La grogne des étudiants en soins infirmiers


Rédigé par Tiphaine CREZE - Angers, le 12/04/2016 - 09:02 / modifié le 12/04/2016 - 09:02


Les élèves en soins infirmiers d'Angers réclament le même accès aux services de l'Université que leurs collègues étudiants. Ils ont lancé une pétition qu'ils envisagent d'envoyer à Bruno Retailleau, le président de la Région, compétente en matière de formations sanitaires et sociales.



Les étudiants en soins infirmiers paient des droits de scolarité du même montant que les étudiants de l'Université d'Angers (crédit : Aesia, Assos Kipik, Adeis).
Les étudiants en soins infirmiers paient des droits de scolarité du même montant que les étudiants de l'Université d'Angers (crédit : Aesia, Assos Kipik, Adeis).
la rédaction vous conseille
La fronde a démarré le 19 janvier dernier, jour des élections centrales de l'Université d'Angers. "162 étudiants en soins infirmiers se sont fait refuser l'accès aux urnes. Jusqu'à présent, ils avaient le droit de vote", explique Julie Gastineau, présidente de la Fé2a, la Fédération étudiante des associations angevines. "Ca a été le déclencheur".

Depuis 2004 et la loi de décentralisation, les compétences en matière de formations sanitaires et sociales ont été transférées à la Région. "La gestion financière a été transférée à la Région avec obligation pour celle-ci de se rapprocher des centres de soins - du CHU pour Angers - en charge des formations pratiques et de l'Université pour délivrer un équivalent de la Licence , en plus du diplôme d'Etat." Et c'est là que le bât blesse. Car malgré ces conventions avec l'Université, les étudiants en soins infirmiers ne disposent pas des mêmes services que leurs collègues. "On peut bien sûr accéder à la bibliothèque universitaire", explique Aurélien Cany, vice-président chargé de la cohésion sociale au sein de l'AESIA, l'association des étudiants en soins infirmiers d'Angers. "Cependant, il nous faut payer une cotisation supplémentaire pour emprunter un livre."
"Nous ne sommes pas considérés comme des étudiants à part entière."

Dans leur pétition lancée début avril avec l'Assos Kipik et l'Adeis (associations des étudiants en soins infirmiers de Cholet et de Saumur) et la FNESI (Fédération Nationale des étudiants en soins infirmiers) - et qui a été signée par plus de 300 personnes - les étudiants dénoncent également le fait qu'ils ne puissent accéder "aux services de sport et de médecine préventive de l'Université", alors que les usagers de l'Université d'Angers et de l'IFSI paient les mêmes droits de scolarité : 184 euros. "Nous ne sommes pas considérés comme des étudiants à part entière."
 
"Nous demandons que l'on ouvre les mêmes droits à tout le monde, d'abord sur le Maine-et-Loire, sous forme d'expérimentation puis, peu à peu, sur toute la Région", revendique Julie Gastineau. Dans leur communiqué de presse, les étudiants écrivent : "Un grand nombre d’acteurs concernés par ce dossier (Université d’Angers, Centre Hospitalier d’Angers, Angers Loire Métropole, etc) sont aujourd’hui favorables à l’intégration universitaire des étudiant.e.s en soins infirmiers de Maine-et-Loire". Ils réclament donc désormais un rendez-vous avec un représentant de la Région. "Nous souhaiterions que cela puisse être mis en place dès la rentrée prochaine."

Contactée, Marie-Cécile Gessant, vice-présidente déléguée à l'insertion au sein de la Commission emploi, apprentissage, formation professionnelle et insertion au sein de la Région, a affirmé être "totalement solidaire de la demande de ces élèves, en tant que cadre infirmier de formation. Il est tout à fait normal, à partir du moment où ils payent les mêmes droits de scolarité, qu'ils aient les mêmes possibilités d'accès aux services de l'Université." L'élue centriste a assurée être informée du mouvement des étudiants angevins en soins infirmiers "seulement aujourd'hui. Je vais faire remonter très fortement leur demande à Bruno Retailleau, le Président de Région".












Angers Mag















Angers Mag : Séance critique : "Ma'Rosa" de Brillante Mendoza: Dans Séance critique, deux fois par... https://t.co/UXYZ0kjrdt https://t.co/JrsEK1vwBv
Samedi 10 Décembre - 11:00
Angers Mag : « Ces pédagogies ne sont pas ignorées »: Et l’Education Nationale ? Quel regard... https://t.co/JnPQWXILNL https://t.co/5glkXOM6T3
Samedi 10 Décembre - 07:45
Angers Mag : #JPEL "Contre le complotisme, on ne peut pas enrayer tout (...) Mais on peut entraîner les cerveaux." 👏👏JB Schmidt… https://t.co/6pn23fJUHD
Vendredi 9 Décembre - 15:01
Angers Mag : L'indépendance, un état d'esprit ? #Angers Mag bien chez soi à la journée de la presse en ligne à Paris. #JPEL https://t.co/EpAgR2dt6N
Vendredi 9 Décembre - 12:17


cookieassistant.com