Indiemusic au Joker's : Nightclubbing.


Rédigé par Cyrille GUERIN - Angers, le Mardi 25 Mars 2014 à 19:02


Vendredi soir, au Joker's pub, le site Indiemusic en partenariat avec Radio Campus Angers organisait sa première soirée live. Une affiche hétéroclyte pour un revival festif digne des eighties. Alain Pacadis aurait surkiffé.



Indiemusic au Joker's : Nightclubbing.
la rédaction vous conseille
Dans les années 80, avant les années sida et alors à son apogée, Libération comptait parmi ses rubricards, pour certains trop vite disparus, des Serge Daney, lequel était préposé au cinéma, des Louis Skorecki, un peu touche-à-tout et un certain Alain Pacadis. Pour les initiés, cette plume punk évoque notamment des soirées mémorables au Studio 54 parisien de l'époque, le Palace -les plus anciens, tout émus, racontent entre autres anecdotes y avoir souvent vu un Mourousi s'y trémousser all night long avant d'aller préparer son JT de 13 heures.

Paca, pour les intimes, c'est aussi un look, une gueule, un style narratif et existentiel comme on n'en fait plus. Un Bukowski du nightclubbing en quelque sorte. Un recueil intitulé judicieusement NIghtclubbing répertorie toutes ses chroniques pour le quotidien fondé par Sartre entre 73 et 86.

Personnellement, je n'ai ni connu le Palace, et encore moins Pacadis. Trop en culotte courte pour ça. Et puis au début années 80, j'étis plus RécréA2 ou L'Académie des Neuf que July et sa bande. On m'a en revanche raconté la folie ambiante d'alors. J'ai lu l'ouvrage cité ci-avant. J'ai dégusté. Et pris une claque. Soyons réaliste : les années World Trade Center ou Tweeter n'accepteraient plus un type comme Pacadis, un écorché écrivant sous l'emprise de substances pas vraiment recommandées pour la santé. De même, il n'y aura plus de live report à la Paca. Pas plus que de soirées visiblement indélébiles circa Palace. Les deux étant inimitables.

Cela étant dit, intime conviction aidant, Pacadis, à l'instar d'un Yves Adrien, la discrétion faite Homme mais bien vivant lui pour le coup, auraient apprécié la soirée co-produite vendredi par le site angevin Indiemusic et Radio Campus et qu'accueillait le Joker's. Ils y auraient vu une ambiance, une exigence, une envie encourageante de faire bouger les lignes, de réinvestir l'underground. Mieux, ils y auraient constaté ce désir de rassembler, d'unir tous les âges, tous les looks ainsi qu'une variété de genres musicaux pas inintéressante. Voire...

Pour ouvrir les festivités, les 3 Strasbourgeois.e.s de Polaroïd3, un brin timides au début de leur live, ont su admirablement mêler synth-pop et ambiances organiques. Indiemusic avait prévenu : le trio oscille constamment entre ombre et lumière. Certes. Sauf qu'on n'est pas chez I AM ici. Les sonorités froides, parfois cliniques à la John Carpenter se brassent, pour le plus grand bonheur des tympans et des pieds, avec des rythmes plus pop, plus martiaux, plus entraînants. La voix de Christine Clément semble quant à elle être unique. Aucunement référencée. Pas une trace de Goldfrapp, par exemple, dans ses cordes vocales. La tentation eût été pourtant grande de se frotter à ce type d'exercice de reproduction.

Kids Of Maths bYrning

Une entrée en matière, en soirée, sur laquelle les quatre Rennais surexcités de Kids Of Maths ont su surfer. Surfer, surf pop à la Drums, c'est le terme qu'un excellent chroniqueur musical angevin, par ailleurs docteur ès pop 80's, employa vendredi à leur égard avant le show. Pour éviter toute discorde et par souci de garder un peu de réseau, nous tairons le nom de cette personne qui, une fois par semaine s'illustre via écrans interposés, dans des lancements frôlant le génie. Cet échotier, s'agissant de quelques morceaux des K.O.M, a vu juste. Soit. Mais les sources d'inspiration des quatre garçons dans le tsunami qui mettent tout le monde d'accord, et K.O, c'est le post punk ultra groovy des Bloc Party des débuts, voire les mélodies endiablées des Black Kids et surtout les citations comme le nez au milieu de la figure aux Talking Heads.

Entre David Byrne et des Kids Of Maths burning, il y a une feuille de papier à cigarette. Manquent peut-être des tubes, des évidences que l'oreille retiendrait direct. Peu importe après tout tant Kaman et les siens ont ce talent indéniable qui fait frétiller notre corps et nous redonne le sourire. Autant dire que la piste et les esprits étaient chaud.e.s pour laisser place aux deux DJ sets en charge de conclure la soirée.

Il ne faut pas se fier aux apparences. Georges Guelters, premier des deux ambianceurs, a une silhouette dont on n'imagine pas un instant qu'elle puisse être à l'origine d'une telle orgie sonore. Chez ce petit bonhomme, au caractère bien trempé, tout est permis. De Tristesse contemporaine on passe à du... Michel Berger sans que cela ne choque un seul instant. Ce type, rien que pour ça, a la classe. Chez Peter L8, qui lui succédait, l'attitude étaient plus dans la sagesse, dans la retenue. Moins spectaculaire. Ce qui n'a pas empêché le grand manitou des platines, comme le surnomment ses fans, de mettre le feu et de convaincre les danseurs acquis à sa cause. Mais également les néophytes qui, comme nous, ont jubilé intérieurement lorsque des extraits des live des Daft venaient régulièrement orner le mx du jeune homme.

Vendredi, l'association de bienfaiteurs composée d'Indiemusic et de Radio Campus Angers nous ont permis de nous souvenir de soirées que nous n'avions pas vécues. Mieux : Ils ont su nous faire passer une nuit fauve. Ce que certains sont, tout sold out et aveuglément adulés qu'ils sont, sont incapables de faire... Bécots.

Merci à Fred Lombard d'indiemusic pour les photos : indiemusic.fr













Angers Mag












Angers Mag : #JPEL "Contre le complotisme, on ne peut pas enrayer tout (...) Mais on peut entraîner les cerveaux." 👏👏JB Schmidt… https://t.co/6pn23fJUHD
Vendredi 9 Décembre - 15:01
Angers Mag : L'indépendance, un état d'esprit ? #Angers Mag bien chez soi à la journée de la presse en ligne à Paris. #JPEL https://t.co/EpAgR2dt6N
Vendredi 9 Décembre - 12:17
Angers Mag : #Angers Le dessin du mois de décembre signé Fañch Juteau #prevention #VIH https://t.co/J3CxFCf8FC https://t.co/oAZR7nNURX
Vendredi 9 Décembre - 12:01
Angers Mag : #Angers Le dessin du mois de septembre signé Fañch Juteau #accrochecoeurs https://t.co/J3CxFCf8FC https://t.co/Jkrkty2UMe
Vendredi 9 Décembre - 10:51







cookieassistant.com