Angers Mag Info

Un autre regard sur l'actualité d'Angers et sa région

Document sans nom

Jeudi 2 Octobre 2014


Noyades : des enfants sous surveillance


Rédigé par - Le 19/08/2012 - 10:13 / modifié le 19/08/2012 - 10:39


Avec la vague de chaleur qui s’installe sur le territoire français, le bain en mer, en rivière ou en piscine permet de rafraichir le corps et éviter les coups de chaleur. Néanmoins il convient d’observer la plus grande prudence, l’Institut de Veille Sanitaire (InVS) rappele que la noyade est l’une des plus importantes causes de mortalité pendant les vacances, notamment chez les enfants.



Noyades : des enfants sous surveillance
Sept enfants de moins de 12 ans sont morts noyés durant la seconde semaine d’août en France. Entre le 1er juin et le 9 août 2012, l’Institut de veille sanitaire (InVS) dénombrait déjà près de 150 noyades chez des enfants de 0 à 12 ans dont 22 ont conduit à un décès.

Organisée par l'Institut de veille sanitaire et la Direction générale de la sécurité civile et de la gestion des crises (Ministère de l’Intérieur), en lien avec le Ministère des Affaires sociales et de la Sante, l’enquête « Noyades 2012 » a été lancée en mai 2012. Elle est réalisée par SEPIA-Santé.

Cette qui concerne tous les départements français et recense tous les accidents par noyade entre le 1er juin et le 30 septembre 2012 dès lors qu'ils ont fait l'objet d'une intervention de secours organisés, et qu’ils ont été suivies d'une hospitalisation ou d'un décès.

Entre le 1er juin et le 14 août 2012, 794 noyades ont été dénombrées en France métropolitaine et dans les départements et territoires d’Outre-mer, dont 655 noyades accidentelles ayant conduit à 263 décès (soit 40 %). Si la plupart des noyades ont eu lieu en mer (316), un nombre de plus en plus important est constaté dans le piscines, 116 depuis le 1er juin, a raison de 60 en piscines privées et 56 en piscines collective. La récente affaire de la piscine municipale de Cholet (49), ou un enfant avait échappé à la vigilance des adultes, dans un petit bain, est là pour nous rappeler la triste réalité.

Si les adultes de plus de 45 ans restent les plus touchés par la noyade et le décès qui survient dans près de la moitié des cas, les enfants ne sont pas en reste, d’autant que dans la plupart des cas les accidents surviennent suite un manque de vigilance de la part des parents.


La législation ne remplace pas la surveillance constante d’un adulte

L’Institut de Veille Sanitaire, a rappelé tout au long de l’été, les conseils élémentaires de prudence et continue encore, notamment en cette période de forte chaleur où les plans d’eau sont extrêmement sollicité.

Pour l’InVS, qui rappelle que lorsqu’un enfant est dans l’eau, la surveillance constante par un adulte est indispensable, les prescriptions suivantes sont à observer avec la plus grande rigueur.

En tout premier lieu, à proximité d’une piscine (y compris piscine hors-sol ou piscine gonflable) ou d’un plan d’eau, quel que soit sa profondeur et que l’enfant se baigne ou non, une surveillance visuelle constante et ininterrompue par un adulte est impérative.

Les enfants et en particulier les plus jeunes, lesquels ne savent pas nager correctement, doivent être équipés de brassards adaptés à leur taille, leur poids et leur âge. Cela n’exclut pas une surveillance, par un membre de la famille, même si le lieu de baignade est surveillé et si l’enfant porte des brassards.

Il n’est pas inutile de rappeler qu’une chute dans l’eau d’un enfant peut survenir sans provoquer de bruit et que celui-ci peut se noyer sans aucun cri en moins de trois minutes dans vingt centimètres d'eau.

Par ailleurs, en France, la loi n°2003-9 du 3 janvier 2003 relative à la sécurité des piscines impose la mise en place d'un dispositif de sécurité normalisé, c'est-à-dire une barrière physique (barrière, abri ou couverture empêchant l'accès à l'eau) et une alarme sonore lors de l'approche (alarme périmétrique) ou de la chute dans l'eau (alarme d'immersion).

Mais en aucun cas, ces dispositifs de sécurité ne remplacent la surveillance permanente des enfants par un adulte.

En savoir plus : www.inpes.sante.fr




Yannick Sourisseau
Directeur publication Angers Mag et Angers Mag Info Journaliste web suivant plus particulièrement... En savoir plus sur cet auteur







Angers Mag
















Instagram

A PROPOS