Ombres chinoises au logis Barrault d’Angers


Rédigé par - Angers, le Mardi 19 Juin 2012 à 16:03


Situé dans le centre historique, le Logis Barrault, considéré comme le plus ancien hôtel particulier de la ville abrite le Musée des beaux-arts d'Angers. Ce samedi il accueillait dans sa cour un spectacle unique de marionnettes d’ombre accompagné de danseurs de l’opéra de Pékin : « l’exécution du Juge Infernal ».



Le juge infernal en costume traditionnel chinois devant le théâtre de marionnettes
Le juge infernal en costume traditionnel chinois devant le théâtre de marionnettes
la rédaction vous conseille
L’occasion d’assister à un spectacle de marionnettes d’ombre dont les Chinois se sont fait, depuis le XVIe siècle une spécialité, est plutôt rare, surtout à Angers. Grâce à l’Institut Confucius des Pays de la Loire, structure assurant la promotion de la culture chinoise en occident et au metteur en scène et sinologue Sarah Oppenheim, les Angevins ont pu approcher samedi dernier cette forme d’art, puisqu’un théâtre de marionnettes était installé samedi soir dans la cour du Logis Barrault, place Saint-Éloi.

On y donnait une unique représentation de morceaux choisis de « l’exécution du Juge Infernal », un spectacle qui allie marionnettes et danseurs de l’opéra de Pékin. Ce spectacle qui vise à faire connaître la richesse de la culture traditionnelle chinoise terminait une tournée européenne de deux mois, mai et juin 2012, avec quatre dates : Bobigny (93), Rennes, Poznan (Pologne) et Angers.

Jamais réalisée avant 2009, la réunion de ces deux genres, marionnettes et opéra, est une première et une innovation sur la scène chinoise qui méritait vraiment le détour pour qui s’intéresse ou entretien des relations avec la Chine. Ce spectacle mis en scène par Sarah Oppenheim, laquelle est lauréate de la Villa Médicis Hors les Murs de Cultures France en 2008, est tiré d’un livret de l’Opéra de Pékin de la fin de la dynastie des Qing (1644-1911). Il fut par la suite censuré ou interdit au gré des campagnes de lutte contre les superstitions au XXe siècle.

Dans cette version de la pièce proposée samedi soir dans la cour du logis Barrault, l’accent a été mis sur le dilemme de You Liugui, un petit fonctionnaire qui doit choisir entre le respect des ordres de ses supérieurs, la peur des représailles et la révélation des ce qu’il sait des pratiques douteuses ayant cours en enfer.

Les marionnettes chinoises, toujours aussi spectaculaires, étaient animées par la compagnie « Han Feizi », une troupe populaire de théâtre d’ombres de Shuangcheng, fondée en 1991 par le poète et dramaturge du même nom. Pour cela il a réuni les meilleurs spécialistes du théâtre d’ombres du Heiliongjiang : chant, manipulation, musique, dessin et gravure.

Le spectacle était donné en chinois. La traduction en langue française était projetée au-dessus de la scène sur les murs du Logis Barrault. Les spectateurs, environ 200 personnes étaient ravis d’assister à cette grande première qui permet, nous n’en doutons pas, de tisser des liens encore plus forts avec ce grand pays ami qu’est la Chine.

Pour en savoir plus sur l’institut Confucius : www.confucius-angers.eu




Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur








Angers Mag