Le Conseil Général fait son miel


Rédigé par Yannick Sourisseau - Angers, le 09/05/2011 - 16:30 / modifié le 10/05/2011 - 07:26


Les abeilles du centre ville d’Angers ont trouvé un lieu de production : les jardins de l’hôtel du département de Maine et Loire. Le Conseil Général qui vient de faire installer cinq ruches dans ses jardins entend poursuivre, par cette action, la démarche qu’il a entrepris depuis plusieurs années dans ses propriétés, en matière de protection de la biodiversité et de l’environnement.



Les apiculteurs d'Apiterra extrayant le miel
Les apiculteurs d'Apiterra extrayant le miel
la rédaction vous conseille
Plus de 20 Kg de miel en trois semaines, c’est ce qu’on produit les abeilles des jardins du Conseil Général. « En ville les abeilles ont un rendement quatre fois supérieur, car les fleurs qu’elles butinent sont exemptes de pesticides et autres produits de synthèse », commente Christophe BECHU, président du Conseil Régional, lequel pourra toujours se transformer en apiculteur à ses moments perdus.

Selon des essais effectués sur les toits de la Défense et du Grand Palais à Paris, le milieu urbain serait moins pollué (tout au moins pour les abeilles) et comporterait moins de prédateurs.

A Angers, ville encore moins polluée que la capitale, le parc départemental, offre l’avantage d’être en floraison une bonne partie de l’année. Les arbres et les plantes vivaces fournissent un terrain d’exploration suffisamment vaste aux abeilles. « Nous ne projetons aucun produit phytosanitaires sur les plantes. Nous utilisons plutôt des auxiliaires comme les coccinelles ou les chrysopes », explique le responsable des espaces verts du département, service qui prendra en charge l’exploitation du rucher.

Le département de Maine et Loire a opté pour une abeille nommée Buckfast, une espèce très répandue, excellente butineuse, propre, peu agressive et peu essaimeuse. Toutefois cette dernière à tendance à tartiner l'intérieur de la ruche de propolis et à fixer les rayons ensemble, ce qui peut en gêner l'exploitation.

Les ruches départementales ont été installées par la société APITERRA, une structure créée en 2010 au Louroux-Béconnais. Cette société qui produit des essaims gère un rucher à Chemillé et un autre sur massif de Sainte Baume en Provence. Outre l’installation, Apiterra forme les agents du département et assure un soutien en cas de problème.

Quant au miel pleine fleur qui sera récolté dans les ruchers départementaux, il n’est pas prévu de le commercialiser. Il sera distribué aux agents du Département, une miellerie devant être installé sur le site technique départemental du Moulin Marcille aux Ponts de Cé. A défaut de faire son beurre, le Conseil Général fera donc son miel …




Yannick Sourisseau
Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur








Angers Mag