Angers Mag - information, actualités locales, politique, culture

Un autre regard sur la région angevine

- Angers Mag Mobile
   





Ligue Magnus : Il y a des soirs où rien ne va pour les Ducs d'Angers


Rédigé par - Le Mercredi 26 Mars 2014 à 07:31


Les Ducs d'Angers ont bien mal débuté leur seconde finale de Ligue Magnus consécutive. Sur la glace de la patinoire René Froger, les hommes de Simon Lacroix ont été battus par Briançon sur le score large de 7 buts à 2. Le premier point de cette série est donc pour les Diables Rouges.



Un début de finale difficile contre les diables de briançonnais (photo d'archive)
Un début de finale difficile contre les diables de briançonnais (photo d'archive)
Pourtant, les Ducs d'Angers ont bien débuté la rencontre et ont malmené les Diables Rouges durant les cinq premières minutes de jeu.

Mais, les hommes de Simon Lacroix ont alors souffert de trop d'indiscipline pour espérer remporter ce premier match. De leur côté, les Diables Rouges ont démontré tout leur talent offensif grâce à leur triplette magique : Kearney, Bernier, Labrecque.

A la toute fin de la première pénalité concédée par Angers, Ankerst, derrière la cage, trouvait Golicic qui ouvrait la marque (9'12 : 1-0). La machine briançonnaise était lancée et rien n'allait pouvoir l'arrêter car une minute plus tard, Kearney commençait son festival et marquait en contre grâce à un dribble sur Hardy (10'34 : 2-0).

Alors à nouveau en infériorité numérique (8 minutes de pénalité durant le premier tiers), les Ducs pensaient bien revenir grâce à Henderson. Mais, après avoir chipé le palet en zone neutre, celui-ci butait sur Quemener. Briançon allait même tripler la mise par l'inévitable Kearney (18'17 : 3-0).

Les Angevins avaient du mal à avaler la pilule après ce premier tiers catastrophique. Pourtant, ils allaient de nouveau être submergé par la vitesse du jeu d'attaque de Briançon. Kearney signait un triplé peu après le retour des vestiaires (24'27 : 4-0).

Simon Lacroix décidait alors de sortir Florian Hardy et de faire rentrer Alexis Neau dans les cages angevines (27'50). Le jeune portier angevin allait, malheureusement pour les Ducs, subir lui aussi la foudre des shoots des hommes de Luciano Basile.

Le défenseur Chakiachvili transperçait la défense angevine et marquait le cinquième but des Diables (37'12 : 5-0) avant que Raux ne se rappelle au bon souvenir de ses anciens coéquipiers en profitant d'une énième supériorité numérique (38'38 : 6-0).

La leçon était claire, les Ducs venaient d'encaisser 6 buts en 40 minutes. L'américain Kearney s'offrait même un quadruplé en début de dernier tiers (44'42 : 7-0). Le numéro 12 des Diables a clairement été le bourreau des Ducs ce mardi soir avec 6 points inscrits dans la rencontre (4 buts, 2 assistances).

Un sursaut d'orgueil pour préparer le match 2

La fin de rencontre allait tout de même être en faveur des Ducs et laisse présager un meilleur visage ce mercredi soir. Profitant de l'indisciplinarité tardive des briançonnais (10 minutes de prison dans les 10 dernières minutes de jeu), les Angevins allaient marquer par deux fois grâce à une double supériorité.

Tout d'abord Busto qui, sur une passe de Fortier, envoyait un tir rageur et puissant sous la barre de Quemener (54'14 : 7-1). Et Crowder, qui signait-là son 9ème but des playoffs, sur une passe de l'inévitable Skinnars (55'19 : 7-2).

Les Diables Rouges ont parfaitement débuté cette série de la finale de la Ligue Magnus avec une impressionnante armada offensive mais ils se sont aussi montrés moins dominateurs en début et fin de rencontre. De plus, les Ducs ont, malgré tout, empêché le blanchissage de Quemener et remporté le dernier tiers (1-2). Les Angevins ont ainsi prouver qu'il allait falloir compter sur eux dès ce mercredi.

Certes, Briançon a frappé un grand coup ce mardi soir mais la finale se dispute au meilleur des sept matchs et malgré le score large, les Diables ne mènent que 1-0.




Matthieu ROULLIER
Correspondant Sport pour Angers Mag. Intervient pour les Ducs d'Angers et en remplacement pour... En savoir plus sur cet auteur