Mais pourquoi une météo aussi désagréable ?


Rédigé par - Angers, le 14/08/2011 - 09:31 / modifié le 14/08/2011 - 09:58


Amusantes les prévisions estivales des animateurs météo de la radio, de la télévision et des journaux. Au printemps ils estimaient que l’été serait chaud et ensoleillé, voire caniculaire. Aujourd’hui, force est de constater qu’ils se sont trompés. Pour autant la météo est loin d’être une science exacte et la nature reste imprévisible, heureusement d’ailleurs.



Mais pourquoi une météo aussi désagréable ?
la rédaction vous conseille
Nous avons passé des vacances pourries et démonter la tente sous la pluie ce n’étaient pas la joie », déclaraient, dépités, les vacanciers de juillet. Et pourtant Laurent Cabrol annonçait dès avril, dans France Soir et sur les ondes d’Europe 1 : « de mai au 15 juillet : Période durant laquelle les vagues de chaleur vont se succéder, laissant craindre une période de temps caniculaire sans en prévoir la durée. Du 15 juillet au 30 août : peu de records, mais toujours des à-coups excessifs. D’une manière générale, une impression de temps sec et ensoleillé prévaudra ».

Bien sûr cela tenait plus de la voyance dans la boule de cristal que de la véritable prévision météorologique. D’ailleurs, le journaliste et animateur météo avait pris des précautions d’usage en terminant son bulletin d’information par : « Mais attention les prévisions à longue échéance ne sont pas très sûres, il va falloir patienter pour qu'elles s'affinent ». Ouf, nous voilà rassurés.

En effet même si le printemps a été particulièrement sec et si d’aucuns imaginaient que cela pouvait continuer tout au long de l’été, la nature en a décidé autrement, préférant jeter sur les juilletistes et aoutiens un ciel gris et quelques averses empêchant toute baignade ou séance de bronzage.

Chacun, et notamment les agriculteurs, aurait préféré un printemps pluvieux lequel aurait rempli sources et cours d’eau, et un été très ensoleillé. Mais le climat quelque peu dérangé, très certainement par la main de l’homme, ne l’entend pas de cette oreille, préférant le temps en demi-teinte, voire pluvieux, pour la période estivale.

Mais que l’on ne s’y trompe pas pour autant. Même s’il tombe quelques ondées et si le soleil est camouflé par une épaisse couche nuageuse, la sécheresse du sol est toujours bien présente, les quelques pluies estivales, même si elles ne satisfont pas les vacanciers, ne valent pas celles de l’hiver et du printemps.

Alors faut-il tenter de mettre en œuvre une météo sur commande, celle qui envoie neige et eau en hiver et soleil en été, un bouton de climatiseur qu’il suffirait de tourner pour régler la météo la plus plaisante ? Faut-il pour autant condamner les ingénieurs de Météo France, lesquels font des prévisions en se basant sur l’expérience et les données accumulées au fil des ans dans leurs ordinateurs? Ils nous donnent de simples indications, de plus en plus précise d’ailleurs, mais sans pour autant avoir la main sur une quelconque programmation du climat.

Alors que faire pour que la neige tombe en hiver, l’eau au printemps et que le soleil brille au zénith en été ? Les plus anciens disent : « il n’y a plus de saisons, de mon temps ce n’était pas comme ça ». Ils n’ont pas tort.

À y regarder de près, ne sommes-nous pas responsables de cet été pourri ? Où sont passées les forêts qui permettaient d’assurer le cycle de l’eau et des saisons. Disparues au profit de villes, de routes, d’usines, toujours plus grandes et plus polluantes, de modifications incontrôlées de notre environnement. Si nous n’avons pas le bouton pour régler la météo, nous avons peut-être trouvé celui qui la désorganise.





Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur





1.Posté par A le 14/08/2011 17:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Successions de lieux communs digne d'un bistrot.

2.Posté par Yannick Sourisseau le 14/08/2011 17:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Hé, oui, où discute-t-on de la pluie et du beau temps ? dans un bistrot bien sûr. Et ne vous en déplaise c'est là que l'on rencontre les français, les vrais et pas dans les albums de photographie.
Cordialement








Angers Mag















Angers Mag : Au comptoir de Mathilde... et de Catherine: Depuis la fin du mois d'octobre, la rue... https://t.co/wkV9xA1N3F https://t.co/6yuEQFFF5o
Mercredi 7 Décembre - 08:00
Angers Mag : A l’Ecole démocratique, on fait ce qu’on veut… ou presque: Basée sur la liberté... https://t.co/j0ywJZAzgI https://t.co/jEK0S9wvGs
Mercredi 7 Décembre - 07:31
Angers Mag : RT @LeQuai: N'oubliez pas d'aller voir #AdishatzAdieu ce soir. Vous nous remercierez demain. #Theatre #JonathanCapdevielle #Angers RESA 02…
Mardi 6 Décembre - 13:55
Angers Mag : A Angers, Montessori a pris racines: Porté par des éducateurs convaincus, les méthodes... https://t.co/bXNDdgyLpz https://t.co/nar3Qs6vye
Mardi 6 Décembre - 07:30


cookieassistant.com