Little Nemo ou l'opéra des possibles


Rédigé par - Angers, le Mardi 21 Mars 2017 à 07:40


Création mondiale d'Angers Nantes Opéra, Little Nemo, adapté de la BD de Winsor McCay, a fait l'objet d'une très large médiation culturelle auprès des scolaires, avant les dates angevines du spectacle, ces mercredi et vendredi 22 et 24 mars.



"Little Nemo", présenté au mois de janvier à Nantes, au théâtre Graslin. Crédit photo : Jef Rabillon.
"Little Nemo", présenté au mois de janvier à Nantes, au théâtre Graslin. Crédit photo : Jef Rabillon.
la rédaction vous conseille
Comment le rêve peut-il réenchanter le monde ? Spéculateur quadra à l'âme grise, dans le New York des années 20, Nemo se retrouve bientôt devant l'immeuble de son enfance, ce lieu de vie et d'esprits qui le ramènent à ses rêves d'antan et au pays fantastique de Slumberland. Là où tout est possible.

BD feuilletonnée par Winsor McCay, au début du XXe siècle, dans le New York Herald et le New York American, l'univers et les songes de Little Nemo in Slumberland se sont invités dans le quotidien de quelque 4 500 enfants, ces dernières semaines. "A Angers Nantes Opéra, nous avons une règle : aucun enfant ne doit rentrer dans nos salles sans y avoir été préparé", insiste le directeur de la structure, Jean-Paul Davois. Et ça n'est pas parce que Little Nemo est un opéra destiné au jeune public -"notre public de demain"- qu'ANO* n'y a pas mis les moyens.

Ce jeudi de février, une bonne trentaine d'élèves de CE2, CM1 et CM2 de l'école Henri et Yvonne-Dufour de Trélazé sont réunis dans la salle commune. Devant eux, une table recouverte d'un drap blanc, deux chaises en fond de scène. Et trois comédiens du Nouveau Théâtre Populaire de Fontaine-Guérin (NTP), mobilisé pour mener à bien une large action culturelle sur tout le territoire.
Eux campent avec une économie de moyens singulière quelques-uns des personnages croisés dans Little Nemo : Jack Frost, Tonton Alex et Cupidon. Trois saynètes, qui représentent trois planches de la BD originelle... et une entrée en matière ludique et enlevée vers l'opéra, où chaque élève construit son imaginaire à partir de ses propres rêves. On touche au fantastique, à l'onirique, aux mots qui font naître des étoiles dans les yeux des plus jeunes.
"A Angers Nantes Opéra, nous avons une règle : aucun enfant ne doit rentrer dans nos salles sans y avoir été préparé" - Jean-Paul Davois, directeur d'Angers Nantes Opéra

Le comédiens du Nouveau Théâtre populaire ont présenté aux élèves d'une école de Trélazé quelques tableaux issus de l'œuvre de Winsor McCay.
Le comédiens du Nouveau Théâtre populaire ont présenté aux élèves d'une école de Trélazé quelques tableaux issus de l'œuvre de Winsor McCay.
Ceux-là même qui ont en eux "une musique cachée", explique David Chaillou, le compositeur de l'opéra, qui explique être "plus dans l'empreinte de la BD que dans l'emprunt." Et le musicien d'insister à nouveau sur l'ambition portée par ANO : "Je n'ai pas écrit de la musique pour enfant. Il y a une vraie complexité rythmique au sein de la partition"
Jazz, bruitage, électro... l'œuvre de McCay s'est frotté aux musiques contemporaines et y a gagné en accessibilité pour le jeune public. "Le propre du rêve est de passer d'un monde à un autre, naturellement".
 
Créé au théâtre Graslin de Nantes, au mois de janvier, Little Nemo, dont la décoration s'appuie sur l'univers très graphique et les jeux d'échelle de l'œuvre originelle, sera donnée aujourd'hui et jusqu'au 25 mars au Grand Théâtre d'Angers. Avec un public plus qu'averti et prêt à réenchanter le monde.

*en coproduction avec l'Opéra de Dijon et l'ensemble de musique contemporaine Ars Nova.
 
www.angers-nantes-opera.com/
 





Journaliste Animateur du blog " Des mots à la marge " En savoir plus sur cet auteur








Angers Mag