Angers Mag - information, actualités locales, politique, culture

Un autre regard sur la région angevine

- Angers Mag Mobile
   





Hockey sur glace : des Ducs héroïques pour une victoire historique


Rédigé par - Le Lundi 27 Janvier 2014 à 07:43


Dimanche après-midi, les Ducs d’Angers se sont imposés en finale de Coupe de France, à Bercy, 4-0 face aux Dragons de Rouen. Sept ans après, les Angevins ramènent à nouveau le trophée « Pete Laliberté » sur les bords de la Maine. Outsiders au coup d’envoi, les Ducs d’Angers ont surclassé leurs homologues normands. Solidaires, combatifs, déterminés, les adjectifs pourraient être nombreux pour décrire le match héroïque des Angevins.



Le défenseur slovaque Andrej Mrena soulève la coupe au milieu de ses coéquipiers. Scène de liesse dimanche sur la glace de Bercy (photo Thierry Bonnet / Ville d’Angers)
Le défenseur slovaque Andrej Mrena soulève la coupe au milieu de ses coéquipiers. Scène de liesse dimanche sur la glace de Bercy (photo Thierry Bonnet / Ville d’Angers)
Avec des tribunes du Palais Omnisports de Paris Bercy pleines, l’ambiance était au rendez-vous. Un an après la défaite face à Briançon, les supporters angevins reprenaient leurs marques dans les travées en espérant un résultat plus positif.

Ils n’allaient pas être déçus par leurs protégés. Les Ducs sautaient à la gorge des Dragons de Rouen. Asphyxiés, les normands pliaient rapidement , même trop facilement en début de premier tiers.

Suite à une grosse occasion d’Albert face à Lhenry, Busto récupérait le palet près de la ligne bleue. Le numéro 6 angevin pivotait et envoyait un shoot à ras de terre qui trompait le portier des Dragons (3’42 : 0-1).

Les Raptors, groupe de supporters angevins, explosaient de joie, après cette ouverture du score. La soirée ne faisait que débuter.

Pénalisés peu de temps après, les Dragons allaient craquer dès le début de la supériorité numérique.

Baluch héritait du puck dans l’enclave et trompait Lhenry sur une passe en retrait magnifique de Walls (6’18: 0-2). Les Dragons accusaient le coup et n’arrivaient pas à « rentrer » dans leur finale. Le premier tiers se finissait sur ce score à l’avantage des Ducs.

Rouen revenait avec de meilleures intentions dans le deuxième tiers et bloquait les Angevins dans leur zone défensive. Mais, malheureusement pour les supporters Rouennais, les jaunes et noirs voyaient tous leurs tirs stoppés par un Hardy euphorique.

Ensuite, Angers profitait d’une supériorité numérique pour aller inquiéter de nouveau Lhenry. Mais, malgré deux grosses occasions de Walls, les Ducs d’Angers n’aggravaient pas la marque durant ce powerplay.

La rencontre était alors totalement débridée et le palet naviguait d’une cage à l’autre. Rouen reprenait petit à petit sa domination mais les Angevins, grâce une solidarité à toute épreuve et un gardien infranchissable pliaient mais ne rompaient pas.

Poussés par leurs supporters lors d’une double infériorité, les Ducs d’Angers écœuraient même des normands méconnaissables en attaque.

Thinel, Desrosiers ou encore Guénette, si réalistes d’habitude, manquaient un à un leurs shoots. Sûrement frustrés, les Dragons commençaient à appuyer les charges et multiplier les mauvais coups. g[ 

7 ans après, la délivrance

Le troisième tiers s’annonçait décisif. Surtout lorsque l'on se rappelle le dernier match de championnat disputé au Haras face à ces mêmes Dragons. Après avoir mené 3-0, les Ducs s’étaient fait renverser par Rouen (3-4).

Angers décidait d’attendre les champions de France en titre pour mieux les contrer. Malgré de belles occasions et un penalty loupé par le capitaine Bellemare, les Angevins ne marquaient pas.

L’attente était longue pour les supporters et les minutes s’égrenaient que trop lentement à leur goût. Les offensives normandes se faisaient de plus en plus nombreuses et Hardy essayait tant bien que mal d’évacuer le feu devant sa cage.

Mais la délivrance allait enfin arrivée grâce à Fortier. Le canadien, bien placé dans l’axe du but, reprenait un rebond lâché par Lhenry sur un shoot d’Aubé. Alors à quatre contre quatre, le numéro 9 angevin délivrait ainsi son public (53’38 : 0-3).

La messe était dite. Rouen essayait de sortir Lhenry dans un dernier espoir fou. Mais, Hardy réussissait une performance de grande classe et allait garder sa cage inviolée. Mieux même, Busto signait un doublé en envoyant un tir précis de son camp dans la cage rouennaise vide (59’32 : 0-4).

Les Angevins pouvaient faire voler leurs casques et leurs crosses, ils venaient de surclasser des Normands étouffés par la détermination de leurs adversaires.

La fête pouvait démarrer, le signe indien qui faisait de Rouen la bête noire des Angevins lors des différentes finales, était effacé. Le Dragon ne crachait plus de feu, les Ducs d’Angers pouvaient alors s’envoler pour soulever la Coupe de France sept années après leur premier sacre à Bercy.

Magiques, héroïques, les Ducs d’Angers viennent d’écrire une nouvelle page de l’histoire du sport professionnel angevin.



Matthieu ROULLIER
Correspondant Sport pour Angers Mag. Intervient pour les Ducs d'Angers et en remplacement pour... En savoir plus sur cet auteur




1.Posté par MARTINEZ STEPHANE le 27/01/2014 10:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
BRAVO, BRAVO à nos DUCS. Quelle bataille, quelle détermination, quelle victoire......
Très fiers de vous, très fiers de l'image que vous montrez de notre ville.

2.Posté par Romain le 27/01/2014 11:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Félicitation, c'est le premier article que je trouve avec les noms des vrais buteurs ! Ça me rassure un peu.

3.Posté par Antoine le 29/01/2014 01:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Un immense bravo à nos Hockeyeurs et à leurs dirigeants, vous faites honneur à notre ville, partout en France.

Par contre un zéro pointé à notre maire, qui "pour s'attirer des voix", se permet de vendre dans le même message de félicitation, la future grande patinoire, lui qui (jusqu'ici) a toujours été hostile à sa construction.

4.Posté par Benoit le 08/02/2014 14:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bravo à cette équipe, elle mérite largement ce titre.
Quelle revanche sur Rouen par rapport à l'année dernière. Il y en aura d'autres dans un futur proche.
Fabuleux ce club à tout pour en gagner d'autres.
Un jour cette équipe remportera le titre de champion de France