La guerre des chiffres est commencée


Rédigé par Yannick Sourisseau - Angers, le 23/09/2010 - 22:58 / modifié le 24/09/2010 - 07:15


Entre syndicats et gouvernement, à Angers comme dans le reste de la France, la guerre des chiffres est lancée, avec d’un coté les syndicats qui annoncent qu’ils étaient aussi nombreux que le 7 Septembre, voire plus et de l’autre un gouvernement qui tente de minimiser les scores afin de démontrer que les français penchent désormais pour la réforme. Sur le plan de la mauvaise foi difficile de faire mieux.



La guerre des chiffres est commencée
la rédaction vous conseille
Depuis que les salariés descendent dans la rue, l’écart entre les chiffres annoncés par les syndicats (à la hausse) et la police (à la baisse), sont toujours différents. Il suffit alors de prendre la moyenne pour obtenir un nombre à peu près exact de manifestants.

Mais pour la deuxième manifestation en à peine un mois, c’est carrément le grand écart, à l’exemple de Marseille où les syndicats annoncent 220 000 manifestants et la police … 22 000, un rapport de 1 à 10. Soit les personnes chargées des comptages coté syndicats ont trop bu et voient double, pire voient dix fois, ou la police ferait bien d’équiper ses hommes de lunettes de vue. Même problème à Paris où la CGT, largement représentée, annonce 300 000 manifestants et la police 65 000, soit une évaporation de 235 000 personnes, une paille…

Les chiffres divergent même entre les centrales syndicales. C’est le cas à Angers où les plus modérés annoncent 15 000, soit 2 000 de plus qu'au début septembre, alors que d’autres annoncent 25 000. Sans vraiment compter, il n’était pas bien difficile de se rendre compte que le nombre de participants était plus important que la fois précédente, les jeunes étant venus en nombre rejoindre la contestation. Avec un cortège plus compact, les derniers étaient encore devant la Mairie alors que les premiers étaient partis depuis plus d’une heure. Pour un peu, les premiers auraient rejoint les derniers pour faire un défilé continu.

Un marché de dupes

La guerre des chiffres est commencée
Alors qui croire dans cette bataille de chiffres ? Chacun voit bien sûr midi à sa porte et augmente ou baisse en fonction des enjeux. Les syndicats ont tout intérêt à démontrer que le mouvement s’intensifie. Le gouvernement pour sa part, toujours autant de mauvaise foi, entend faire la démonstration inverse afin de faire croire que les français, s’ils se désintéressent du défilé dans la rue, approuve enfin cette réforme. Il faudrait bien sûr être abruti pour croire une telle absurdité, surtout si l’on prend les chiffres de la police. Qui pourrait croire d’ailleurs que les manifestants marseillais était aussi nombreux que ceux d’Angers, personne.

Dans tous les cas chacun joue un jeu dangereux qui permettra de sortir difficilement du blocage social qui s’installe progressivement sur le territoire. En minimisant autant des chiffres qui n’en doutons pas ont été majorés par le camp adverse, le gouvernement se discrédite et fait la démonstration flagrante de la méthode sournoise dont il use depuis qu’il est aux commandes. Tromper ainsi le peuple peut conduire à la révolte et à l’échafaud si l’on n’y prend pas garde.

Minimiser cette journée de protestation signifie clairement que le gouvernement n’entend pas modifier d’un iota cette réforme que de plus en plus de français désapprouvent. Le président Sarkozy, convaincu du bien fondé de sa proposition considère à tord ou à raison qu’il s’agit d’une méthode normale de la part de syndicats allergiques à toute réforme. Reste désormais à savoir ce que ces derniers vont proposer pour transformer l’essai de ces deux journées et faire plier le gouvernement. Et comme dit un délégué syndicale angevin : « même si nous étions plus nombreux, rien n’est joué ».




Yannick Sourisseau
Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur





1.Posté par pommier le 04/11/2010 09:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
tout cela n'est que politique plus rien a voir avec les revendications syndicales pour lequel nous nous sommes battus .J'ai 60a & moi je me suis battu pour des choses réelles pas politique
il faut une réforme bien sur elle ne plaira pas a tout le monde ! comment la gauche responsable
des 35h qui ont fait travailler + les ouvriers en moins de temps cela devait être une avancer rien
quand au suppressions de postes cela existe depuis 1982 nous dans mon lycée sommes passer de 85 agents d'entretient ...








Angers Mag















Angers Mag : RT @UnivAngers: À l'occasion du colloque #BonDroit qui se déroule auj. et demain à la Faculté de droit. Avec Félicien Lemaire @AngersCjb ht…
Jeudi 8 Décembre - 13:04
Angers Mag : Le Bastringue Général, collection automne-hiver à Montreuil-Juigné: A la fois marché de... https://t.co/wSJrT0YxQH https://t.co/uk6Li4S9nu
Jeudi 8 Décembre - 09:22
Angers Mag : Pourra-t-on un jour revendiquer le "droit au bonheur" devant les tribunaux ?: Avec cette... https://t.co/QpibQ65W2u https://t.co/6akmJkPlta
Jeudi 8 Décembre - 07:56
Angers Mag : A Coutures, les maternelles s’activent: Dans sa classe de l’école maternelle publique de... https://t.co/bJ1C27TEZX https://t.co/HH0RAzp80Q
Jeudi 8 Décembre - 07:46


cookieassistant.com