Les écoles de Belle-Beille maintenues dans le réseau d'éducation prioritaire


Rédigé par - Angers, le 27/03/2015 - 07:35 / modifié le 17/05/2015 - 10:05


Pour le collectif des parents d'élèves et les équipes éducatives, c'est la fin d'une angoisse et d'un combat de plus de 3 mois : la ministre de l'Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem, a informé le député Serge Bardy, jeudi matin, que les écoles Aldo-Ferraro, Pierre et Marie Curie, Robert-Desnos et Montesquieu, située dans le quartier de Belle-Beille, seraient incluses dans un Réseau d'éducation prioritaire (REP), revenant sur une décision prise début décembre 2014. Un "ouf" de soulagement pour les enfants... mais un sujet de crispation de plus entre politiques locaux. Explications.



Le député socialiste Serge Bardy (à gauche) vient d'annoncer la bonne nouvelle aux représentants du collectif des parents de près de 700 élèves de Belle-Beille.
Le député socialiste Serge Bardy (à gauche) vient d'annoncer la bonne nouvelle aux représentants du collectif des parents de près de 700 élèves de Belle-Beille.
la rédaction vous conseille
Ce jeudi soir, dans la permanence parlementaire de Serge Bardy (PS), les visages des parents d'élèves sont encore tendus, et les applaudissements hésitants. La nouvelle est pourtant officielle et a pris la forme d'une lettre adressée jeudi matin par la ministre de l'Education Nationale, Najat Vallaud-Belkacem, au député socialiste : "J'ai demandé aux services de l'Education nationale d'inclure les écoles maternelles et élémentaires Aldo/Pierre et Marie Curie, Robert-Desnos et Montesquieu dans un réseau d'éducation prioritaire (REP)".

On ne peut plus clair... et on ne peut plus attendu par un collectif et une communauté éducative qui se mobilisent depuis le début de l'année. Retour au tout début du mois de décembre : dans le cadre d'une révision de la carte de l'éducation prioritaire -inchangée depuis 30 ans malgré de larges évolutions sur le terrain- le ministère de l'Education nationale annonce que le collège François-Rabelais, situé à Belle-Beille, quittera à la rentrée de septembre 2015 le Réseau d'éducation prioritaire (REP), au titre des nouveaux critères définis dans le cadre des REP.
La nouvelle est pourtant officielle et a pris la forme d'une lettre adressée jeudi matin par la ministre de l'Education Nationale, Najat Vallaud-Belkacem, au député socialiste, Serge Bardy

De fait -et le plus grand nombre s'accorde à la dire- la modification substantielle de la population qui fréquente l'établissement -issue de Belle-Beille, mais aussi de Saint-Lambert-la-Potherie, Saint-Clément de la Place et Beaucouzé- place le collège loin derrière d'autres collèges dans l'ordre de priorité.

Le "hic", c'est que l'exclusion de François-Rabelais du REP entraîne automatiquement celle des écoles qui y sont rattachées. Il s'agit des groupes scolaires Aldo/Pierre et Marie Curie, Robert-Desnos et Montesquieu, qui réunissent près de 700 élèves, dans un quartier de Belle-Beille toujours aussi "fragile".

La mobilisation politique ne tarde pas, mais s'effectue de manière non coordonnée (voir plus bas) : la première adjointe au maire d'Angers, Michelle Moreau, fustige cette décision, à l'heure où le quartier de Belle-Beille intègre le nouveau Programme national de renouvellement urbain ; le 15 décembre, le conseil municipal d'Angers adopte même un vœu, à l'unanimité, pour faire bouger les lignes. De son côté, le député socialiste de la circonscription, Serge Bardy, adresse un courrier à la ministre -le 5 décembre- pour la sensibiliser à la situation du quartier, bientôt rejoint dans son combat par la conseillère générale socialiste Fatimata Amy.

Dans le même temps, un collectif réunissant des parents d'élèves, les syndicats et la communauté éducative se crée. 
Tous avancent les mêmes arguments, réunissant des éléments mettant en avant la fragilité du quartier : catégories socio-professionnelles, échelles de revenus, haute proportion de familles monoparentales, élèves boursiers à leur entrée au collège.

Tous avancent les mêmes arguments, réunissant des éléments mettant en avant la fragilité du quartier : catégories socio-professionnelles, échelles de revenus, haute proportion de familles monoparentales, élèves boursiers à leur entrée au collège.

Au-delà des polémiques politiques (voir ci-dessous), le discours est entendu par les instances académiques, puis au ministère, qui annonce, la semaine passée, que la convention académique de priorité éducative est portée à 4 ans (au lieu des 3 prévus par la loi, en cas de sortie d'un REP), avant, jeudi matin, de finalement maintenir les écoles de Belle-Beille dans un réseau.

Une décision à titre exceptionnel dont il faut se réjouir, assure Serge Bardy : "Dans le contexte nécessaire de "remise en cause des réseaux d'éducation prioritaire au niveau ", il faut se satisfaire "de la prise en compte de la situation spécifique, au niveau local".

Pour mesurer l'importance de cet aboutissement, il convient de rappeler ce que l'intégration en Réseau d'éducation prioritaire induit, en terme de moyens, pour les écoles concernées : nombre d'élèves limité par classe, dispositif "Plus de maîtres que de classes", scolarisation des enfants de moins de 3 ans, régime indemnitaire dédié pour les enseignants...

A Belle-Beille, le combat est gagné, mais plusieurs parents du collectif rappellent que beaucoup d'autres écoles en France, -c'est le cas de l'école Raspail à Angers- sont "dans la même situation".

La couverture à qui ?
"Et le maire d'Angers dans tout ça ?" Il n'aura fallu que quelques mots -lancés par l'un des parents d'élèves du collectif constitué en début d'année- pour créer le malaise. A l'adresse de Serge Bardy : "On a l'impression que tous les deux (Serge Bardy et Christophé Béchu NDLR), vous aviez le même objectif, mais que vous n'avez pas travaillé ensemble... ?"

"Il ne m'a jamais interpellé", coupe le député socialiste. "Il doit penser qu'il peut travailler seul", poursuit-il. Un autre membre du collectif intervient : "Une motion a été votée au conseil municipal, qui a été médiatisée. Vous aussi vous auriez pu vous en rapprochez ! Ca nous aurait évité ces trois mois où nous, parents, enfants, enseignants, on a été dans une situation de tension extrême..."

Sur le fond, tout le monde est soulagé par la décision du ministère : "Je me réjouis de cette décision qui met fin à une incohérence absolue et incompréhensible", indique même jeudi soir le maire d'Angers, Christophe Béchu.

Sur la forme, par contre, l'affaire fait grand bruit, car elle arrive en pleine période électorale -le second tour des départementales a lieu dimanche soir- et, à droite comme à gauche, les accusations à peine voilées de récupération politique vont bon train.

Fâchés, les soutiens du binôme Didier Roisné-Fatimata Amy (PS) candidats sur le canton d'Angers 3- ne goûtent que très peu les tract distribués dans le quartier par les soutiens de leurs adversaires Michelle Moreau et Franck Poquin (Majorité départementale).

Du côté de la municipalité, Christophe Béchu a relancé la ministre de l'Education nationale en début de semaine, étonné de n'avoir obtenu aucune réponse à ses deux premiers courriers. Et jeudi soir, il va plus loin : "La décision de la ministre de l’Education nationale résulte avant tout de la mobilisation de la municipalité d’Angers aux côtés des familles (...) J’observe avec beaucoup d’étonnement que cette décision de réintégrer les écoles du quartier de Belle-Beille a été communiquée à un député socialiste, qui s’est empressé d’en faire l’annonce publiquement, sans que le maire que je suis, responsable des moyens mis à la disposition des écoles, en ait été officiellement averti. Je trouve cette pratique pour le moins cavalière, pour ne pas dire bien peu républicaine ! (...) De là à y voir une manœuvre électorale à quelques heures du second tour d’une élection très difficile pour les représentants du gouvernement, il n’y a qu’un pas."

"Ca n'est pas un combat politique, nous avons joué notre rôle d'élus",
avance simplement Serge Bardy.

Fin de la récréation ?




Journaliste Animateur du blog " Des mots à la marge " En savoir plus sur cet auteur








Angers Mag















Angers Mag : RT @UnivAngers: À l'occasion du colloque #BonDroit qui se déroule auj. et demain à la Faculté de droit. Avec Félicien Lemaire @AngersCjb ht…
Jeudi 8 Décembre - 13:04
Angers Mag : Le Bastringue Général, collection automne-hiver à Montreuil-Juigné: A la fois marché de... https://t.co/wSJrT0YxQH https://t.co/uk6Li4S9nu
Jeudi 8 Décembre - 09:22
Angers Mag : Pourra-t-on un jour revendiquer le "droit au bonheur" devant les tribunaux ?: Avec cette... https://t.co/QpibQ65W2u https://t.co/6akmJkPlta
Jeudi 8 Décembre - 07:56
Angers Mag : A Coutures, les maternelles s’activent: Dans sa classe de l’école maternelle publique de... https://t.co/bJ1C27TEZX https://t.co/HH0RAzp80Q
Jeudi 8 Décembre - 07:46


cookieassistant.com