L’Art urbain s’expose à Angers


Rédigé par Yannick Sourisseau - Angers, le Vendredi 28 Mai 2010 à 11:20


Longtemps considérés comme des actes de vandalisme, les graffitis sur les murs des villes sont devenus des œuvres désormais exposées dans les galeries d’art contemporain. En accueillant « Artaq Awards », une compétition qui récompense les meilleurs spécialistes du genre, Angers donne toutes ses lettres de noblesses à l’art urbain et se donne une image résolument contemporaine.



Réalisation en live sous le cloitre du Ronceray
Réalisation en live sous le cloitre du Ronceray
la rédaction vous conseille
Il y a en art ni passé ni présent. L’art qui n’est pas dans le présent ne sera jamais. Quelle meilleure affirmation de Picasso pour définir le street-art », disait Sophie BRIAND-BOUCHER, conseillère municipale, représentant Le Maire, Jean Claude Antonini et l’adjointe à la Culture, Monique Ramognino, tous les deux excusés, en ouvrant les expositions. « Ce festival qui est organisé à Angers, l’une des villes les plus ouverte à l’art actuel en France, valorise les jeunes talents de l’art urbain et favorise le maintien de la vie sociale en renouvellant le regard que chacun porte sur la ville.»

Artaq a démarré ce jeudi par une déambulation entre les différents lieux d’exposition. Présents sur les lieux, les artistes de rue expliquaient leur démarche, à l’exemple de Rocky Zéro, un artiste nantais qui expose dans la salle voutée de l’Hôtel de Ville. « Je viens du monde du rock’n’roll. Je suis un des rares à ne pas faire partie du mouvement hip-hop. J’étais musicien et j’ai perdu 90% de mon audition, ce qui m’a amené a travailler sur la langue des signes. Je peins des mains qui expriment des mots, comme mon nom par exemple. Mes codes couleurs sont le rouge et le vert ».

Dans le cadre de cette première journée, une soirée « Artaq Live » était organisée au Chabada, avec Kaalam, un spécialiste du graph lumineux et Scratch Bandits Crew un groupe d’artistes du scratch musical. Au passage, les visiteurs ont pu admirer in-situ, les œuvres des jeunes grafeurs angevins, lesquels sont autorisés à s’exprimer sur les murs d’enceinte du temple Angevin de la musique actuelle.

Longtemps pratiqué de manière illégale, comme un défi à l’autorité, les graffitis, peinture au pochoir et autres collages, sont désormais considérés comme un art contemporain a part entière. Le mouvement « street art » qui a pris naissance dans les banlieues des métropoles américaines dans la mouvance « hip hop », entre dans les salons et galeries d’art et se vend même très bien selon Yves SUTY, Président fondateur de l’association ARTAQ, galeriste et fondateur de l’agence de design Khéops. Ce dernier est plutôt satisfait de ces premiers Ataq Award à Angers. « Dans cette ville il y a une vrai culture des arts plastiques et un vrai savoir faire en montage d’exposition. Nous aurions été peiné si Angers n’avait pas accepté notre proposition ».

« Artaq Awards » c’est surtout un concours organisé pour la première fois à Angers, qui récompense les artistes des arts urbains du monde entier. Les œuvres primées sont exposées au Grand théâtre d’Angers, en même temps qu’une exposition originale de bombes de peintures détournées par 400 artistes connus et jeunes talents, intitulée « 400 ml » (contenance d’un aérosol de peinture).

Plus de 250 artistes de rue venus du monde entier ont répondu à l’invitation de l’association Artaq et le choix fut extrêmement difficile, d’autant que certaines œuvres étaient indéplaçable ou faisait l’objet d’une performance éphémère. 34 artistes sont récompensés dans 5 catégories : Graffiti – peinture – collage, in situ – performances, sculpture, arts numériques et photo. Les œuvres primées seront ensuite exposées dans les plus grandes capitales européennes. Artaq Awards devrait donner une image positive et moderne d’Angers, pas inutile pour une ville que d’aucuns considèrent, à tort, comme conservatrice.

Pour en savoir plus sur le Festival Artaq : www.artaq.eu




Yannick Sourisseau
Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur








Angers Mag