Le diabète : une maladie sournoise


Rédigé par - Angers, le 17/11/2011 - 10:06 / modifié le 17/11/2011 - 10:06


Alors que l’on célèbre le 91e anniversaire de la découverte de l’insuline, près de 400 millions de personnes sont touchées par le diabète dans le monde. Un bus d’information sur ce que les services de santé considèrent comme une véritable pandémie faisait étape à Angers, en début de semaine, dans le cadre de la vingtième journée mondiale du diabète.



De G. à D. Philippe MAVILLE, Technitoit, Emile FRBEZAR et Françoise CHAUSSÉ, Association des diabétiques devant l'info bus
De G. à D. Philippe MAVILLE, Technitoit, Emile FRBEZAR et Françoise CHAUSSÉ, Association des diabétiques devant l'info bus
la rédaction vous conseille
Initiée par la FID (Fédération Internationale du diabète) et l’OMS (Organisation Mondiale de la santé) en 1991, la journée mondiale du diabète rassemble chaque année des millions de personnes, malades, familles, médecins, afin que chacun puisse communiquer et répondre aux questions sur une maladie qui devient une véritable cause nationale et internationale, au même titre que le cancer.

Un bus affrété par l’AFD (association française des diabétiques) relayé par des associations et des entreprises locales, sillonne la France pour dialoguer, témoigner et évaluer les moyens de remédier à cette terrible maladie qui touche aujourd’hui 2.9 millions de personnes auxquelles il faut ajouter environ 700 000 qui s’ignorent. Ce bus permettant d’accueillir les personnes concernées ou désireuses de s’informer était de passage aux Ponts-de-Cé, ce lundi et le lendemain, place Leclerc à Angers.

« Le diabète est une maladie sournoise, qui peut subvenir sans crier gare, et qui touche les plus jeunes comme les plus vieux », déclarait sur place Françoise CHAUSSÉ, présidente de l’Association des Diabétiques d’Angers et sa région. « Il est important de faire de la prévention, car pour certains on peut y remédier par une bonne hygiène de vie. Nous sommes là pour accompagner, mais aussi défendre les malades et leur entourage ».

Une entreprise du bâtiment de 650 personnes réparties en 38 agences sur le territoire français, la société Technitoit, dont le siège social est installé aux Ponts-de-Cé, collaborait à l’accueil de ce bus d’information. « Dans notre métier, nous investissons surtout dans les hommes. C’est notre principal outil de production. Pour nous c’est important de les savoir en bonne santé », affirmaient Benjamin ERISOGLU et Philippe MAVILLE, respectivement PDG et Chargé de communication de la société Techitoit. « Nous savons que cette maladie peut être évitée grâce à une alimentation saine et une bonne pratique sportive. Nous sommes sensibles à ce constat et nous tenons à informer nos collaborateurs, mais aussi tous les citoyens ».

La présence de ce bus était d’autant plus importante qu’à ce jour l’information n’est pas à la hauteur de l’enjeu. « Si rien n’est fait pour endiguer cette maladie, dont on sait qu’elle est liée en grande partie au habitudes alimentaires, 1 français sur 10 sera atteint du diabète dans les 10 ans », affirme-t-on du côté des associations.

Le diabète qui se traduit par des troubles de la régulation du taux de sucre dans le sang se caractérise selon deux types clairement identifiés : le diabète dit de type 1 qui affecte les enfants dès leur plus jeune âge, leur pancréas étant incapable de fabriquer naturellement l’insuline qui permet de réguler le taux de sucre et, le diabète de type 2 qui concerne les personnes plus âgées, dont l’organisme devient, au fil des ans, résistant à l’insuline. Ce second cas représente 92% des cas de diabète. Il est directement lié à l’équilibre alimentaire, à l’activité physique et malheureusement si rien n’y fait, au traitement médical.

Facteur aggravant des maladies cardiovasculaires et accidents vasculaires cérébraux, le diabète qui peut entrainer une perte totale de la vue et des insuffisances rénales est une maladie qui, en plus de l’invalidité, provoque une diminution de l’espérance de vie et engendre des coûts médicaux très importants.

Pour le corps médical et les associations le constat est sans appel : « en dehors des gènes dont certains sont porteurs et de antécédents familiaux, ce sont surtout les facteurs sociaux et comportementaux qui expliquent cet accroissement ». Surpoids, obésité, manque d’activité physique et sédentarité, constituent le nid du diabète de type 2. D’où cette démarche d’information, plus que nécessaire, d’autant que la population, vieillissante, accélère le processus.

Installé pour la journée, l’info bus aura vu passer un flot de personnes venues s’informer des risques liés à cette maladie, des moyens à mettre en œuvre pour la prévenir et la dépister.

Pour en savoir plus : www.afd.asso.fr




Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur








Angers Mag















Angers Mag : RT @LeQuai: N'oubliez pas d'aller voir #AdishatzAdieu ce soir. Vous nous remercierez demain. #Theatre #JonathanCapdevielle #Angers RESA 02…
Mardi 6 Décembre - 13:55
Angers Mag : A Angers, Montessori a pris racines: Porté par des éducateurs convaincus, les méthodes... https://t.co/bXNDdgyLpz https://t.co/nar3Qs6vye
Mardi 6 Décembre - 07:30
Angers Mag : #Angers Le directeur de Keolis Angers a été licencié pour fautes graves https://t.co/n6HJqX081U
Lundi 5 Décembre - 15:10
Angers Mag : Keolis Angers : Christophe Reineri a été licencié pour fautes graves: Trois semaines... https://t.co/d3ujV5hSiJ https://t.co/cPMN0twREP
Lundi 5 Décembre - 15:01


cookieassistant.com