Nouvelle ligne et étude stratégique pour Angers Loire Aéroport


Rédigé par - Angers, le 27/05/2015 - 07:44 / modifié le 28/05/2015 - 19:43


Deux destinations en saison estivale, cinq vols par semaine et une zone d’activité désespérément vide, Angers Loire Aéroport n’a pas vraiment trouvé sa vitesse de croisière. Avec l’ouverture d’une nouvelle ligne vers Toulouse, Angers Loire Métropole veut lancer une étude stratégique pour mesurer les enjeux de la zone aéroportuaire angevine.



Les passagers britanniques embarquant pour le vol de mardi à destination de London City
Les passagers britanniques embarquant pour le vol de mardi à destination de London City
la rédaction vous conseille
La France compte-t-elle trop d’aéroports ? Il y a tout juste un an le Board of Airlines Representatives (Bar) dénonçait  le « nombre pléthorique d’aéroports en France dont les coûts sont finalement supportés par les compagnies aériennes opérant en France (et les collectivités locales : NDLR ), sans bénéfice pour le transport aérien dans son ensemble ». Avec 160 aéroports répartis sur le territoire français, dont certains sont en cours de fermeture, ou le seront dans un avenir proche, la concurrence est rude notamment sur les lignes low-cost intermédiaires.
 
Angers, ville située à une heure de Nantes et bientôt autant de Paris par le TGV, n’échappe pas à ce constat avec, depuis l’ouverture de sa piste, en 1998, une valse des compagnies qui posent leurs appareils sur le tarmac angevin et qui repartent vers d’autres horizons une fois les subventions épuisées. « Une situation quasi normale » pour Jean-Pierre Bernheim, le 4e vice-président d’Angers Loire Métropole, chargé du développement économique. « Aucun aéroport français ne peut fonctionner sans l’aide des collectivités »,  affirmait-il en présentant ce mardi une nouvelle ligne vers Toulouse.
 
Pour autant, la stabilité économique de cet équipement pose toujours question, surtout à l’heure où les collectivités territoriales voient leurs budgets fortement contraints par la baisse des aides de l’État. Même si Jean-Pierre Stagnaro, le directeur du site annonce « 55 000 passagers en aviation commerciale, plutôt touristique, avec un taux de remplissage moyen de 65% », est-ce vraiment suffisant pour rentabiliser l’équipement ?
 
L’agglo, renouvelée l’an dernier, se pose d’ailleurs la question, puisque Jean-Pierre Bernheim annonce le lancement d’une étude stratégique, sur le fonctionnement de l’aéroport, mais aussi sur la zone d’activité toute proche. Cette dernière, vide de toute entreprise « pourrait intéresser des entreprises liées à l’aéronautique et aux activités connexes », rassure le vice-président qui s’en remet à cette étude pour trouver les solutions. « Et s’il n’y a aucune hypothèse crédible, je saurais le dire et le conseil communautaire prendra la décision qui s’impose. Mais ne tirons pas de conclusion avant les résultats de cette étude, même si nous savons que la construction de la virgule de Sablé (TGV) mettra Angers à une heure de Paris ».
 
« Les Anglais apprécient cette ligne. Ils sont nombreux à venir dans la région »

Jean-Pierre Bernheim veut tout de même y croire, surtout que la ligne vers l’aéroport de London City, l’aéroport situé au cœur de la capitale britannique, opérée trois fois par semaine, depuis 2012, par British Airways et rouverte depuis le 19 mai, fonctionne plutôt bien. « Les Anglais apprécient cette ligne. Ils sont nombreux à venir dans la région, et partir du centre de Londres c’est très pratique pour eux. À cela s’ajoutent les services gratuits que nous offrons à Angers », souligne le directeur de l’aéroport. « Il nous manque presque une rotation sur cette destination ». Et preuve à l’appui, ce mardi ils étaient 64 passagers à embarquer dans l’Embraer 170 (98 sièges) de la compagnie britannique.
 
Sans attendre les résultats de l’étude, élu et directeur se montrent confiants, d’autant qu’après Londres et  Nice assurée par IGavion, qui rouvrira le 14 juin, pour la quatrième année, à raison de 2 vols hebdomadaires, les angevins pourront prochainement partir vers Toulouse. Également opérée par IGavion cette ligne ouvrira le 16 juin prochain, avec deux vols, le mardi et le jeudi (14h00 – arrivée à Toulouse à 15h25) à partir de 69 € l’aller simple. « Peu d’Angevins le savent, mais des instruments de bord pour Airbus sont fabriqués à Angers. Cette liaison est donc utile pour les techniciens concernés. C’est également une liaison intéressante pour les vacances vers les Pyrénées et la côte Basque », justifie Jean-Pierre Bernheim . Des vols sont également assurés vers le hub de Dole (Jura) via Nice et Toulouse.
 
Pour doper ces destinations l’agglo a lancé une campagne de communication décalée sur la ville d’Angers, et un nouveau site web, « plus clair, plus pratique et qui met en valeur l’aéroport dans son ensemble et le territoire, le tout réalisé en interne pour seulement 40 k€ », selon Thierry Gintrand, le directeur de la communication de l’agglomération et de la ville.
 
Pour en savoir plus : www.angersloireaeroport.fr
 

La campagne de communication orchestrée par le service communication de la ville et de l'agglo
La campagne de communication orchestrée par le service communication de la ville et de l'agglo




Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur





1.Posté par Marc Gicquel le 29/05/2015 15:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
C'est incroyable comment les élus de droite comme PS continuent sur la même pente quand il s'agit d'aéroports. La France a une densité incroyable d'aéroports, dont la grande majorité est fort déficitaire, ce qui veut dire que les contribuables paient (lourdement) pour chaque passager d'un vol des petits aéroports. Les libéraux, dont JP Bernheim, chargé du développement économique à l'agglo, trouvent cela normal....curieux raisonnement de leur part. Il va bien falloir un jour qu'on cesse d'ent...

2.Posté par JM le 29/05/2015 21:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pourquoi ? Pour répondre à Marc Gicquel, au moins pour deux raisons. Premièrement, il y a à travers les vols sanitaires, une mission de service public. Quand les vols au départ de Nantes peuvent refuser les "par dessus bord", celui d'Angers accepte, et est ouvert 24h/24 et 7jrs/7 au profit de tous les ligériens. Deuxièmement, l'aéroport d'Angers est la seule infrastructure où nous avons notre mot à dire, en toute indépendance, connectée au reste du monde, contrairement aux voies ferroviaires ...

3.Posté par MJ le 25/06/2015 11:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Roissy se trouve à 2 h 31 d'Angers (trajet le plus court) par TGV et il n'y a aucune liaison directe entre Angers et l'aéroport de Nantes.
Le plus étonnant dans l'aéroport d'Angers est sa distance par rapport à la ville. Des capitales européennes dix fois plus grandes ont des aéroports situés bien plus près de la ville. Quelle idée de construire un aéroport aussi éloigné et sans gare à proximité pour quelques vols à peine par jour.
Quoi qu'il en soit, il reste tout à fait possible de desservir ...








Angers Mag















Angers Mag : Au comptoir de Mathilde... et de Catherine: Depuis la fin du mois d'octobre, la rue... https://t.co/wkV9xA1N3F https://t.co/6yuEQFFF5o
Mercredi 7 Décembre - 08:00
Angers Mag : A l’Ecole démocratique, on fait ce qu’on veut… ou presque: Basée sur la liberté... https://t.co/j0ywJZAzgI https://t.co/jEK0S9wvGs
Mercredi 7 Décembre - 07:31
Angers Mag : RT @LeQuai: N'oubliez pas d'aller voir #AdishatzAdieu ce soir. Vous nous remercierez demain. #Theatre #JonathanCapdevielle #Angers RESA 02…
Mardi 6 Décembre - 13:55
Angers Mag : A Angers, Montessori a pris racines: Porté par des éducateurs convaincus, les méthodes... https://t.co/bXNDdgyLpz https://t.co/nar3Qs6vye
Mardi 6 Décembre - 07:30


cookieassistant.com