Notre-Dame-des-Landes : les opposants, toujours plus nombreux, ne lâchent rien


Rédigé par - Angers, le 28/02/2016 - 10:47 / modifié le 02/03/2016 - 16:05


Samedi 27 février, entre 15 000 et 50 000 opposants au projet d’aéroport du Grand Ouest, ont bloqué les deux importants axes routiers qui encadrent la zone de Notre-Dame-des-Landes pour demander l’arrêt immédiat du projet. L’une des plus importantes mobilisations, plutôt festive, malgré quelques débordements.



Des opposants à perte de vue sur l'axe Nantes-Vannes, une mobilisation bien supérieure aux précédentes
Des opposants à perte de vue sur l'axe Nantes-Vannes, une mobilisation bien supérieure aux précédentes
la rédaction vous conseille
Retailleau peut aller se rhabiller avec les 19 000 signatures de sa pétition bidon. Nous sommes beaucoup plus nombreux à lui dire que nous ne voulons pas de cet aéroport » déclaraient des opposants nantais au cœur du long cortège qui bloquait la voie rapide Nantes-Vannes. Venus de tout l’ouest et même de plus loin, dans une cinquantaine de cars, dont trois d’Angers, les opposants au projet d’aéroport à Notre Dame des Landes, étaient encore plus nombreux, pour faire entendre leur voix. L'annonce d'un référendum par François Hollande, que la plupart rejettent, n'a pas visiblement pas calmé leurs ardeurs.
 
« Nous ne voulons pas de ce référendum, lequel sera inévitablement truqué comme la pétition lancée par la Région. Nous demandons l’arrêt des expulsions des paysans et l’abandon immédiat de cet aéroport, couteux et inutile », déclaraient invariablement les opposants. « Le gouvernement ne nous dit pas tout, il faudra qu’il comprenne une fois pour toutes que seule la vérité peut nous permettre de sortir de cette impasse », ajoutait Françoise Verchère, la Coprésidente du Cédpa.
 
Vêtus de gilets jaunes au logo de l’ACIPA, l’association emblématique du mouvement d’opposition, brandissant des drapeaux ou des panneaux fustigeant les élus et principalement le président Hollande et son gouvernement, les opposants ont défilé dans la bonne humeur, bloquant les deux voies de la voie rapide Nantes- Vannes, de 11h à 18h. Parallèlement une quarantaine de tracteurs et une centaine de cyclistes bloquaient celle de Rennes. Ils ont rejoint les premiers en début d’après-midi.
 
« Nous sommes là de plus en plus nombreux chaque fois pour dire que ce projet est illégal, il n'est pas légitime et il n'est pas moral » - José Bové

Ces milliers d’opposants ont pu compter, en plus d’élus locaux et représentants politiques également opposés, sur un militant de poids en  la personne de José Bové. Ce dernier est venu apporter son soutien dans un cortège qui s’étendait sur près de 5 km. « Aujourd'hui on est plus de 50 000, et nous sommes là de plus en plus nombreux chaque fois pour dire que ce projet est illégal, il n'est pas légitime et il n'est pas moral », expliquait le député européen.
 

Venus dans une cinquantaine de cars de tous l'ouest et même de plus loin les opposants ont démontré que désormais la ZAD de Notre-Dame-des-Landes est partout
Venus dans une cinquantaine de cars de tous l'ouest et même de plus loin les opposants ont démontré que désormais la ZAD de Notre-Dame-des-Landes est partout
Si cette manifestation, colorée et bigarrée, «  la plus importante », selon les organisateurs, s’est déroulée dans une ambiance familiale et festive, un petit groupe d’activistes cagoulés, équipé d’échelles pliantes et très mobile s’en est pris à tous les panneaux de signalisation qu’il trouvait sur son passage. La station-service Total, de Vigneux-de-Bretagne a également fait les frais de cette bande de casseurs qui l’ont vandalisée en quelques minutes, taguant les murs, vidant les extincteurs et fracassant les pompes à carburant à coup de marteau.
 
« Un acte gratuit et inutile », dénonçaient les autres manifestants pacifiques qui constituaient la très grande majorité des participants. « Vous donnez une mauvaise image de cette manifestation. Les pro-aéroports n’attendent que ça pour dire que nous sommes tous de dangereux casseurs. Vous décrédibilisez la mobilisation », sont venus leur dire plusieurs opposants sans vraiment avoir réussi à les stopper dans leur acte destructeur. « Total c’est comme Vinci, ils méritent qu’ont leur fasse payer l’addition », répondaient les activistes. Un autre combat...
 
La manifestation s’est arrêtée quelques kilomètres plus loin avec une prise de parole des élus et représentants des associations organisatrices. Une vigie d’une dizaine de mètre a été érigée par les Zadistes, à l’endroit même où est prévu l’échangeur qui conduira, s’il elle se fait, à la zone aéroportuaire. Les Zadistes ont d’ailleurs été soutenus et encouragés par les personnalités qui ont pris la parole.

Voir la GALERIE PHOTO de la journée (Photos Y. Sourisseau / M. Fournier)
 





Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur








Angers Mag















Angers Mag : Séance critique : "Ma'Rosa" de Brillante Mendoza: Dans Séance critique, deux fois par... https://t.co/UXYZ0kjrdt https://t.co/JrsEK1vwBv
Samedi 10 Décembre - 11:00
Angers Mag : « Ces pédagogies ne sont pas ignorées »: Et l’Education Nationale ? Quel regard... https://t.co/JnPQWXILNL https://t.co/5glkXOM6T3
Samedi 10 Décembre - 07:45
Angers Mag : #JPEL "Contre le complotisme, on ne peut pas enrayer tout (...) Mais on peut entraîner les cerveaux." 👏👏JB Schmidt… https://t.co/6pn23fJUHD
Vendredi 9 Décembre - 15:01
Angers Mag : L'indépendance, un état d'esprit ? #Angers Mag bien chez soi à la journée de la presse en ligne à Paris. #JPEL https://t.co/EpAgR2dt6N
Vendredi 9 Décembre - 12:17


cookieassistant.com