"La devise républicaine ne sert pas uniquement à être gravée dans la pierre"

LA TRIBUNE DU LUNDI - #TRIBUNE DU LUNDI


Rédigé par Pierre VERNOT, maire de Saint-Lambert-la-Potherie - Angers, le 09/05/2016 - 07:00 / modifié le 09/05/2016 - 21:36


Vendredi 13 mai, Pierre Vernot, le maire de Saint-Lambert-la-Potherie, officiera lors du parrainage républicain d’Ousmane, un étudiant de 19 ans, menacé d’expulsion à un mois de son examen du CAP. Pierre Vernot signe cette [Tribune du Lundi] du lundi pour évoquer la portée de ce parrainage et, plus largement, le sens du mot « fraternité ».



Une mobilisation autour d'Ousmane à la sortie du tribunal administratif de Rennes.
Une mobilisation autour d'Ousmane à la sortie du tribunal administratif de Rennes.
la rédaction vous conseille
"Le parrainage républicain est une expression qui remonte à 1793, au moment où la Révolution française a voulu mettre en place le culte de la déesse « Raison ». C’était une idée de Robespierre et Danton pour concurrencer l’emprise que l’Eglise catholique avait sur la France de l’époque. L’objectif était d’avoir un baptême religieux à l’église et un parrainage civil à la mairie.

Si l’on remonte un peu plus loin, on peut s’apercevoir que, il y a deux ou trois millénaires déjà, les civilisations se préoccupaient du sort des orphelins, qui étaient nombreux, que ce soit pour faits de guerre, de famine ou d’autres calamités. On a des témoignages, que ce soit dans l’Egypte ancienne ou en Mésopotamie, de systèmes sociaux qui veillaient à ce que les orphelins soit pris en charge dans un cercle assez large, qu’il soit familial ou villageois.

Au début de l’Empire romain, c’est l’Eglise catholique qui a repris cette tradition d’adoption ou de prise en charge des orphelins en instituant des baptêmes religieux. D’autres religions ont des institutions un peu similaires. Tout l’objectif, durant les quinze premiers siècles de l’ère moderne, c’est de ne pas abandonner les orphelins à leur sort, pour éviter qu’ils deviennent de futurs brigands ou dans un objectif social.

Depuis un demi siècle, le regain d’intérêt pour le parrainage républicain s’inscrit davantage dans une problématique de coéducation - la FCPE a publié un certain nombre d’ouvrages sur le sujet. C’est un principe qui a une double finalité: que les parents ne soient pas seuls face à leur responsabilité éducative et que les enfants disposent d’autres interlocuteurs que leurs seuls parents pour débattre de leur éducation. Au début, la coéducation était développée principalement pour les adolescents, mais l’intérêt de la coéducation dès la première enfance est désormais reconnu.

 
Est-ce que l’on se sent en fraternité avec des peuples qui se font massacrer ou est-ce que l’on reste devant notre télé à dire « c’est bien dommage » ?

Pierre Vernot, maire de Saint-Lambert-la-Potherie.
Pierre Vernot, maire de Saint-Lambert-la-Potherie.
Ousmane est dans un cas particulier. Il a le malheur d’être orphelin de père et de mère mais il est déjà jeune adulte. L’idée est donc de lui proposer un accompagnement. Certes, cela ne va jamais remplacer ses parents décédés, mais l’objectif est de montrer que d’autres adultes plus expérimentés sont près à partager leur expérience mais aussi à lui faire une petite place dans la vie pour l’accompagner dans ses choix, dans son insertion, dans la société française en l’occurrence.

Il est arrivé de Guinée il y a trois ans. Ses parents ont été tués là-bas, ce qui montre que même quand on n’obtient pas le statut de réfugié politique en France, on peut être menacé dans sa vie ou dans celle de ses très proches, dans pas mal de pays de part le monde.

Ousmane vient d’avoir 19 ans et sa situation juridique est la suivante : l’Etat français s’est aperçu qu‘il n’avait plus de titre de séjour et a commencé sa procédure d’expulsion. Cela pose problème puisque il s’apprête à passer son CAP au mois de juin prochain.

La mobilisation qui a eu lieu autour de lui était d’abord une mobilisation de la sphère éducative pour lui permettre de ne pas gâcher ses chances de réussir un CAP alors que cela fait plus de trois ans qu’il réside en France, sur Angers. Deux de ses enseignants du lycée Joseph Wresinski ont, eux, accepté d’être le parrain et la marraine d’Ousmane : ils acceptent donc plus particulièrement de l’accompagner dans ses choix.
 
Le principal but de ce parrainage est de montrer qu’Ousmane n’est pas un électron libre en France mais qu’il s’est déjà inséré dans son lycée, dans son quartier et que la problématique du retour au pays est bien plus compliquée que ne l’imaginent certains juristes de l’Etat. Le problème d’Ousmane, c’est qu’il n’a pratiquement plus d’attache et de connaissances dans son pays alors qu’il a de nombreuses attaches en France.
 
A travers Ousmane, je pense que c’est aussi l’occasion de nous interpeller collectivement sur l’accueil que l’on fait aux réfugiés, quel que soit leur pays d’origine. Certains viennent du Moyen Orient mais les réfugiés africains en France sont nombreux, quel que soit leur. pays.  Nous sommes face à un sujet qu’il faudrait traiter au minimum au niveau européen mais qui mérite un débat très concret autour du mot « fraternité ». Est-ce que l’on se sent en fraternité avec le peuple syrien, les habitants du Darfour, d’autres peuples qui se font massacrer ou est ce que l’on reste devant notre télé à dire « c’est bien dommage » ?

La devise de la République n’est pas seulement là pour être gravée dans la pierre, elle est aussi là pour qu’on la vive concrètement, au quotidien, et que des citoyens disent : « oui tu es mon frère et j’ai envie que l’on continue un bout de chemin ensemble »."



















Angers Mag











Angers Mag : Report'Cité : portez la plume, s'il vous plaît !*: Un an et demi après son lancement, le... https://t.co/Qf1FyGW1iJ https://t.co/P8YYlZPYdm
Vendredi 2 Décembre - 19:06
Angers Mag : #musique De Macao à Pergolèse,la riche actualité de l'ensemble Amarillis @Angers https://t.co/hAW8WkdOUw
Vendredi 2 Décembre - 10:46
Angers Mag : #Angers Le jour d'après #PSGSCO, le billet @LardeuxT. Comme quoi on peut supporter @SCO et admirer @ECavaniOfficial https://t.co/nA3Ivf5HEE
Jeudi 1 Décembre - 18:18
Angers Mag : Au musée des Beaux-Arts, l'énigme Peter Briggs: Jusqu'au 26 mars, le musée des... https://t.co/Ys4SmHHl6M https://t.co/4mARuYnceC
Jeudi 1 Décembre - 07:30



cookieassistant.com