Notre-Dame-des-Landes, le Maine-et-Loire avait-il voix au chapitre ?


Rédigé par - Angers, le 17/03/2016 - 08:56 / modifié le 28/05/2016 - 09:51


Manuel Valls a tranché. Pas plus que les électeurs bretons, mayennais ou vendéens, ceux de Maine-et-Loire ne seront donc appelés à participer à la consultation sur le projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes. Discutable ? Discuté à minima en réalité dans les rangs politiques départementaux. Par ceux qui ont, du moins, un avis sur le sujet.



Notre-Dame-des-Landes, le Maine-et-Loire avait-il voix au chapitre ?
la rédaction vous conseille
Signataire il y a un mois, avec les présidents des départements du Morbihan, de la Mayenne et de la Vendée, d'une tribune plaidant pour la consultation de leurs administrés, Christian Gillet, le patron (UDI) du Conseil départemental de Maine-et-Loire l'a un peu mauvaise. 

En annonçant la limitation du périmètre du référendum sur l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes au seul département de Loire-Atlantique, le Premier ministre, Manuel Valls, a donc répondu par la négative à cette demande, estimant cohérent de réserver la consultation au "département le plus concerné" par l'impact écologique et économique du projet. Et précisant que l'enquête publique n'ayant eu lieu qu'en Loire-Atlantique, il convenait de "faire simple".

Pas emballé par l'idée même du référendum - "déni qui bafoue les décisions démocratiques portées par les élus locaux depuis 30 ans" répète t-il- Christian Gillet n'en juge pas moins "scandaleux"  que les département limitrophes, concernés directement par cet équipement "structurant" ne soient pas associés à la consultation. 

Scandaleux, vraiment ? Raisonnement différent mais regret identique pour Jean-Charles Taugourdeau, le député-maire (LR) de Beaufort-en-Anjou, pour qui il n'était "pas impertinent de redonner la parole aux citoyens du Grand Ouest à la condition impérative que l'évacuation de la ZAD soit engagée dès validation du résultat quel qu'il soit et bien sûr avec démarrage des travaux dès la fin de l'évacuation si le oui l'emportait."  

Selon lui, l'impact économique de l'aéroport concerne "au moins le Grand Ouest" et son impact environnemental "dépasse les limites de la Loire-Atlantique", cadre qui "n'aura pas le poids suffisant pour sortir le dossier par le haut" et "pourrait même faire jurisprudence contre tous les grands projets structurants en France". Et c'est à peu près tout pour ceux qui, au sein de la droite angevine, ont bien voulu prendre l'initiative de s'exprimer sur le sujet.
"A partir du moment où les Régions ne financent pas l'équipement en dehors des infrastructures de desserte, je ne trouve pas choquant ce périmètre, qui concerne le secteur le plus concerné". Frédéric Béatse

Du côté de la gauche angevine, on ne peut pas dire qu'on se soit bousculé non plus au portillon pour commenter le choix du périmètre de consultation. Rien de vraiment surprenant venant du Parti socialiste où chacun, assez naturellement, se garde bien de ne froisser ni le gouvernement, ni les camarades de Loire-Atlantique favorables au projet à l'image de Christophe Clergeau, le président du groupe socialiste, écologiste et radical au Conseil régional, qui souscrit "pleinement à cette annonce qui donne aux habitants de Loire-Atlantique la pleine responsabilité du choix de leur avenir" et appelait dès mercredi les partisans du oui à se mobiliser.

"A partir du moment où les Régions ne financent pas l'équipement en dehors des infrastructures de desserte, je ne trouve pas choquant ce périmètre, qui concerne le secteur le plus concerné, abonde l'ancien maire d'Angers et conseiller régional Frédéric Béatse, favorable au projet, Et puis, je pense qu'élargir le périmètre aurait pu être lui aussi reproché au gouvernement." "On pouvait demander que les habitants du Maine-et-Loire soient interrogés mais on se heurtait à une question de droit" estime aussi le député Luc Belot (Courrier de l'Ouest, mercredi 16 mars).

Dans les rangs des écologistes, le point de vue sur la restriction du périmètre est bien évidemment plus tranché. Les conseillers régionaux EELV (dont la saumuroise Christelle Cardet) parlent "d'une mascarade", "qui ne ferait qu'enliser encore plus le dossier" et estiment qu'organiser la consultation "avant l'aboutissement des procédures en cours serait insensé".

Enfin, au Front National, si prompt à réclamer il y a un mois l'ouverture du référendum à l'ensemble des départements des Pays-de-la-Loire, pas de commentaire sur la limitation du périmètre à la Loire-Atlantique. Si Jean Goychman, l'un des élus FN de Maine-et-Loire à la région, a pris la parole mercredi, c'est pour focaliser ses critiques sur un autre volet du dossier Notre-Dame-des-Landes :  son financement. Lequel accorde, selon lui, "les bénéfices immédiats à une multinationale privée et laisse les charges de long terme à l'Etat et aux collectivités territoriales."  Directement visé, le groupe Vinci dont la double casquette de constructeur et de gestionnaire ne plaît pas du tout au FN. Un autre débat.




Journaliste, rédacteur en Chef d'Angers Mag En savoir plus sur cet auteur





1.Posté par Ivan le 20/03/2016 09:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Un peu que le Maine et Loire avait voix au chapitre, ainsi que tous les départements français, puisque tous les Français vont payer l'Ayrauport! Cette opération est un déni de démocratie.

2.Posté par Bago le 20/03/2016 19:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Les angevins ont un aéroport qui a bien du mal à"décoller". Pourquoi ne pas s'en servir pour désengorger l'aéroport de Nantes? L'argument de déni de démocratie en passant par le référendum ne passe pas, c'était au XXème siècle que la décision de NDDL a été prise... il est vrai que beaucoup de nos politiques y sont restés, d'ailleurs ils obéissent de plus en plus à Vinci et ont oublié l'intérêt général.

3.Posté par Niète le 24/03/2016 10:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le copinage socialiste est un fléau économique : puisque seule la Loire-Atlantique est concernée par NDD, je me demande bien pourquoi les régions Bretagne et Pays de Loire sont membres du Syndicat Mixte Aéroportuaire du Grand-Ouest dans lequel elles n'ont rien à faire; rien que les appellations AGO et AMEGO montre que le périmètre ciblé n'est pas la seule Loire-Atlantique dont on se demanderait pourquoi l'équipement aéroportuaire serait offert par l'Etat Français. Quant à la déclaration de Béa...















Angers Mag











Angers Mag : Séance critique : "Ma'Rosa" de Brillante Mendoza: Dans Séance critique, deux fois par... https://t.co/UXYZ0kjrdt https://t.co/JrsEK1vwBv
Samedi 10 Décembre - 11:00
Angers Mag : « Ces pédagogies ne sont pas ignorées »: Et l’Education Nationale ? Quel regard... https://t.co/JnPQWXILNL https://t.co/5glkXOM6T3
Samedi 10 Décembre - 07:45
Angers Mag : #JPEL "Contre le complotisme, on ne peut pas enrayer tout (...) Mais on peut entraîner les cerveaux." 👏👏JB Schmidt… https://t.co/6pn23fJUHD
Vendredi 9 Décembre - 15:01
Angers Mag : L'indépendance, un état d'esprit ? #Angers Mag bien chez soi à la journée de la presse en ligne à Paris. #JPEL https://t.co/EpAgR2dt6N
Vendredi 9 Décembre - 12:17



cookieassistant.com