Angers Mag - information, actualités locales, politique, culture

Un autre regard sur la région angevine

- Angers Mag Mobile
   





La fin de l'aventure pour les Ducs d'Angers.


Rédigé par - Le Jeudi 22 Mars 2012 à 14:44


Les Ducs d'Angers retrouvaient hier soir, à la patinoire du Haras, les Dragons de Rouen pour le match 4 de la série. Après avoir concédé une lourde défaite mardi soir, Angers était dos au mur et devait absolument gagner cette rencontre pour espérer participer à la finale avant l'heure samedi à Rouen. Les coéquipiers de Marc BELANGER se sont battus jusqu'à la dernière minute mais en vain.



La déception du guerrier Pavol MIHALIK en fin de match.
La déception du guerrier Pavol MIHALIK en fin de match.
Dès le début de la rencontre, Angers avait l'occasion de s'installer dans le camp rouennais grâce à une supériorité numérique. Mais, la défense normande repoussait le palet systématiquement et tentait des contres.

La rencontre s'équilibrait et les Ducs ouvraient la marque juste après le retour de prison d'ALLEN. Eric FORTIER, grâce à une sublime passe dans le dos de la défense normande, trouvait Damien RAUX au second poteau. Totalement oublié par les Dragons, il trompait LHENRY (7'25 : 1-0).

Andrej HOCEVAR détournait les tirs lointains de la bleue et préservait cet avantage. Mais, c'est à ce moment que M.COLLEONI signait son retour au Haras…

Profitant d'une énorme charge de SALMIVIRTA, les Dragons de Rouen récupéraient le palet derrière la cage d'Andrej HOCEVAR. Daniel CARLSSON interceptait le palet mais ne pouvait pas relancer car il était bousculé par GUENETTE, faute qui n'était toujours pas sanctionné.

Rouen profitait de ce laxisme arbitral et égalisait par THINEL sous la colère du public angevin (15'04 : 1-1).

Morts de faim, les Ducs se jetaient sur tous les palets et avaient retrouvé une cohésion en défense, alors que la nervosité était de nouveau palpable côté rouennais.

La preuve par WERENKA stoppant volontairement un Julien ALBERT qui partait défier LHENRY en face à face. Le défenseur rouennais ne sera sanctionné que de deux minutes pour un antijeu flagrant.

Rouen dominera quasiment toute la durée du second tiers, monopolisant le palet dans la zone défensive angevine. Et, malheureusement pour Angers, le talent des attaquants normands allait être une nouvelle fois prépondérant.

GUENETTE, esseulé côté gauche, rentrait dans l'axe du but. Il effectuait deux feintes de frappes qui déséquilibraient Andrej HOCEVAR et le canadien envoyait le palet sous le portier angevin (24'57 : 1-2).

Angers n'arrivait pas à se débloquer de l'emprise normande durant ce tiers et, sans un Andrej HOCEVAR retrouvé, le score aurait pu être plus conséquent pour Rouen. Mais, les Ducs envoyaient un message à LHENRY et à ses coéquipiers en fin de tiers : ils se battraient jusqu'au bout.

Angers revenait des vestiaires le couteau entre les dents et allaient tenter le tout pour le tout. Malheureusement, M.BOURREAU refusait un but (logiquement ?) à la 52ème minute pour un palet injouable alors que M.COLLEONI semblait vouloir laisser jouer…

Le public angevin criait à l'injustice une nouvelle fois. Les Dragons de Rouen étaient fébriles et les occasions angevines nombreuses.

Durant dix minutes, les Ducs poussaient pour revenir au score et ne laissaient que des miettes aux avants rouennais.

Mais, c'est alors que Kévin IGIER, alors en pleine vitesse, allait commettre une énorme charge sur ALLEN. Le corps arbitral renvoyait le défenseur des Ducs aux vestiaires par une pénalité de match logique.

Les Dragons profitaient de cette supériorité rapidement et sur un contre cruel ruinaient les espoirs de qualification angevins. SALMIVIRTA passait la rondelle à son capitaine MALLETTE qui fusillait Andrej HOCEVAR et qualifiait son équipe pour la finale des playoffs (57'05 : 1-3).

Jay VARADY faisait sortir son gardien et Marc BELANGER trouvait la barre dans les ultimes secondes.

Merci les Ducs et encore bravo !!!

Les Ducs d'Angers sont éliminés des playoffs mais, ils peuvent se targuer d'avoir fait trembler le double champion en titre avec un effectif amoindri. Le résultat aurait-il été semblable pour Angers avec ses cadres sur la glace ? La question ne trouvera jamais de réponse.

Toujours est-il que les joueurs de Jay VARADY ont effectué un parcours exceptionnel en playoffs au vu de leur saison régulière mitigée. La qualification en demi-finale semblait déjà inespéré il y a encore un mois.

Le coach angevin, ayant re-signé pour deux ans, va pouvoir composer une nouvelle équipe autour de ses cadres pour pouvoir prétendre passer ce cap fatidique des demi-finales l'année prochaine. La défense, bien qu'étant la meilleure de Ligue Magnus, s'annonce comme le plus gros chantier de l'intersaison.





Matthieu ROULLIER
Correspondant Sport pour Angers Mag. Intervient pour les Ducs d'Angers et en remplacement pour... En savoir plus sur cet auteur