La fabuleuse aventure de la mouette de Belle-Beille


Rédigé par - Angers, le Lundi 19 Janvier 2015 à 19:15


Réalisé par les habitants du quartier de Belle-Beille à Angers, avec le soutien du centre Jacques Tati, le film court « La mouette » était présenté officiellement dimanche, au cinéma les 400 Coups, dans le cadre du Festival Premiers Plans. Un moment de gloire pour tous ceux qui ont participé à ce projet social.



Quelques acteurs et figurants occasionnels, habitants de Belle-Beille, devant le cinéma les 400 Coups
Quelques acteurs et figurants occasionnels, habitants de Belle-Beille, devant le cinéma les 400 Coups
la rédaction vous conseille
Succès assuré pour les comédiens, figurants et techniciens du film « La mouette », inscrit au programme du festival Premiers Plans qui se déroule actuellement à Angers.  Avec ses 180 places, littéralement prises d’assauts, la salle 1 du complexe Les 400 Coups n’était pas assez grande, pour accueillir les spectateurs. « A projet exceptionnel, un évènement exceptionnel comme Premiers Plans », déclarait Louis Matthieu, président de cinéma parlant et parrain du projet, en accueillant les spectateurs « C’est un premier film et il a donc tout naturellement sa place ici ».

Pour tous les habitants du quartier, qu’ils aient participé de près ou de loin à cette aventure cinématographique, pas question de rater la première présentation de « leur film ». Levés tôt, pour eux c’était l’aboutissement d’un projet qui aura su, au-delà des différences, mobiliser les énergies de tout un quartier populaire d’Angers.  

Même s’il s’agit d’un projet artistique, « La Mouette » est avant tout un projet social dont l’objectif est d’attirer l’attention sur l’isolement et le repli sur soi dont souffrent les habitants des quartiers populaires. « Tout en leur donnant accès à la culture et l’envie de sortir de chez eux et aller au-devant des autres », rappelait Yamar Cissokho le président de la maison de quartier et centre social Jacques Tati, initiateur du projet.  Et en cette période trouble, où certains agitent la peur et la haine, ce projet démontrait, si besoin était, que la vie en parfaite harmonie entre les différentes communautés qui peuplent une ville, reste possible.
 
« Nous pouvons être prétentieux, peut-être que demain nous monterons les marches de Cannes »

« Le cinéma fait rêver et ce film, auquel ont participé tous ceux qui le souhaitait a contribué à la mise en place d’un véritablement mouvement de solidarité. Il a permis de tisser des liens entre les habitants », rappelait Thierry Charrier, de la compagnie théâtrale Crue, coordonnateur de la réalisation.  « Sans les habitants ce projet n’aurait pas pu voir le jour ».

Et dimanche matin, galvanisés par Yamar Cissokho qui leur disait : « nous pouvons être prétentieux, peut-être que demain nous monterons les marches de Cannes », les habitants qu’ils soient simples spectateurs ou acteurs, en redemandent. « Avez-vous prévu une suite », réclamaient ceux qui se voient déjà embrasser une carrière d’acteur. « Ce fut une grande aventure, mais je suis prête à continuer l’expérience. Car elle nous a permis de rencontrer d’autres habitants, des voisins, dans un autre contexte », soulignait la comédienne occasionnelle qui interprétait le rôle principal. « Maintenant quand on me croise, on m’appelle monsieur l’acteur », ajoutait son voisin, intarissable sur ce qu’il a pu vivre au cours du tournage.

Opération réussie, donc, pour ce projet qui devrait en appeler d’autres. Les élus présents dans la salle et notamment Michelle Moreau 1ère adjointe, en charge de la vie des quartiers et de la vie associative et Alain Fouquet, Adjoint à la Culture, ont été largement sollicités, par les habitants, pour financer d’autres projets de ce type.

A écouter : les points de vue de Louis Matthieu, le parrain du projet et Thierry Charrier, le coordinateur de la réalisation
 

le_point_de_vue_de_louis_matthieu.mp3 Le point de vue de Louis Matthieu.mp3  (903.67 Ko)


l__experience_de_thierry_charrier.mp3 l'expérience de Thierry Charrier.mp3  (1.98 Mo)


Le synopsis de la Mouette

La fabuleuse aventure de la mouette de Belle-Beille
C'est le matin à Belle-Beille, un vendredi comme les autres. La mouette, une vieille dame qu'on dit muette - alors on l'appelle « la mouette » - vit seule en haut d'une très haute tour.

Drôle d'oiseau solitaire, elle regarde le temps qui s'écoule à son balcon… mais une goutte d'eau vient chambouler son existence. Un peu comme Robinson Crusoé elle part en exploration sur son île, à la rencontre du monde tout en bas de chez elle.
 




Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur








Angers Mag












Angers Mag : #musique De Macao à Pergolèse,la riche actualité de l'ensemble Amarillis @Angers https://t.co/hAW8WkdOUw
Vendredi 2 Décembre - 10:46
Angers Mag : #Angers Le jour d'après #PSGSCO, le billet @LardeuxT. Comme quoi on peut supporter @SCO et admirer @ECavaniOfficial https://t.co/nA3Ivf5HEE
Jeudi 1 Décembre - 18:18
Angers Mag : Au musée des Beaux-Arts, l'énigme Peter Briggs: Jusqu'au 26 mars, le musée des... https://t.co/Ys4SmHHl6M https://t.co/4mARuYnceC
Jeudi 1 Décembre - 07:30
Angers Mag : Willy Bernard : démêler le sac de nœud judiciaire: Condamné à deux ans de prison ferme... https://t.co/Ffz3evuZP2 https://t.co/w99MlfjbY9
Mercredi 30 Novembre - 13:02







cookieassistant.com