Les Accroche-Coeurs donnent déjà à voir


Rédigé par - Angers, le 05/09/2013 - 08:24 / modifié le 05/09/2013 - 16:52


Avant même leur ouverture officielle vendredi, les Accroche-Coeurs proposent déjà quelques embarquements "à l'Ouest carrément". A commencer par deux installations plastiques étonnantes à découvrir au Quai.



Les Accroche-Coeurs donnent déjà à voir
la rédaction vous conseille
Pensez-y si vous cherchez absolument à trouver une cohérence au fil rouge de cette nouvelle édition des Accroche-Coeurs, tous les mots comptent dans son intitulé. Et dans "à l'Ouest carrément", il y a donc "carrément". Mais il y a aussi "à l'Ouest" et le double sens de l'expression.

Face au vaisseau intergalactique posé depuis quelques jours face au Quai, on se dit qu'il fallait vraiment y être (à l'Ouest) pour se lancer dans la construction de cette sculpture monumentale (22 mètres de long, 8 de large), baptisée Phoenix, sortie tout droit d'un film de science-fiction de notre enfance.

Son créateur est un récidiviste. Pour les besoins d'un festival de sciences et techniques à Toulouse, Jacques Lélut avait déjà créé il y a quelques années un navire spatial de 17 mètres de long. On lui doit aussi l'installation de trains des galaxies perdues dans les gares parisiennes et de multiples fantaisies et mises en scène du même genre un peu partout en France.

Point commun de ses réalisations, l'usage de matériaux de récupération. Godets horticoles, éléments électroménager, plastiques auto habillent cette réalisation 100% angevine qui repose sur une ossature métallique et des panneaux de contreplaqué.

Arrivé en mars sur les bords de Maine, le sculpteur breton s'est d'abord installé dans les ateliers décor de la ville et s'est entouré de quatre étudiants des Beaux-Arts - Charlotte, Kevin, Arthur et Alix - pour honorer la commande de son ami, Philippe Violanti, le directeur artistique des Accroche-Coeurs.

L'assemblage a eu lieu au gymnase de l'ENSAM. Comme lors des précédentes éditions, des centaines d'angevins ont été associés au projet, via associations et maisons de quartier dans la Doutre, à Monplaisir, la Roseraie, Montreuil-Juigné ou encore au sein du Centre communal d'action sociale. Hier soir, une partie de ces protagonistes ont pu assister au vernissage de l'exposition du Phoenix.

Road-movie musical

Les Accroche-Coeurs donnent déjà à voir
Changement de décor pour la deuxième exposition proposée à l'intérieur du Quai. Derrière d'immenses rideaux noir, une scène sans musicien, mais pas sans instruments, accueille le public.


"Immensity of the Terrritory" est la déclinaison du projet live d'un duo de musiciens-bricoleurs, Christophe Havard et Charles-Henry Beneteau. Leur trip ? Jouer à quatre mains sur une seule et même guitare électrique, assortie de dispositifs motorisés commandés à distance.

Pour ce projet, rejoints par un troisième homme, Anthony Taillard, ils ont collecté sons et images lors de deux voyages aux USA pour créer une bande-originale aux accents de road-movie. Et entièrement automatisé leur concept. Étonnant.

Trois autres expositions sont ouvertes aussi depuis mercredi, "Hangart - le Pop Art Rural" de Nizon, quai Robert Favre, "Tout bien réfléchi" de Raphaël Lerays, place du Ralliement et "Gens de l'Ouest' de Jean-Michel Delage, au bas de la montée Saint-Maurice. Et dès ce soir, la cathédrale d'Angers servira de support à une quatrième création, "Le Phare du Bout du Monde" de Philippe Betthomé et Guillaume Asselin.

"Le Phoenix", à voir jusqu'au 8 septembre sur le parvis du Quai, puis du 10 au 15 sept dans le Forum.
"Immensity of the Territory" jusqu'au 8 septembre dans le Forum (entrée libre) de 11h30 à 19h ce jeudi et dimanche, de 11h30 à MInuit vendredi et samedi.


Lire aussi Les gens de l'Ouest se donnent rendez-vous aux Accroche-Coeurs




Journaliste, rédacteur en Chef d'Angers Mag En savoir plus sur cet auteur















Angers Mag