Marius BRIANT : mort pour notre liberté.


Rédigé par - Angers, le 28/04/2012 - 19:24 / modifié le 28/04/2012 - 19:43


Pendant la dernière guerre, Marius BRIANT, instituteur à Angers, faisait partie de ces français engagés dans la résistance, ceux qui, au péril de leur vie, ont permis à notre pays de retrouver sa liberté et ses valeurs, celles des droits de l’homme. Ce vendredi 27 avril les élus et les citoyens angevins, lui ont rendu hommage, pour son courage et sa détermination.



Le groupe scolaire Victor Hugo à Angers où enseignat Marius Briant
Le groupe scolaire Victor Hugo à Angers où enseignat Marius Briant
la rédaction vous conseille
Il en fallait du courage et peut-être un peu d’inconscience pour s’opposer, en cette période sombre de notre histoire, à la barbarie nazie et l’idéologie qu’elle véhicule, encore de nos jours. « A l’heure où des comportements extrêmes sont révélés, je pense notamment à la Norvège et au massacre perpétré l’an dernier par un néo-nazi ; en cette période cruciale pour l’Europe qui se couvre de partis xénophobes ; au moment où la France se découvre une extrême droite qui obtient un niveau record dans les urnes, il n’est pas inutile de revenir au sens profond des idéaux républicains, de démocratie, de justice et de liberté », déclarait hier le Maire d’Angers, Frédéric BEATSE, en découvrant dans la cour de l’école Victor Hugo, la plaque à la mémoire de Marius BRIANT.

Mais qui était cet Angevin qui a résisté à l’occupant au point d’y laisser, comme beaucoup de jeunes de son âge, la vie pour nous tous puissions vivre dans un pays libre ?

Marius BRIANT, est né le 31 janvier 1922, à Sceaux d’Anjou, une petite commune du Maine-et-Loire, située au nord d’Angers. Scolarisé à l’École Publique de garçons de Champigné, il rejoindra le Cours complémentaire de Segré en 1935. Il deviendra élève maître d’école, à l’École Normale d’Instituteurs d’Angers le 31 janvier 1940, à la veille de l’occupation allemande de la France.

Alors que la France est placée sous la dictature nazie, comme une grande partie de l’Europe, en mai 1942, Marius BRIANT se brise une cheville en gare du Mans, un accident qui entraînera l'amputation d’une jambe. Il est alors nommé instituteur intérimaire à Segré en octobre 1942, puis devient enseignant titulaire au groupe scolaire Victor Hugo, situé dans la rue même nom à Angers. Parallèlement il prépare une licence de philosophie à l'Université catholique de l'Ouest, songeant à intégrer l'École des Sciences Politiques.

Militant du Front National, lequel est à l’époque un groupe de résistants français communistes, fondé en mai 1941 et présent en zone nord et en zone sud, lequel n’a rien à voir avec le parti d’extrême droite que nous connaissons aujourd’hui, Marius BRIANT est recherché par la gendarmerie, suite à la blessure, à Vern d’Anjou, d’un soldat allemand. Le geste aurait été accompli par un normalien, un certain Moine, lequel avait revendiqué son geste.

Faute de trouver celui qu’elle recherchait, la Gestapo, la police politique allemande, emprisonne les parents de Marius BRIANT, au Pré-Pigeon, non loin de l’école où enseignait leur fils, le 14 juillet 1943. Marius qui est déjà un homme d’honneur, malgré son jeune âge, il a tout juste 21 ans, demande à son frère de le livrer afin que l’on puisse libérer ses parents. Marius est arrêté à la Marinière, sur la commune de La Pellerine (Est Baugeois) le 17 juillet 1943. Ses parents sont immédiatement relâchés.

Sans autre forme de procès comme il était courant dans l’armée du troisième Reich dès lors que des civils portaient atteinte à un soldat, il est condamné à mort le 1er décembre 1943 à Angers. Tout d’abord gracié, il sera ensuite déporté le 21 décembre 1943 vers Karlsruhe en Allemagne. Après de nombreux transferts dans les prisons allemandes, il sera décapité à Berlin le 29 mars 1944. Il avait alors 22 ans.

La cérémonie du souvenir a été organisée dans l’école où Marius BRIANT avait enseigné, du directeur de l’école, de l’équipe pédagogique et des élèves, en présence de son frère, Roger BRIANT, lequel a beaucoup œuvré pour rendre à Marius la reconnaissance et l’hommage qu’il méritait. Son courage et son engagement ont valeur d’exemple pour les générations futures, le travail de mémoire devant perdurer pour que pareille atrocité ne se reproduise pas.

Avant d’être incarcéré, Marius BRIANT avait écrit, en août 1943, plusieurs poèmes, dont celui-ci :

Marius BRIANT : mort pour notre liberté.
L'espoir

Un rien qui papillote, le soir au clair de lune,
Un rayon qui scintille, là-bas, dans la lagune,
Lie vent qui caresse, le mystère qui luit,
Une ombre dans la nuit, un insecte qui fuit,

Voilà le tendre espoir, le pilier de l'attente,
Très versatile image qui chaque instant nous tente,
Léger pantin qu'un souffle agite au bout d'un fil,
Visage borgne qu'on regarde de profil...

Il voltige, s'abat, s'éloigne, vient, s'arrête,
De loin tout souriant, nous fait signe de la tête
Vers lui tendons nos bras, très vite il disparaît.

La coupe est aux lèvres, mais l'illusion, d'un trait
La vide, et laisse au fond une lie d'amertume
Acre, écœurante, que la Mort, en silence, hume.




Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur





1.Posté par barreau le 29/04/2012 11:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Merci M Sourisseau de nous conter l'histoire de ce grand personnage.
Mon fils a fréquenté le centre de loisir Marius Briant et j'ignorais de qui cet endroit tenais son nom.
Merci pour le très beau poème.















Angers Mag











Angers Mag : #Angers REPORT'CITÉ trace sa route @Angers @MinistereCC @KeolisAngers https://t.co/5jrXBWmmjE https://t.co/dULolkaDWK
Mercredi 21 Juin - 12:33
Angers Mag : #Angers Ouest eMedia Presse (@angersmaginfo) a été placée en liquidation judiciaire https://t.co/vMG2O392Qi https://t.co/N9IyhvEjS3
Mercredi 21 Juin - 12:23
Angers Mag : « En Indonésie, le tourisme engendre des transformations profondes » #Angers https://t.co/gJQfDIqgwP https://t.co/bn8ODsUAFu
Jeudi 15 Juin - 10:03
Angers Mag : JoeyStarr, les différents visages de l'éloquence: Sur la scène du Festival d'Anjou le 15... https://t.co/9fZW6XZ2i2 https://t.co/bB4ZKtREuR
Mercredi 14 Juin - 12:03