L'été sera chaud, Jimmy Cliff donne le ton du 20e Festival de Trélazé


Rédigé par - Angers, le Dimanche 28 Juin 2015 à 11:51


Une vague de musique ensoleillée venue tout droit de Jamaïque a submergé le Festival estival de Trélazé, samedi soir. Pour l’ouverture de la 20e édition, les organisateurs de ce rendez-vous musical dont la réputation n’est plus à faire, avaient invité une pointure de la scène reggae internationale : Jimmy Cliff. Malgré les années celui-ci n’a pas perdu de son énergie, démontrant qu’il est toujours capable de mettre le feu à la scène qui l’accueille.



Un concert très rythmé et une énergie débordante pour Jimmy Cliff
Un concert très rythmé et une énergie débordante pour Jimmy Cliff
la rédaction vous conseille
En été, il y a des soirs où l’on n’a pas vraiment envie de se coucher, préférant terminer la soirée à écouter de la musique et faire la fête. C’est l’avantage de cette saison. Samedi soir, à Trélazé, ville périphérique d’Angers ils étaient près de 20 000 à vouloir terminer la semaine en musique. Ils sont venus de la région pour la plupart, mais aussi de très loin pour d’autres, convergeant tous vers la prairie du Vissoir où se déroulent chaque année les plus gros concerts du Festival Estival.
 
Et samedi, ils étaient d'autant plus nombreux que Jimmy Cliff, celui qui ouvre la série des 15 concerts de la vingtième édition du désormais célèbre festival de Trélazé , « l'un des plus gros de l'ouest  » selon ses organisateurs en est l'une des tête d'affiche. Même l’équipe de France de basket militaire qui participera au Championnat du monde du 29 juin au 4 juillet dans la salle Arena Loire voisine était de la fête.
 
Jimmy Cliff, l’un des fers de lance, avec le regretté Bob Marley, de la musique reggae, mais pas seulement, n’a pas failli à sa réputation, entrainant dans ses musiques chaleureuses teintées de rock, la foule qui s’était massée au pied de la scène, l’invitant même a reprendre ses principaux standards dont « Miss Jamaïca », et « Reggae night »  pour les plus connus. Et le public ne s’est pas fait prier, saluant au passage cet immense artiste qui malgré ses 67 ans démarrait à Trélazé une tournée d’une cinquantaine de concerts. L’air des iles des Caraïbes, ça conserve.
 
Le député-maire de Trélazé, Marc Goua, initiateur de ce festival pas tout à fait comme les autres, puisqu’il est entièrement gratuit pour le public, était plutôt admiratif. « C’est la plus belle ouverture de festival en nombre de spectateurs. Sur le plan du spectacle je salue la générosité de Jimmy Cliff et des musiciens qui l’accompagnent.  Vraiment c’est un grand artiste, on me l’avait dit, mais ce soir il l’a prouvé. Un spectacle comme celui-ci ça fait du bien, ça change vraiment les idées ».
 
Mêmes observations de la part du public qui aurait aimé qu’un spectacle de ce niveau puisse durer toute la nuit. « Ça nous rappelle nos vingt ans. Quel rythme et quels musiciens », disait un couple venu tout spécialement du Mans pour l’applaudir. « Si nous connaissons de nombreux titres de lui nous n'avions jamais eu l’occasion de venir le voir en concert. Ce soir c’est gratuit, alors nous n’avons pas hésité ».
 
Et si personne ne pourra dire qu’il en avait pour son argent, puisque le spectacle était gratuit, tous ont apprécié l'énergie débordande de cet artiste qui met tout en œuvre pour que son public participe, d’une manière ou d’une autre à ces rythmes qui sentent bon les iles. Et le public le lui a bien rendu, chantant et dansant avec lui. Une grande fête qui a pour remède, s’il faut en trouver un, de faire oublier les petits tracas du quotidien. Une vertu qui n’a pas échappé à celui qui a initié ce festival estival.
 
« On comprend pourquoi des gens comme ça traversent les années. Ils ont du talent, mais savent donner à leur public ».

Clin d'oeil à la culture rasta pour certains spectateurs
Clin d'oeil à la culture rasta pour certains spectateurs
Pour l’occasion, certains avaient revêtu les couleurs « rasta » (vert, jaune et rouge), n’hésitant pas à se parer de fausses dreadlocks. Tous ont vibré pendant près de deux heures aux rythmes chaleureux de la musique jamaïcaine de Jimmy Cliff et de ses musiciens. Rappelé en fin de spectacle, l’artiste qui fut admis en 2010 au Panthéon du rock lors d'une cérémonie d'intronisation tenue au Waldorf Astoria de New York, leur a même servi un savant mélange de ses meilleurs titres afin que chacun puisse se souvenir encore longtemps de son passage sur la prairie trélazéenne.
 
« On comprend pourquoi des gens comme ça traversent les années. Ils ont du talent c’est vrai, mais ce sont des artistes qui savent donner beaucoup à leur public », concluait le maire de Trélazé, visiblement sous le charme et prêt a troquer la crinière blanche qu’on lui connaît pour une coiffure rasta. « Je n’y ai pas pensé, c’est vrai que j’aurais pu lancer cette 20e édition avec cette coiffure, ça aurait beaucoup fait rire ».
 
Le maire, ovationné par le public lorsqu’il est monté sur scène pour lancer cette 20e édition, laquelle, pour le premier soir a déjà tenu toutes ses promesses, a tenu a remercier les 350 entreprises partenaires installées dans la tribune qui jouxte la scène et auxquelles ont doit la gratuité de ce festival d’été. « Ces entreprises qui s’y retrouvent dans leurs échanges commerciaux contribuent non seulement à la réussite de ce festival, mais aussi à donner de la notoriété à la ville et au territoire angevin. Nous avons intérêt les uns et les autres à créer des événements de ce type, car le développement économique du territoire ça passe aussi par là ».

Avec autant de spectateurs et une telle ambiance, c'est bien parti pour le 20e Festival de Trélazé.

Avant la compétition, les basketteuses militaires françaises se sont mises dans l'ambiance trélazéenne
Avant la compétition, les basketteuses militaires françaises se sont mises dans l'ambiance trélazéenne




Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur








Angers Mag












Angers Mag : Orphée aux enfers, mais aussi au Quai: Entretien croisé avec Jean-Paul Davois (directeur... https://t.co/NJjZLJnXMH https://t.co/pTRfJd77AD
Lundi 5 Décembre - 08:00
Angers Mag : Enseignement, quand l'instruction se "fait maison": Depuis trois ans, Barbara a décidé... https://t.co/2EbbolDZYe https://t.co/q2lbjICkRQ
Lundi 5 Décembre - 07:20
Angers Mag : Le SCO passe à l’orange: Tenus en échec à Jean Bouin samedi par la lanterne rouge du... https://t.co/QADPR1iLiN https://t.co/YP52GPOoB9
Dimanche 4 Décembre - 13:50
Angers Mag : #Angers En panne d'idée de cadeaux ? @Revue_BDM #carnetsdevoyage #publicité https://t.co/VsebE5LDp8
Samedi 3 Décembre - 18:56







cookieassistant.com