Hôtel de France : Angers gagne en qualité


Rédigé par Yannick Sourisseau - Angers, le 08/02/2011 - 09:24 / modifié le 09/02/2011 - 12:46


Avec une quatrième étoile, l’hôtel de France, situé à proximité de la gare d’Angers est le premier établissement à atteindre ce niveau dans la cité du Roi René. Une distinction méritée pour l’un des plus anciens hôtels de la ville, dans lequel la tradition d’accueil s’est transmise de père en fils.



Vincent BOUYER, le Directeur de l'Hôtel de France, devant une photo de l'hôtel au début du siècle dernier.
Vincent BOUYER, le Directeur de l'Hôtel de France, devant une photo de l'hôtel au début du siècle dernier.
Une quatrième étoile, ça ne bouscule pas vraiment les habitudes de la maison. Vincent BOUYER, petit fils du fondateur de l’Hôtel de France et actuel directeur, heureux d’avoir obtenu cette étoile supplémentaire, n’a pas pour autant pris la grosse tête. « C’est le travail de toute une équipe. Nous avions atteint le niveau exigé pour cette distinction depuis un certain temps. Nous n’avons fait que valider une qualité existante, en tirant vers le haut le niveau hôtelier angevin ».

« Angers est une ville d’affaire et la clientèle est de plus en plus exigeante », explique Vincent BOUYER dont la clientèle professionnelle représente 80% de ses réservations. On y vient pour organiser une réunion, pour signer des contrats ou un congrès ou encore assister à un salon au parc des expositions. A ce niveau on aime une hôtellerie de bonne facture, dans tous les sens du terme, même si pour l’occasion et pour garder sa clientèle, le directeur a choisi de ne pas augmenter ses tarifs.

« Nos clients fréquentaient déjà un hôtel de niveau quatre étoiles, je ne vois pas pourquoi je changerai mes tarifs parce que j’ai obtenu une étoile de plus. Ce qui m’importe c’est de satisfaire mes clients et d’en attirer d’autres, notamment les touristes du week-end ». Son grand-père avait acquis cet établissement à façade « haussmannienne » en 1906. Il avait fait le pari du rail et pourtant à l’époque la gare Saint Laud, située en face, était traversée par un « tortillard » à vapeur : le petit Anjou. Les affaires et le tourisme se faisaient sur la Maine, les hôtels étaient donc situés sur les rives.

Pari osé pour l'époque. On était loin du TGV, mais maintenant il est là et il déverse chaque fin de semaine des parisiens ou des anglais qui viennent profiter de la douceur angevine, de sa gastronomie, de son patrimoine et des ses musées. Vincent Bouyer entend bien en profiter. D’autant que le restaurant situé au rez-de-chaussée de l’hôtel, « les Plantagenêts » a été récemment distingué par le célèbre guide Gault et Millau. Une toque également méritée pour une cuisine qui fait la part belle aux produits « bio » et fermiers du terroir angevin.

Et comme notre manager est un homme de son temps, il a même fait " auditer " son établissement pour obtenir une « éco-labellisation », un gage de sérieux pour des clients qui lui rendent bien. « La démarche environnementale est le fruit d’une volonté personnelle. Elle est plus coûteuse. Pour ne pas augmenter les prix, il faut faire des économies, sans rogner sur la qualité », affirme Vincent BOUYER. Et pour cela il a remplacé les petits savons « que les clients embarquaient en souvenir », par des distributeurs de savon liquide « bio », réduit les déchets et calculé au plus juste les dépenses énergétiques tout en gardant le niveau de standing. Et les clients sont plutôt satisfaits de cette démarche citoyenne, « l’hôtel gagne même en capital sympathie ».

Avec 55 chambres dont une suite, deux salles de séminaires de 35 personnes et un restaurant d’une capacité de 60 couverts, l’hôtel de France, adhérent du label « Destination Anjou », est actuellement le plus étoilé de la ville d’Angers.

Pour en savoir plus : www.hoteldefrance-angers.com



Yannick Sourisseau
Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur















Angers Mag











Angers Mag : #Angers Le directeur de Keolis Angers a été licencié pour fautes graves https://t.co/n6HJqX081U
Lundi 5 Décembre - 15:10
Angers Mag : Keolis Angers : Christophe Reineri a été licencié pour fautes graves: Trois semaines... https://t.co/d3ujV5hSiJ https://t.co/cPMN0twREP
Lundi 5 Décembre - 15:01
Angers Mag : Orphée aux enfers, mais aussi au Quai: Entretien croisé avec Jean-Paul Davois (directeur... https://t.co/NJjZLJnXMH https://t.co/pTRfJd77AD
Lundi 5 Décembre - 08:00
Angers Mag : Enseignement, quand l'instruction se "fait maison": Depuis trois ans, Barbara a décidé... https://t.co/2EbbolDZYe https://t.co/q2lbjICkRQ
Lundi 5 Décembre - 07:20



cookieassistant.com