L'utile et médiatique dictée de la Première dame


Rédigé par - Angers, le 18/10/2013 - 19:50 / modifié le 19/10/2013 - 10:13


Valérie Trierweiler est revenue vendredi matin à l'école Paul Valéry à Angers, où elle fut scolarisée, pour lire la Dictée d'Ela, l'association Européenne contre les Leucodystrophies. Et donner ainsi le coup d'envoi d'une campagne de sensibilisation aux maladies rares. Une opération de communication réussie à tous points de vue.



Valérie Trierweiler lit la dictée d'Ela aux élèves de CM2 de l'école Paul Valéry, en présence de Tom, sa maman et d'une ancienne institutrice de la compagne de François Hollande.
Valérie Trierweiler lit la dictée d'Ela aux élèves de CM2 de l'école Paul Valéry, en présence de Tom, sa maman et d'une ancienne institutrice de la compagne de François Hollande.
la rédaction vous conseille
Nous n'avons plus aucun doute là-dessus. Si la capacité d'attraction d'une personnalité se mesure aux crépitements des flashs qui accompagnent ses faits et gestes, Valérie Trierweiler figure en très, très bonne position chez nos confrères photographes.

Combien étaient-ils vendredi matin pour accueillir la compagne du Président de la République, François Hollande, à l'entrée de l'école Paul Valéry ? A vue de nez, une bonne vingtaine. Ajoutez-y les télévisions, la presse écrite et magazine, et vous comprendrez que les responsables de la communication de l'association ELA ont toutes les raisons de se réjouir ce week-end.

C'est le jeu. En organisant la venue de la Première dame de France dans l'école du quartier Monplaisir à Angers qui l'a vue grandir, cette association cherchait bien avant tout à médiatiser le combat qu'elle mène depuis 1992, contre ce groupe de maladies d'origine génétique qu'on réunit sous le nom de leucodystrophies.

Selon son président, Guy Elba, trois à six enfants naissent chaque année en France avec cette affection de la myéline du système nerveux central, qui paralyse peu à peu les fonctions vitales. Pour expliquer la maladie aux élèves de l'école Paul Valéry, il présente deux bouts de de câbles électriques. L'un avec une gaine en parfait état. L'autre avec une gaine trouée : "Le courant ne passe plus. C'est ça la maladie."

Sa main dans celle de Valérie Trierweiler, Tom, 12 ans, fait face avec un naturel désarmant à une vingtaine d'enfants de CM2. Il raconte sa vie dans les Deux-Sèvres avec la leucodystrophie. Céline, sa maman, est là aussi. Une vingtaine d'élèves de CM2 les écoutent attentivement. Sages mais pas trop non plus. Suffisamment spontanés en tout cas, malgré la présence médiatique, pour questionner, rebondir et faire vivre l'échange. L'émotion et l'information passent.

"Ça ne me coûte pas d'être là"

L'utile et médiatique dictée de la Première dame
Et c'est l'heure de la traditionnelle dictée d'ELA qui donne chaque année depuis 2004, le coup d'envoi de la campagne nationale de sensibilisation de l'association. Menée en partenariat avec l'Education nationale, elle a mobilisé des dizaines de personnalités. Valérie Trierweiler a rejoint, après l'élection présidentielle, les rangs des parrains et marraines qui soutiennent l'action d'ELA : "Ils ont été les premiers à me solliciter. J'ai toujours dit que je m'engagerai pour défendre l'enfance vulnérable, leur cause correspondait à mes convictions."

Pour lire la dictée, rédigée par Joël Dicker, le Prix Goncourt des Lycéens 2012, la compagne du chef de l'Etat a choisi de procéder à deux voix avec son ancienne enseignante de CM1, Lydia Tombini-Keribel : "Madame Keribel". Un symbole là aussi pour, explique-t-elle plus tard en conférence de presse, redire son admiration pour le corps enseignant qui a contribué à l'élever intellectuellement et socialement.

"Ça ne me coûte pas d'être là auprès des enfants. Je suis très touchée par Tom et par ses parents, insiste Valérie Trierweiler. C'est très lourd pour une famille que de vivre avec le handicap. Ne serait-ce que financièrement, tout doit être adapté dans la maison."

Nerf de la guerre pour financer la recherche et accompagner les parents, la récolte d'argent est l'un des objectifs de la campagne d'ELA. En une semaine, 1,2 millions d'euros ont été collectés en France, via plus de 500 événements organisés dans des établissements scolaires. Des chiffres provisoires qui laissent espérer un bilan 2013-2014 meilleur que l'an passé, annonce ELA. Un signe que, malgré la conjoncture économique, la solidarité continue de se manifester.
Tous les acteurs de la dictée d'ELA réunis dans la cour de l'école Paul Valéry.
Tous les acteurs de la dictée d'ELA réunis dans la cour de l'école Paul Valéry.




Journaliste, rédacteur en Chef d'Angers Mag En savoir plus sur cet auteur





1.Posté par stein le 18/10/2013 20:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Depuis quand Mme THIERWEILER est elle la première Dame de FRANCE

2.Posté par lenoir le 20/10/2013 22:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Nous sommes en république, et le conjoint du ou de la président(e) de la République n'a ni statut ni titre particulier : alors qu'on arrête d'utiliser ce terme imbécile de "Première dame de France" ! pour quoi "première" ? parce qu'elle partage le lit du président de la république ? et si c'était une présidente de la république, est-ce qu'on appellerait son mari le "Premier Monsieur de France" ? ce serait ridicule pour lui n'est-ce pas ?

3.Posté par Yannick Sourisseau le 20/10/2013 23:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Amis du soir, bonsoir
Et pourquoi pas un premier homme de France. Je veux bien être celui là, mais je ne prends pas de risque mon épouse ne fait pas de politique. Dommage...

Plus sérieusement, je vous conseille de lire ceci : fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_Premi%C3%A8res_dames_de_France

Un peu de culture et de respect ne nuit pas, n'est-ce pas ?

Cordialement















Angers Mag











Angers Mag : #JPEL "Contre le complotisme, on ne peut pas enrayer tout (...) Mais on peut entraîner les cerveaux." 👏👏JB Schmidt… https://t.co/6pn23fJUHD
Vendredi 9 Décembre - 15:01
Angers Mag : L'indépendance, un état d'esprit ? #Angers Mag bien chez soi à la journée de la presse en ligne à Paris. #JPEL https://t.co/EpAgR2dt6N
Vendredi 9 Décembre - 12:17
Angers Mag : #Angers Le dessin du mois de décembre signé Fañch Juteau #prevention #VIH https://t.co/J3CxFCf8FC https://t.co/oAZR7nNURX
Vendredi 9 Décembre - 12:01
Angers Mag : #Angers Le dessin du mois de septembre signé Fañch Juteau #accrochecoeurs https://t.co/J3CxFCf8FC https://t.co/Jkrkty2UMe
Vendredi 9 Décembre - 10:51



cookieassistant.com