"Heartstone" : un été plein d'espoir

Premiers Plans – Longs métrages européens en compétition #8


Rédigé par Katia ECHIVARD - Angers, le Samedi 28 Janvier 2017 à 17:48


"Heartstone", film islandais de Guðmundur Arnar Guðmundsson, a clos très joliment la compétition du festival Premiers Plans vendredi soir, où il a été projeté en avant-première. Développé lors d'une résidence de la ciné-fondation à Cannes, il sera le tout premier film islandais à être présenté à la prochaine Mostra de Venise. Sortie prévue à la rentrée 2017.



"Heartstone" : un été plein d'espoir
la rédaction vous conseille
Portrait poétique de deux adolescents qui se préparent à passer à l’étape délicate de l’âge adulte, Heartstone est tiré de l'histoire personnelle de son réalisateur, Guðmundur Arnar Guðmundsson.

C’est l’été, dans un petit village de pêcheurs islandais. Thor et son Cristian, son ami inséparable, essaient de trouver des occupations. Leur complicité est sujet à moqueries autour d'eux. Mais les garçons rencontrent Beth et Hannah. Alors que le premier essaie de découvrir l'amour, l'autre ressent de plus en plus d'affection pour son ami et devient son protecteur. Mais quand l'été s'achève, le temps est venu de stopper les jeux d'enfants

Heartstone est une formidable histoire de fraternité. L'amitié de deux garçons, plus forte que tout, en dépit de la complexité et des souffrances inhérentes à leur âge. Dans cette quête initiatique de soi, ils cherchent et se cherchent.  L'attention se fixe principalement sur Thor, qui vit avec sa mère célibataire et ses deux sœurs espiègles. Cristian, qui souffre du joug d'un père acariâtre, semble en arrière plan. Mais le tourbillon de sentiments et d'obstacles auquel il fait face fait écho à celui de son ami.

Ce que le film souligne, c'est l'espoir de devenir grand sans embûches. Une transition qui passe avant tout par le corps. Il change mais les personnages voudraient qu'il change plus vite. La proximité de la caméra avec les personnages génère une forte empathie, sans jamais oppresser le spectateur. Et la direction d'acteur, fabuleuse, nourrit cette intimité.

Heartstone, c'est aussi une oeuvre lyrique qui puise sa force dans un environnement naturel à couper le souffle. Les vastes paysages islandais ruraux et montagneux, quasi désertiques, forment le décor majestueux, avec lequel les deux amis semblent parfois nourrir une relation conflictuelle. La saison estivale islandaise est lumineuse. Le soleil éblouit, ses rayons traversent l'écran. Puis vient la saison de la pluie qui marque aussi l'évolution des personnages. 

Heartstone est un beau récit d'adolescence. Une première oeuvre forte à l'image du lien incassable entre ses deux amis. 













Angers Mag