Noël donne du sens à la famille


Rédigé par - Angers, le 25/12/2015 - 11:34 / modifié le 26/12/2015 - 02:56


Fête chrétienne où l’on célèbre la naissance de l’enfant Jésus, Noël est devenu au fil du temps un événement commercial où la bonne chère et l’achat de cadeaux occultent souvent l’aspect religieux. C’est surtout une fête familiale où chacun aime à se retrouver.



Noël, un moment important pour les enfants.
Noël, un moment important pour les enfants.
la rédaction vous conseille
Noël est un moment important pour tout le monde. Mais la fête familiale chrétienne par excellence, est devenue une fête laïque aujourd'hui. Même pour les chrétiens qui lui préfèrent désormais Pâques » a expliqué Isabelle de Gaulmyn, rédactrice en chef adjointe du quotidien de La Croix au micro d’Europe1, le 24 décembre dernier.
 
Si Noël n'est pas la fête la plus importante pour les chrétiens, c’est peut-être parce que les chrétiens ont commencé à fêter Noël que 300 ans après la mort de Jésus, un jour qui ne serait pas celui de sa naissance (*). « Pour les chrétiens, il s'agissait de remplacer une fête païenne, la fête du soleil qui était très importante à Rome. Ils l'ont donc adaptée au christianisme et c'est pour cela d'ailleurs que c'est au moment du solstice d'hiver » précise la rédactrice en chef.
 
« Noël c’est un moment qui donne du sens à la famille et au vivre ensemble », ajoute Isabelle de Gaulmyn.  « Pour les chrétiens, faire un cadeau à Noël c’est nous rappeler que Dieu nous a fait cadeau de son fils, mais surtout pour tout le monde un moment de fête de l'enfance ».
 
La rédactrice de La Croix regrette la tendance à faire disparaître les crèches et les symboles religieux.  « C'est un peu dommage car on ne garde que l'aspect commercial de Noël. Or, la fête de Noël et le partage reposent quand même sur quelque chose d'un peu spirituel. Même si Noël est plus une tradition qu’une fête religieuse ».
 
Pour cette dernière, la laïcité qui doit être l’expression du vivre ensemble dans le respect de toutes les religions, est poussée à l’extrême. « Aujourd’hui les gens ont peur des religions et ont une interprétation très dure de la laïcité qui les pousse vers l’interdiction de l’expression religieuse, notamment dans l’espace public ».  
 
Et de poursuivre : « Avant il y avait une crèche devant l’hôtel de ville de Paris et ça ne choquait personne. C’est vrai que l’espace public doit être neutre, mais ça veut dire quoi, le commercial n’est pas neutre non plus. On ne va pas faire de crèches avec Mickey et Donald ».
 
« Chacun pourra, à l’occasion de cette fête, témoigner de l’affection pour ceux qui nous entourent » - Mgr Delmas, évêque d’Angers.
Pour Isabelle de Gaulmyn, Noël prend une saveur toute particulière cette année après les attentats du 13 novembre. Depuis, les églises accueillent plus de monde, comme si la religion chrétienne redevenait un rempart contre les agressions dont nous faisons l’objet.
 
Dans son message de Noël, Monseigneur Emmanuel Delmas, évêque d’Angers revient également sur les événements douloureux du 13 novembre. « Notre pays a été profondément touché », écrit l’évêque. « Je pense aux attentats qui ont endeuillé de nombreuses familles. Mais nous avons été témoins aussi de signes d’espérance tel l’accord récent proposé lors de la conférence sur le climat. Nous faisons l’expérience que nous devons rester vigilants pour répondre aux défis du moment ».
 
Pour le représentant des chrétiens angevins, la fête de Noël apporte sa lumière et son espérance au cœur même de notre monde. « Chacun pourra, à l’occasion de cette fête, témoigner de l’affection pour ceux qui nous entourent. Les retrouvailles familiales, les cadeaux échangés, les initiatives par lesquelles nous aimons faire plaisir sont autant d’occasions de manifester notre amitié ».
 
Monseigneur Delmas, n’oublie pas les plus démunis. « Noël  nous rend plus sensible à ceux qui, autour de nous, connaissent la solitude : les personnes âgées, les malades, les familles qui ont été éprouvées par un deuil ou une séparation ». Il se réjouit des nombreux gestes d’attention « qui disent l’importance de la fraternité entre les hommes et le prix du lien qui nous unit aux plus fragiles de notre société ».

(*) Depuis l’an 336, les catholiques et les protestants célèbrent la naissance de Jésus de Nazareth le 25 décembre, jour du solstice d’hiver. Mais aucun texte ne donne avec exactitude le lieu et la date de la naissance de l’enfant. Pour certains historiens et chrétiens fondamentalistes, celle-ci aurait pu avoir lieu le 7 janvier.
 




Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur








Angers Mag















Angers Mag : #JPEL "Contre le complotisme, on ne peut pas enrayer tout (...) Mais on peut entraîner les cerveaux." 👏👏JB Schmidt… https://t.co/6pn23fJUHD
Vendredi 9 Décembre - 15:01
Angers Mag : L'indépendance, un état d'esprit ? #Angers Mag bien chez soi à la journée de la presse en ligne à Paris. #JPEL https://t.co/EpAgR2dt6N
Vendredi 9 Décembre - 12:17
Angers Mag : #Angers Le dessin du mois de décembre signé Fañch Juteau #prevention #VIH https://t.co/J3CxFCf8FC https://t.co/oAZR7nNURX
Vendredi 9 Décembre - 12:01
Angers Mag : #Angers Le dessin du mois de septembre signé Fañch Juteau #accrochecoeurs https://t.co/J3CxFCf8FC https://t.co/Jkrkty2UMe
Vendredi 9 Décembre - 10:51


cookieassistant.com