« La Retro 1903 » : dans la roue des héros du Tour de France


Rédigé par - Angers, le 22/06/2013 - 19:26 / modifié le 23/06/2013 - 10:45


Organisée dans le cadre de l’Anjou Vélo Vintage par le Conseil Général de Maine-et-Loire et le centenaire du Tour de France, la « Rétro 1903 » dont le départ était donné d’Angers ce matin a connu un succès mérité, tant dans le peloton que sur le bord des routes.



Un groupe de cyclistes rétros, ce matin, sur les bords de la Loire
Un groupe de cyclistes rétros, ce matin, sur les bords de la Loire
la rédaction vous conseille
En voyant le public massé sur le bord des routes pour applaudir les 300 courageux qui se sont élancés ce matin d’Angers sur des engins d’époque pour certains, on se serait cru sur la route du Tour de France. Tout y était, un maillot jaune sur les épaules d’un ancien vainqueur, Bernard Thévenet, une caravane publicitaire d’époque avec une Renault Dauphine d’Europe N°1, et un peloton de cyclistes à moustache gauloise, le boyau de secours enroulé autour des épaules.

La « Rétro 1903 » qui se courait, pour le plaisir, entre Angers et Saumur, via le château de Brissac-Quincé, reprenait la dernière étape du premier Tour de France qui emmenait la vingtaine de coureurs de l’époque, de Nantes à Paris, pour un périple de 471 Km. C’est Maurice Garin qui remporta cette étape en 18h et 9 minutes, gagnant ainsi le premier Tour de France.

Accompagné de l’ancien champion cycliste Raymond Poulidor, c’est Christophe Béchu , le président du Conseil Général qui a donné le départ, installé à l’arrière d’une voiture ancienne. Après avoir longé le château, le peloton a rejoint Saint Gemmes sur Loire, les Ponts-de-Cé, puis les bords de Loire via la Bohalle et Saint Mathurin, puis Brissac-Quincé après traversé le fleuve. Dans tous les villages, les coureurs « rétro » furent chaleureusement applaudis.

Charles-André de Cossé-Brissac qui accueillait la caravane ce midi, soit environ 500 personnes dans les écuries de son château, se rappelait quelques souvenirs d’enfance. « Quand nous étions en vacances début juillet à Noirmoutier la première chose que l’on faisait, c’était d’allumer la télé pour regarder le Tour de France. C’était l’époque de Bernard Hinault. Pour moi c’est l’événement par excellence. Ça représente la France avec sa diversité des paysages et de ses habitants ».

" C’était génial j’ai eu l’impression de monter le Tourmalet "

L'étape du midi, au château de Brissac, fut très appréciée
L'étape du midi, au château de Brissac, fut très appréciée
Cette randonnée, plus touristique que sportive, même si certains se sont pris au jeu de quelques sprints, était l’occasion de faire apprécier les paysages et le patrimoine. « Quand le Département ou la Région, me demandent d’accueillir un événement de ce type je dis toujours oui, car c’est aussi leur monument », ajoutait le marquis de Cossé-Brissac. « Le partenariat informel que nous avons c’est de dire : comptez sur moi je serais toujours là pour participer au rayonnement de l’Anjou et des Pays de la Loire ».

Coté participants on est parfois venu de très loin pour se rappeler le Tour, à l’exemple d’Alain Cigana ancien coureur professionnel, venu du Bordelais pour participer à cette Rétro 1903. « Je fais la randonnée sur un vieux vélo de 1910 et je retrouve les sensations des héros du Tour. Je suis un ancien coureur du Tour de France des années 70 et j’ai retrouvé ce matin d’anciens partenaires, tels que Thévenet, Berland, Delépine. Ça roulait un peu vite devant, j’ai voulu suivre et je me suis retrouvé en difficulté ».

Tous les coureurs se sont montrés enthousiastes à l’étape de Brissac, jouant le jeu de la compétition, tout en prenant du bon temps pour déjeuner à l’ombre du château, même si le ciel était un peu couvert. « C’était génial, j’ai eu l’impression de monter le Tourmalet », s’amusait Serge Rebondy, restaurateur, collectionneur et gérant d’un musée du vélo à Issy les Moulineaux, à côté du siège d’ASO, l’organisateur du Tour de France. « L’organisation est excellente, c’est à faire et refaire et ceux qui ne connaissent pas il faut absolument qu’ils y viennent. Mon vélo, un vieux Motobécanne des années 60 n’était pas trop adapté pour les montées et je ne me suis pas assez entrainé cet hiver ».

La caravane a repris la route en début d’après-midi pour rejoindre Saumur, terme de cette étape rétro et point de départ des circuits de l’Anjou Vélo Vintage, demain dimanche. Plus de 2000 cyclistes, tous en costume rétro ce sont inscrits à ce grand rendez-vous de la mode Vintage, auxquels s’ajouteront quelques milliers de spectateurs.




Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur















Angers Mag