Investir dans son outil de travail …


Rédigé par yannick Sourisseau - Angers, le 16/05/2009 - 09:34 / modifié le 16/05/2009 - 10:38




Investir dans son outil de travail …
C’est la dernière proposition à la mode dans le monde de l’entreprise. Crise économique oblige, des chefs d’entreprise demandent à leurs employés de mettre la main au porte monnaie pour sauver leur outil de travail. Contournement des textes en vigueur, lesquels protègent le salarié d’un éventuel prélèvement par l’entreprise, cette méthode peut avoir du bon si les règles sont correctement posées avant toute tentative prélèvement.

Certaines entreprises et notamment les plus petites subissent de plein fouet la crise économique. C’est le cas des équipementiers automobiles, souvent de très petites entreprises, lesquelles auront certainement quelques difficultés à boucler la fin de l’année. D’où l’idée de demander aux employés, cadres compris, d’aider l’entreprise à s’en sortir, en acceptant de donner un pourcentage de leur salaire, un investissement sur l’avenir en quelque sorte.

Mais là où le bat blesse, c’est que certaines entreprises font pression sur leurs employés, même s’ils ne l’avouent pas. Des patrons (voyous) n’hésitant pas, dans les mêmes temps, à augmenter leur salaire. D’autres, dont l’entreprise est en bonne santé financière, tentent de profiter de l’occasion pour baisser les salaires de leurs employés.

Même si le pauvre salarié ne porte pas la responsabilité de la crise, son patron aussi d’ailleurs, il faut que cette avance, laquelle permettra (peut-être) de sauver une entreprise en difficulté, reste un acte de volontariat, assorti d’un contrat entre l’employé et l’entreprise. Cette dernière devra alors s’engager à restituer les sommes correspondantes, une fois la crise passée, le tout assorti d’intérêts. De plus les sommes prélevées devront, cela va de soi, être proportionnelles au salaire, sans jamais faire descendre la rémunération en dessous du SMIC. Enfin, le salaire devra également être remis à son niveau initial dès que le risque sera passé. Des règles simples qui peuvent être comprises par tous, même si l’on ne porte pas la responsabilité de la crise actuelle.

Comme disait un modeste ouvrier, interrogé sur une radio nationale « je ne suis pas foncièrement opposé à cette démarche, mais il serait bien que notre Président de la République commence par donner l’exemple. Car nous savons tous que la première chose qu’il a fait en arrivant aux affaires, c’est d’augmenter dans une large proportion, son salaire ». Une proposition d’autant plus intéressante que les finances publiques sont au plus mal. Sans complexe comme il l’est, peut-être va-t-il demander aux fonctionnaires de mettre, eux aussi, la main au porte monnaie ?


















Angers Mag











Angers Mag : Au comptoir de Mathilde... et de Catherine: Depuis la fin du mois d'octobre, la rue... https://t.co/wkV9xA1N3F https://t.co/6yuEQFFF5o
Mercredi 7 Décembre - 08:00
Angers Mag : A l’Ecole démocratique, on fait ce qu’on veut… ou presque: Basée sur la liberté... https://t.co/j0ywJZAzgI https://t.co/jEK0S9wvGs
Mercredi 7 Décembre - 07:31
Angers Mag : RT @LeQuai: N'oubliez pas d'aller voir #AdishatzAdieu ce soir. Vous nous remercierez demain. #Theatre #JonathanCapdevielle #Angers RESA 02…
Mardi 6 Décembre - 13:55
Angers Mag : A Angers, Montessori a pris racines: Porté par des éducateurs convaincus, les méthodes... https://t.co/bXNDdgyLpz https://t.co/nar3Qs6vye
Mardi 6 Décembre - 07:30



cookieassistant.com