Le Musée de la communication cessera d'émettre fin 2015


Rédigé par - Angers, le Samedi 9 Mai 2015 à 11:16


Mercredi matin, dans ses colonnes, le Courrier de l'Ouest annonçait que le Musée de la Communication, situé dans le parc de Pignerolle à Saint-Barthélemy d'Anjou, et dont la délégation de service public ne serait pas prolongée par Angers Loire Métropole au-delà de la fin 2015, fermerait ses portes, après 23 ans d'existence. Le point sur ce dossier, à l'ordre du jour du conseil communautaire de lundi soir, avec la vice-présidente de l'agglo en charge du tourisme -et bientôt présidente du Comité départemental de tourisme (CDT)- Véronique Maillet.



Le musée de la communication est située au cœur du Parc de Pignerolle, à Saint-Barthélémy-d'Anjou.
Le musée de la communication est située au cœur du Parc de Pignerolle, à Saint-Barthélémy-d'Anjou.
la rédaction vous conseille
A quand remonte la décision, par la collectivité, de fermer le musée de la communication ?

"Tout d'abord, c'est une décision qui n'est pas encore prise : elle fera l'objet d'une délibération lundi soir, lors du conseil communautaire. Un groupe de travail composé avec le maire de Saint-Barthélémy, Dominique Bréjeon, différents techniciens et moi-même, travaille sur le sujet depuis plusieurs mois. C'est donc une option qui a mûri progressivement puis s'est imposée naturellement. On verra bien lundi soir s'il y a des oppositions, mais les raisons de ne pas reconduire la délégation de service public confiée à Angers Loire Tourisme me semblent très objectives."

Quelles sont-elles exactement ?

"On s'aperçoit, en regardant les chiffres de fréquentation, qu'en 15 ans d'exploitation, le musée n'a pas réellement réussi à trouver son public. Sur les trois dernières années, de 12 500 à 14 600 visiteurs par an y sont venus. C'est trop peu par rapport au coût de fonctionnement du musée, autour de 260 000 €/an. Les recettes générées par les structures -musée et salle de l'Orangerie- s'élèvent à 70 000 €, dont seulement 40 000 € de recettes de billetterie. Chaque année, la collectivité doit donc accorder 180 000 € de subvention de fonctionnement, plus 10 000 autres euros de subvention d'équipement. Dans le contexte économique et financier que l'on connaît, ça n'est plus tenable."

Jean-François Jégou, le conservateur des lieux, ici dans l'un des salles du musée de la communication.
Jean-François Jégou, le conservateur des lieux, ici dans l'un des salles du musée de la communication.
Cette décision est donc bien essentiellement une raison financière ?

C'est la conjonction de plusieurs éléments ! Une fréquentation qui ne décolle pas, malgré une tentative de revitalisation et de renouvellement de l'offre, dans un contexte hyper-concurrentiel. L'agglo a financé une nouvelle scénographie à hauteur de 500 000 €, en 2004. Il faudrait réinvestir aujourd'hui la même somme, sans garantie de résultats ? Je pense aussi que, sans remettre du tout en cause la qualité des collections exposées, le musée n'est pas identitaire du territoire. Il enthousiasme les collectionneurs, les passionnés, mais n'a jamais suscité l'engouement du grand public."

Que va-t-il se passer pour les quelque 1 300 pièces réunis au sein du Musée de la communication ?

"Il ne s'agit évidemment pas de brader la collection ! Le service culture de la Ville d'Angers est mis à contribution pour nous apporter son éclairage en terme de méthodologie. Il y a différentes pistes à envisager : un musée peut être intéressé par cette collection, des écoles, des starts-up spécialisés dans la communication... ? Mais il ne faut pas écarter, non, plus, la piste d'une vente aux enchères."

Et donc le démantèlement de la collection de Guy Biraud, fondateur du musée et donateur ?

"La collectivité a rempli depuis qu'elle a en charge cette collection (2001 NDLR) son obligation de valorisation. Tout a été fait pour cela. Il s'agissait en plus d'une obligation à visée morale ; juridiquement, l'agglo n'a aucune obligation."

Véronique Maillet, vice-président de l'Agglo d'Angers, en charge du tourisme.
Véronique Maillet, vice-président de l'Agglo d'Angers, en charge du tourisme.
A combien est estimée la valeur globale des 1 300 pièces de la collection ?

"Un expert avait été mandaté en 2001 par un cabinet de commissaires-priseurs, qui avait évalué le tout à 7 millions de francs, soit à peu près 1,07 M€. Parmi les 1 300 pièces de la collection, il y a notamment 300 postes de radio, dont quelques-uns qui ont une très grande valeur. A lui seul, un des 3 postes Vitus de la collection est estimée à 38 000 €."

Quel avenir imaginez-vous pour le site en lui-même ?

"L'activité de réception de L'Orangerie continuera. La gestion sera confiée au service Relations publiques de la Ville d'Angers, qui a déjà en charge, notamment, les Greniers Saint-Jean. Enfin, il faut mener une réflexion sur la valorisation du château et du parc. Nous sommes je pense sur la même longueur d'ondes avec Dominique Bréjeon, le maire de Saint-Barthélemy : pourquoi ne pas imaginer une politique événementielle et culturelle dans les annexes et la véranda ? C'est un lieu idéal pour organiser des congrès, des séminaires, développer le tourisme d'affaires."

Un domaine aux mille vies...

Conçu par l'architecte Michel Bardoul de la Bigottière, à la fin du XVIIIe siècle, sur le modèle du Petit Trianon de Versailles, le château de Pignerolle se situe au cœur d'un parc de 80 hectares, sur la commune de Saint-Barthélemy d'Anjou. Propriété de Marcel Avril de Pignerolle, écuyer du roi, il a accueilli le gouvernement polonais en exil, en 1939, puis fut le centre de communication de la Kriegsmarine, dès 1943. Lieu de refuge pour les sans-logis de l'immédiate après-guerre, le domaine devient la propriété du District urbain d'Angers en 197. Le musée européen de la communication y est créé en 1992.

Voir l'article que nous avions consacré aux bunkers de Pignerolle.




Journaliste Animateur du blog " Des mots à la marge " En savoir plus sur cet auteur





1.Posté par barreau le 09/05/2015 16:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
pourquoi ne pas avoir "déplacé" la collection du musée dans un secteur plus touristique de la ville. Par exemple dans le secteur château / cité / cathédrale où il est plus facile aux touristes de visiter cette collection unique en France.
Quand je vois les bâtiments vides du magnifique ancien palais épiscopal....
enfin, le manque de communication (un comble pour ce musée !!!!) n'a pas aidé mais bon on connait ici ce problème récurent... Comme tout ce qui est fait sur Angers (lignes d'avion, mus...

2.Posté par Marc A le 11/05/2015 12:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
13 à 14000 visiteurs, ce n'est pas si mal. En comparaison à d'autres musées du département c'est même respectable. Il aurait sans doute suffit de limiter l'ouverture du musée aux weekends et aux mois de juillet et Aout pour diminuer les frais de fonctionnement.
Je viens de voir que ce musée était ouvert presque tous les jours d'avril à fin Aout de 10h à 12h30 et de 14h30 à 18h00.
http://www.musee-communication.com/fr/musee
C'est dommage vu les photos, de saboter une telle collection!

3.Posté par jhalphen le 12/05/2015 11:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour à tous,

si vous n'avez jamais visité le Musée, découvrez ce qui est en jeu:

Reportage photo réalisé en Février 2008.

Cordialement
JH

Page 1:
http://retro-forum.com/viewtopic.php?f=4&t=16340

Page 2:
http://retro-forum.com/viewtopic.php?f=4&t=16422

Page 3:
http://retro-forum.com/viewtopic.php?f=4&t=16434

Page 4:
http://retro-forum.com/viewtopic.php?f=4&t=16448

Page 5:
http://retro-forum.com/viewtopic.php?f=4&t=16462

Page 6 & Fin:
http://retro-forum.com/viewtopic.php?f=4&t=16489

4.Posté par Bouchet le 18/06/2015 13:18 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pourquoi quand on a pas d idée détruire celle de l autre au prix du prix bien au delà de la connaissance

5.Posté par Stéphane BARBARIN le 12/08/2015 12:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bonjour,

Il ne faut absolument pas fermer ce musée au 31 Décembre 2015 !!

Vous pouvez jeter un œil sur cet excellent site Web, très documenté :

http://bunkers.pignerolles.free.fr/

pour avoir une idée plus précise du site du château, de son parc, de ses bunkers,
de leur histoire, et de l'indéniable cohérence de l'emplacement actuel de ce musée.

Continuez à y développer de nouvelles expositions, par exemple sur les thèmes
de la Seconde Guerre Mondiale, de la Bataille de l'Atlantique (dont ce Site fut ...








Angers Mag












Angers Mag : RT @UnivAngers: À l'occasion du colloque #BonDroit qui se déroule auj. et demain à la Faculté de droit. Avec Félicien Lemaire @AngersCjb ht…
Jeudi 8 Décembre - 13:04
Angers Mag : Le Bastringue Général, collection automne-hiver à Montreuil-Juigné: A la fois marché de... https://t.co/wSJrT0YxQH https://t.co/uk6Li4S9nu
Jeudi 8 Décembre - 09:22
Angers Mag : Pourra-t-on un jour revendiquer le "droit au bonheur" devant les tribunaux ?: Avec cette... https://t.co/QpibQ65W2u https://t.co/6akmJkPlta
Jeudi 8 Décembre - 07:56
Angers Mag : A Coutures, les maternelles s’activent: Dans sa classe de l’école maternelle publique de... https://t.co/bJ1C27TEZX https://t.co/HH0RAzp80Q
Jeudi 8 Décembre - 07:46







cookieassistant.com