Angers Mag - information, actualités locales, politique, culture

Un autre regard sur la région angevine

- Angers Mag Mobile
   





L’histoire se répète : Quevilly sort Angers-SCO de la coupe de France, 1-0


Rédigé par - Le Samedi 21 Janvier 2012 à 23:11


On prend les mêmes on recommence. Ce samedi à Robert Diochon (Rouen), comme il y a deux ans, Angers-SCO est tombé face à l’US Quevilly en 16èmes de finale de la coupe de France, même si le contexte n’était pas exactement le même.



CHARBONNIER-KESERÜ, duo en panne depuis trois matchs.
CHARBONNIER-KESERÜ, duo en panne depuis trois matchs.
En janvier 2010, Angers-SCO avait fait preuve de trop de suffisance face à un club de CFA, dans son petit stade de Lozai. La surprise classique que réserve la coupe de France. Cette fois, Angers-SCO a affronté un club de national, solide, dans un stade propice au développement de son football : celui du FC, Rouen, le stade Robert DIOCHON. On a, donc, plus assisté à un match presque typique de la Ligue 2, qu’à l’affrontement de David contre Goliath. En tout cas, l’Angers-SCO du moment n’a rien d’un Goliath.

Les Angevins doutent, s’énervent vite, pressés de retrouver leurs repères. Sans grande surprise, il a suffi d’un but pour que les Normands l’emportent, tant les têtes et les jambes sont lourdes côtés Angevin. En plus, les joueurs de Stéphane MOULIN sont tombés sur un excellent portier Normand, EL KHARROUBI, lequel fut décisif à deux reprises, notamment.

A la 44ème minute, d’abord, suite à un long coup franc de Diego GOMEZ, il repoussait la reprise du gauche, à bout portant de Gaétan CHARBONNIER. Puis, à la 60ème minute, c’est ni plus, ni moins qu’une double parade qu’il opposa à Gaétan CHARBONNIER, puis Claudiu KESERÜ. Cette seconde action s’inscrivait dans le cadre de la réaction Angevine. Depuis la 30ème seconde de jeu après la reprise et une superbe frappe de COLINET, de 25 mètres en lucarne, Quevilly menait au score (1-0, 46’).

Auparavant, les 4 500 spectateurs avaient assisté à une première période moyenne. Angers-SCO s’était principalement appuyé sur Diego GOMEZ et ses coups de patte, pour porter le danger dans la surface locale.

Malik COUTURIER, sur un coup franc de l’Argentin prolongé par Gaétan CHARBONNIER, avait même trouvé le chemin des filets. Mais voila, l’attaquant Angevin était hors-jeu et Monsieur PICCIRILLO, l’arbitre, ne valida logiquement pas le but.

Côté défensif, pas de séquence gag, cette fois, mais de nombreuses sollicitations sur les rushes de COLINET, intenable, sans oublier CAPELLE et LAUP. Quevilly jouait bien au ballon et développait des contres ultra rapides, face à des Angevins vigilants.Jérôme HIAUMET, remplaçant de Grégory MALICKI, laissé au repos, n’avait pas eu à sortir le grand jeu.

Le portier Angevin eut plus de travail en seconde période. LAUP le sollicita d’abord sur coup franc (50’), avant que CAPELLE, lancé en profondeur, l’oblige à intervenir hors de sa surface (69’).

Après avoir eut quelques frayeurs, sur un centre de LAUP, repris au premier poteau, juste au-dessus de la transversale par OUAHBI (72’), Jérôme HIAUMET fut à la parade sur une superbe frappe croisée de LAUP (76’).

A ce moment du match, les Angevins avaient déjà, quelque peu renoncé, peut être inconsciemment : après l’occasion de la 60ème minute, décrite plus haut, on vit encore Claudiu KESERÜ armer une frappe au ras du poteau de EL KHARROUBI, sur un service de Gaétan CHARBONNIER, pour la troisième grosse occasion du SCO (64’).

On ne vit plus grand-chose par la suite, avant les arrêts de jeu où le gardien local repoussait un coup franc de l’attaquant Roumain (91’). Sur le contre, Jérôme HIAUMET rendit la pareille à son homologue, en sortant la frappe de CAPELLE.

Une dernière reprise de Diego GOMEZ dévissée (92’) et Angers-SCO sortit de la coupe sans gloire, en pouvant se consoler d’avoir retrouvé certaines valeurs, à défaut de génie.

Mais si les jambes des 22 acteurs étaient lourdes sur une pelouse très grasse, Angers-SCO a encore accumulé des bleus à l’âme, pour preuve une faute de dépit de Malik COUTURIER sur COLINET qui lui coûta un carton jaune et la frustration d’Olivier AURIAC, au moment de son remplacement et, de plus, averti pour contestation en première période.

Et samedi prochain, c’est Reims, prétendant à la montée, qu’il faudra aller visiter. Un mal pour un bien : Angers-SCO n’endossera pas le costume de favori.
Le groupe traverse une passe difficile, un coup de moins bien dont il va, sans aucun doute, se sortir. Le plus vite sera le mieux.




Correspondant Sport pour Angers Mag - Suit plus particulièrement l'UFAB et parfois le SCO En savoir plus sur cet auteur




1.Posté par bazin le 24/01/2012 22:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Attention Mr MOULIN un peu plus de discipline avec vos joueurs et plus d'envie et de vitesse d'exécution .Quant à Mr MALICKI il fau t aller se ressourcer ....... à VICHY.....et chez OPTIC 2000