente le mouvement de Marine Le Pen, aux élections municipales à Angers. Une échéance qu'il dit aborder sans pression mais non sans ambition. Son objectif : figurer au second tour pour entrer au conseil municipal avec plusieurs co-listiers. Entretien.



Gaëtan Dirand, 37 ans, est responsable commercial dans une entreprise qui propose des solutions techniques pour le bâtiment.
Gaëtan Dirand, 37 ans, est responsable commercial dans une entreprise qui propose des solutions techniques pour le bâtiment.
la rédaction vous conseille
Pour tous ceux qui ne vous connaissent pas, pouvez-vous vous présenter ?
"J'ai 37 ans. Je suis originaire du Territoire de Belfort, le pays de Jean-Pierre Chevènement (1), dont notre mouvement partage au passage certaines idées sur la souveraineté nationale. Je suis arrivé fin 2007 à Angers, la région d'origine de mon épouse, pour des raisons professionnelles. Je suis responsable commercial sur tout l'Ouest de la France pour une entreprise qui propose des solutions techniques pour le bâtiment. Je suis marié et père de quatre enfants."

Votre parcours avec le Front national ?
"J'y ai adhéré pour la première fois en 1995. Trois ans plus tard, j'ai fait partie de ceux qui ont quitté le parti après la scission entre Jean-Marie Le Pen et Bruno Mégret. Nous étions de jeunes adhérents et avons eu alors l'impression d'avoir beaucoup donné pour rien à la "famille nationale". Je suis parti sur d'autres sentiers, disons un peu glissants (ndlr : au Gud, Groupe union défense, une organisation étudiante d'extrême-droite). J'ai réadhéré au Front il y a quelques années, encouragé par des amis, lorsque Jean-Marie Le Pen a déposé ses gants au profit de Marine. Et j'ai décidé de m'investir au niveau départemental."

Certains laissent entendre que vous ne parvenez pas à réunir les 55 noms nécessaires ?
"Ça m'amuse beaucoup. Et ça me convient bien dans un sens, car on n'a jamais parlé autant de moi. La réalité, c'est que je dispose de 74 noms - 40 hommes et 34 femmes - dont j'ai les engagements écrits. Mais je suis confronté à des soucis techniques pour faire remplir les formulaires officiels. Ça prend beaucoup de temps et comme je ne dispose d'aucune décharge, tout n'est pas prêt."

Quand comptez-vous présenter votre liste ?
"Quand j'aurai le tampon de la préfecture. Avant la fin février, je l'espère."

Quelles règles vous-êtes vous donné pour la composer ?
"Les premières places seront réservées, en priorité, aux militants qui sont effectivement sur le terrain et travaillent. Il y aura une vingtaine de jeunes de moins de 30 ans, une quinzaine de retraités et le reste des candidats entre 35 et 50 ans. Nous avons des étudiants, qui sont notre force militante, des ouvriers, des consultants, des commerçants, des fonctionnaires,.."

Peut-on savoir quelle femme occupera la deuxième place de votre liste ?
(Sourires). "Je peux simplement vous donner le nom du n°3, Jean-Eudes Gannat (le responsable du FNJ 49, la branche jeune du Front National de Maine-et-Loire)."

"Passer la barre des 10%"

Votre discrétion depuis le début de la campagne est-elle une stratégie ou un choix par défaut ?
"Les deux. J'ai un travail qui ne me permet pas de m'investir autant que je le souhaiterais et c'est mon salaire qui fait vivre ma famille. Je ne suis pas un professionnel de la politique contrairement à d'autres. Mais nous sommes présents sur le terrain, et notamment sur les marchés tous les samedis. Maintenant, nos étudiants sortent des partiels et n'étaient pas très disponibles récemment. Nous faisons en revanche peu de porte à porte, je ne suis pas certain que ce soit une très bonne technique de démarchage."

Quel est votre ressenti sur l'écoute des Angevins ?
"Après nos tractages sur les marchés, je m'amuse à faire les pourcentages de réactions favorables, je les situe entre 10% et 15%."

Comme votre objectif électoral...
"Oui. Notre but est de passer la barre des 10% au 1er tour et de faire entrer plusieurs élus au conseil municipal d'Angers. Même à Angers, je pense que les gens ne font plus confiance à cette classe de dirigeants qui leur raconte des bobards. Avec Technicolor et les Ardoisières, on a de beaux exemples de ce qu'engendre en terme d'emplois un libéralisme débridé sur lequel les politiques n'ont pas de prise. Scania, d'après mes infos, ne va pas bien non plus. La situation économique locale s'est détériorée."

Et le contexte politique local, qu'en pensez-vous ?

"Je crois que Frédéric Béatse souffre d'un manque de légitimité mais qu'il l'a compensé en partie, en affichant notamment son intention de ne pas briguer de mandat national. C'est quelqu'un qui travaille, qui se montre dans les quartiers. Je n'en dirais pas tant de Christophe Béchu dont on a l'impression qu'il se présente dans cette élection comme au Sénat américain."

Quelques mots sur votre programme, quelle est votre position sur le projet de 2e ligne de tramway ?
"Comme pour le projet des Rives Nouvelles, nous proposons un moratoire pour le tramway. Si nous sommes élus, nous ferons réaliser un audit indépendant pour juger de l'état des finances de la ville. Et nous renégocierons les surplus d'emprunts. Je suis tout à fait en accord avec l'idée de Jean-Luc Rotureau d'organiser un débat public sur le sujet. Notre programme comprendra 37 propositions que nous présenterons ultérieurement."

Marine Le Pen est annoncée le 4 mars ? Vous confirmez ?
"Les choses restent à caler avec le secrétariat national. Mais logiquement, elle viendra pour rencontrer la presse et nos militants. Mais il n'y aura pas de meeting, ça nous coûterait trop cher. J'ai l'intention de ne pas dépasser 50 000€ de budget."

(1) Co-fondateur du Parti Socialiste, Jean-Pierre Chevènement a été plusieurs fois ministres, de l'Intérieur notamment dans le gouvernement Jospin (1997-2000). Il a été aussi candidat à l'élection présidentielle de 2002. Il a fondé le Mouvement des Citoyens devenu MRC (Mouvement Républicain et Citoyen) dont il est toujours président d'honneur.




Journaliste, rédacteur en Chef d'Angers Mag En savoir plus sur cet auteur





1.Posté par Nathalie le 22/01/2014 23:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Etant donné les fleurs que monsieur Dirand adresse à Frédéric Béatse, ne ferait-il pas mieux de rejoindre tout de suite la liste du candidat socialiste ? Avec un adversaire pareil, le maire sortant peut dormir sur ses deux oreilles !

2.Posté par Jean-Jésus le 23/01/2014 11:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
"Nous voulons entrer au conseil municipal d'Angers" vous pourrez venir, c'est ouvert au public, mais attention sans les masques de cochon.















Angers Mag











Angers Mag : #JPEL "Contre le complotisme, on ne peut pas enrayer tout (...) Mais on peut entraîner les cerveaux." 👏👏JB Schmidt… https://t.co/6pn23fJUHD
Vendredi 9 Décembre - 15:01
Angers Mag : L'indépendance, un état d'esprit ? #Angers Mag bien chez soi à la journée de la presse en ligne à Paris. #JPEL https://t.co/EpAgR2dt6N
Vendredi 9 Décembre - 12:17
Angers Mag : #Angers Le dessin du mois de décembre signé Fañch Juteau #prevention #VIH https://t.co/J3CxFCf8FC https://t.co/oAZR7nNURX
Vendredi 9 Décembre - 12:01
Angers Mag : #Angers Le dessin du mois de septembre signé Fañch Juteau #accrochecoeurs https://t.co/J3CxFCf8FC https://t.co/Jkrkty2UMe
Vendredi 9 Décembre - 10:51



cookieassistant.com