Les chevaux de bois d’Osnabrück dans le jardin du mail d'Angers


Rédigé par - Angers, le 05/05/2014 - 17:36 / modifié le 05/05/2014 - 17:42




Le « Steckenpferdreiten » d'Osnabrück (photo Osnabrücker Zeitung)
Le « Steckenpferdreiten » d'Osnabrück (photo Osnabrücker Zeitung)
Le « Steckenpferdreiten », un défilé d’enfants chevauchant des chevaux de bois, c’est une tradition à Osnabrück, la cité allemande de Westphalie jumelée avec Angers depuis un demi-siècle. Cette grande fête qui réunit chaque année des milliers d’enfants, avec les chevaux qu’ils ont confectionnés pour la circonstance, commémore la paix signée en 1648, entre la Suède, la France, l’Espagne et les Pays Bas à l’issue de la guerre de religions de 30 ans qui les opposait au Saint Empire romain germanique. Depuis cette date Osnabrück est considérée comme la « ville de la paix »

Pour fêter comme il se doit ce cinquantenaire entre les deux villes européennes, une course de chevaux de bois, pareil à celle d'Allemagne, est prévue dans le jardin du mail à Angers, mercredi 7 mai, à partir de 14h.

Pendant les vacances de printemps, les enfants des centres de loisir d’Angers réalisent les fameux chevaux qui prendront part à cet événement singulier, aidés par des seniors bénévoles, en lien avec le CCAS, afin de donner une dimension intergénérationnelle à la fête.

Tous les enfants d’Angers, et pas seulement ceux des centres de loisirs, sont invités au grand défilé, avec leurs chevaux de bois. Ce grand rassemblement se terminera par un goûter de bretzels et de compote de pommes.

Des jeux européens seront proposés sous un chapiteau installé pour la circonstance, ainsi que des informations sur le jumelage à Angers, sur la mobilité en Europe et les élections européennes qui se dérouleront le 25 mai prochain, en partenariat avec la Maison de l’Europe, l’OCIA(Office de Coopération Internationale d'Angers) et le Conseil régional des Pays de la Loire.



Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur















Angers Mag