Intermittents du spectacle, la mobilisation se poursuit en Anjou


Rédigé par - Angers, le Mardi 17 Juin 2014 à 11:14


En Maine-et-Loire aussi, la mobilisation des intermittents du spectacle ne faiblit pas. Une centaine d'entre eux se sont rassemblés sur la place du Ralliement à Angers lundi pour alerter l'opinion et inviter le gouvernement à ne pas signer la convention d'assurance chômage qui menace, selon eux, leur régime. L’action s’est poursuivie au Festival d’Anjou. Sans conséquence sur la tenue du spectacle.



Le collectif Marche pour la Culture 49, sur la place du Ralliement à Angers
Le collectif Marche pour la Culture 49, sur la place du Ralliement à Angers
la rédaction vous conseille
Alors que le gouvernement s’apprête à ratifier l’accord des partenaires sociaux concernant l’indemnisation-chômage des personnels intérimaires et des intermittents du spectacle, les artistes, techniciens, régisseurs et tous les personnels qui dépendent de ce régime sont descendus dans la rue, ce lundi 16 juin, dans le cadre d'une journée nationale d'action pour faire part de leurs revendications.

Répondant à l’appel du collectif « Je marche pour la culture 49 », près d’une centaine de professionnels du spectacle concernés par ce régime et sympathisants, se sont allongés sur le sol afin de former un « Non ». Ils se sont ensuite rendus au château du Plessis-Macé pour soutenir leurs collègues du Festival d’ Anjou.

« Nous dénonçons cet accord scélérat qui vise les précaires avec une baisse de leur indemnisation de 50 à 300 € pour plus de 50% d’entre-deux. Ça va forcer beaucoup d’intérimaires à accepter des missions y compris les plus dangereuses pour lesquels ils ne sont pas qualifiés », déclarait lundi soir David Allaire, représentant de l’Union Syndicale de l’Intérim CGT.

« Concernant les intermittents du spectacle il faut arrêter de dire qu’ils sont privilégiés. En moyenne leur indemnisation (en période d’inactivité) s’élève à peine à 1000 €. Le problème, c’est l’allongement de la période de carence, qui va passer à plus de 30 jours et impacter le calcul annuel et faire baisser l’indemnisation ». Actuellement la période de carence est de 3 à 7 jours selon le représentant de la CGT.

« Le besoin d'être entendu par le public »

Le personnel de l'EPCC Anjou-Théâtre soutient les intermittents du spectacle
Le personnel de l'EPCC Anjou-Théâtre soutient les intermittents du spectacle
Après une journée de discussion les techniciens, régisseurs, intermittents du Festival d’Anjou, soutenus par l’ensemble du personnel de l’EPCC Anjou-Théâtre, le directeur artistique Nicolas Briançon et même le Président Christophe Béchu ont décidé de ne pas prendre les spectateurs en otage en assurant le spectacle du soir, tout en assurant information et pédagogie auprès du public.

Des silhouettes blanches symbolisant les personnels qui pourraient disparaître si la nouvelle convention réglementant leur indemnisation chômage entre en application début juillet comme prévu, ont été disposées dans le parc du château et sur la scène. Montant sur les planches à l'invitation du directeur artistique, les intermittents, personnels et membres du collectif « Je marche pour la culture 49 » ont fait part de « leur colère, leur détresse et leur besoin d’être entendu par le public » présent pour la représentation de ce lundi.

francois_baron___regisseur_son_du_festival_d__anjou.mp3 François Baron - Régisseur son du Festival d'Anjou.mp3  (2.11 Mo)



Nicolas Briançon présentant les intermittents et personnels du Festival d'Anjou, lundi soir, avant la pièce « le mec de la tombe d’à coté ».
Nicolas Briançon présentant les intermittents et personnels du Festival d'Anjou, lundi soir, avant la pièce « le mec de la tombe d’à coté ».
« Avec un esprit de responsabilité salué par les applaudissements du public, ils ont voulu marquer ce jour de mobilisation générale sans entraver la représentation et avec le souci de ne pas casser un outil de travail fondamental dans la vie des intermittents », déclare la direction du festival dans un communiqué.

Montrant par l’exemple toutes les personnes qui disparaîtraient si cet accord était signé, Nicolas Briançon a tenu à souligner l’impact sur le Festival d’Anjou et sur le spectacle vivant d’une manière générale. « La conséquence directe, c’est que le Festival sera privé, l’an prochain, d’une grande partie des équipes techniques et artistiques. La Culture rapporte 58 milliards d’euros, deux fois plus que l’industrie automobile et autant que l’agroalimentaire », a souligné le directeur artistique devant le public, lequel a chaleureusement applaudi les techniciens et personnels lorsqu’ils ont quitté la scène.

nicolas_briancon_presente_les_intermittents_et_le_personnel_de_l__epcc_anjou_theatre.mp3 Nicolas Briançon présente les intermittents et le personnel de l'EPCC Anjou Théâtre.mp3  (6.77 Mo)



« Nous avons besoin de ces artistes qui font vivre la culture »

De toute évidence le gouvernement qui n’a pas la main dans cette affaire, puisqu’il s’agit d’un accord entre partenaires sociaux visant à réduire la dette de l’UNEDIC, signera l'accord avant le 30 juin.

La convention entrera en vigueur le 1er juillet pour une période de deux ans. Toutefois le gouvernement envisage de se pencher sur la situation des intermittents en engageant une concertation sur les moyens d'améliorer les conditions d'emploi et de lutter contre la précarité et les abus dans ce secteur.

« Nous avons besoin de ces hommes, de ces femmes, de ces artistes qui font vivre partout la culture, mais sous doute il faudra aller plus loin que ce système arrivé à bout de souffle», a déclaré le Premier ministre, Manuel Valls, lundi sur France Info. « Il faut trouver une solution immédiate pour préserver le dialogue social, les accords entre partenaires sociaux, mais aussi ouvrir une voie d'espoir pour les intermittents ».

Mieux comprendre le régime des intermittents du spectacle (Pôle emploi)




Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur





1.Posté par danboc le 17/06/2014 16:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
pour info la représentation de ce soir au château du plessis est annulée ! Tant pis pour nous... je soutiens totalement les intermittents ! Je ne comprends pas ce gouvernement qui s'obstine à foncer droit dans le mur !!!!!








Angers Mag












Angers Mag : Séance critique : "Ma'Rosa" de Brillante Mendoza: Dans Séance critique, deux fois par... https://t.co/UXYZ0kjrdt https://t.co/JrsEK1vwBv
Samedi 10 Décembre - 11:00
Angers Mag : « Ces pédagogies ne sont pas ignorées »: Et l’Education Nationale ? Quel regard... https://t.co/JnPQWXILNL https://t.co/5glkXOM6T3
Samedi 10 Décembre - 07:45
Angers Mag : #JPEL "Contre le complotisme, on ne peut pas enrayer tout (...) Mais on peut entraîner les cerveaux." 👏👏JB Schmidt… https://t.co/6pn23fJUHD
Vendredi 9 Décembre - 15:01
Angers Mag : L'indépendance, un état d'esprit ? #Angers Mag bien chez soi à la journée de la presse en ligne à Paris. #JPEL https://t.co/EpAgR2dt6N
Vendredi 9 Décembre - 12:17







cookieassistant.com