Ligne B du tramway : l'Agglo demande une subvention à l'Etat


Rédigé par Cédric SOULIÉ - Angers, le 12/07/2013 - 09:35 / modifié le 12/07/2013 - 13:01


Hier soir, les élus communautaires ont voté la demande de subvention à l'Etat pour la réalisation de la ligne B du tramway. Certains conseillers communautaires ont préféré s'abstenir sur ce débat qui divise entre fond et forme.



Ligne B du tramway : l'Agglo demande une subvention à l'Etat
Jean-Claude Antonini a pourtant fait preuve de clarté et de pédagogie en début de conseil communautaire, hier soir. "Nous ne votons pas le tracé ou le lancement des travaux de la ligne B du tramway, mais simplement une demande de subvention à l'Etat dans le cadre de son appel à projets", a-t-il lancé d'entrée de jeu.

Néanmoins, les échanges ont vite glissé vers le fond du dossier. Financements, coûts, tracé, urbanisme…, des questions parfois légitimes mais qui, en toute logique, n'avaient pas leur place au sein du conseil d'Agglo. Les questions de fonds ne seront évoquées que fin 2013. Décembre 2013, précisément, date de la décision de l'Etat d'accorder ou non son aide à l'Agglo d'un montant de 44 millions d'euros. " Et nous aurons alors l'obligation de lancer les travaux avant fin 2016", a ajouté Jean-Claude Antonini.

Cette nouvelle ligne de 15 km relierait le Parc des expos d'Angers au quartier des Hauts-de-Couzé à Beaucouzé, desservant le quartier Belle-Beille, la gare, avant de fusionner avec la ligne actuelle. Elle desservirait ensuite le secteur Louis-Gain/Montaigne pour rejoindre ensuite le Grand-Pigeon et Monplaisir. Avec pour l'heure, quelques zones d'ombres sur leur tracé définitif : avenue Montaigne ou rue Louis Gain, nouveau pont sur la Maine face au château…

Des questions pour l'heure sans réponse. Et qui n'ont pas manqué de chagriner certains élus communautaires. Sur la forme – et c'est sans doute le seul – Emmanuel Capus s'est dit "rassuré que vous repreniez la main, M. le président, en s'adressant à Jean-Claude Antonini. Car nous pensions que vous aviez démissionné suite à l'annonce de cette Ligne B du tramway par M. Béatse, maire d'Angers, en fin de semaine dernière"

Sur le fond, Laurent Gérault voulait tout savoir du tracé. Les moindres détails notamment sur le franchissement de la Maine et le passage du tram dans la Doutre. Philippe Bodard, maire de Mûrs-Erigné, s'est lui aussi interrogé sur "la création de cette ligne B avant d'avoir terminé la ligne A". Puis, l'intarissable Gilles Groussard, qui lui, n'a vu dans ce vote qu'une face cachée. "Je ne souhaite pas signer un chèque en blanc ce soir, a-t-il lancé. En votant cette délibération, je ne veux pas valider un tracé hasardeux et incertain".

Abstention et décision en décembre

Quelques réponses ont été apportées par le député Luc Belot, qui s'est efforcé de rappeler une fois encore que "ce vote n'est pas un chèque en blanc, mais tout simplement un engagement pour un cofinancement de l'Etat". Dénonçant au passage les 71 000 euros supplémentaires à faire passer la ligne B sur le pont Confluence et rappelant le souhait des commissaires-enquêteurs de construire cette ligne B avant de prolonger - éventuellement - la ligne A… Un débat de toute façon prématuré, selon lui, puisque "ce sont les études qui permettront de réellement définir le bon tracé".

Au final, les larges doutes sur le fond ont provoqué l'abstention d'une dizaine de conseillers lors du vote des trois délibérations qui - rappelons-le -, ce jeudi soir, portaient sur la demande de subventions à l'Etat, l'ouverture de la concertation et les études pour la réalisation de cette ligne B du tramway. La majorité du conseil l'a emporté sur la forme. Rendez-vous en décembre pour la réponse de l'Etat.


















Angers Mag