Paiement mobile, Orange veut accélérer son déploiement sur Angers


Rédigé par - Angers, le 16/02/2017 - 07:30 / modifié le 17/02/2017 - 19:09


Toute cette semaine, le système de paiement sans contact sur mobile d'Orange, fait l'objet d'une campagne d'information auprès des commerçants d'Angers. Objectif pour l'opérateur historique : accélérer son déploiement partout, en misant sur la confiance et les nouvelles habitudes de consommation.



Anne Benoît (chocolaterie Benoît) a adopté d'autant plus facilement le paiement mobile que 50% des clients utilisent déjà le règlement sans contact.
Anne Benoît (chocolaterie Benoît) a adopté d'autant plus facilement le paiement mobile que 50% des clients utilisent déjà le règlement sans contact.
la rédaction vous conseille
C'est un mouvement que d'aucuns annoncent irrémédiable. Et c'est aussi un marché qui ne laisse aucun des grands acteurs du numérique, indifférent. A l'horizon 2020 -demain donc-, le paiement sans contact par mobile devrait représenter plus de la moitié des transactions d'achats en France, selon Orange. 

Sans attendre l'arrivée sur le territoire des systèmes développés par les géants américains Apple (Apple Pay) et Google (Androïd), le premier opérateur de téléphonie du pays a donc lancé en octobre 2015 sa propre solution de paiement mobile : Orange Cash. Avec un objectif très clair : séduire le plus grand nombre possible de ses clients, à qui l'offre est réservée (Orange, Sosh et M6 mobile). Et une ambition stratégique toute aussi claire : amorcer le développement d'un panel de services financiers -Orange Bank arrive bientôt- pour lesquels l'opérateur vise 400 millions d'euros de chiffre d'affaire à court terme.

Testée dans cinq villes -Caen, Rennes, Lille, Nice et Strasbourg- avant que d'être déployée sur tout le pays, l'application a déjà fait son bonhomme de chemin parmi les consommateurs angevins. Puisqu'au au cours des 12 derniers mois, plus de 300 commerces d'Angers équipés de terminaux sans contact, ont enregistré des achats réglés via Orange Cash. Le signe, à tout le moins, d'un intérêt que l'opérateur souhaite aujourd'hui amplifier.

"On s'est demandé dans quelle mesure on ne pouvait pas informer d'avantage encore les commerçants, en faisant preuve de pédagogie" replace Laurence Lebott, la directrice en Maine-et-Loire des relations d'Orange avec les collectivités locales. En partenariat avec l'association Les Vitrines d'Angers et la Chambre de commerce et d'industrie de Maine-et-Loire, sept étudiants sillonnent ainsi depuis lundi les artères commerçantes de la ville, pour informer les professionnels sur ce nouveau mode de paiement.

Comment ça marche ?

Orange Cash peut s'assimiler à un portefeuille numérique. Pour en bénéficier, il faut d'abord disposer d'un forfait mobile chez Orange et, sauf pour les détenteurs d'un terminal iOS compatible, d'une carte SIM NFC (Near Fied Communication, soit en français, "communication dans un champ proche"), ce qui est le cas désormais pour la plupart des smartphones.

Il faut ensuite télécharger une application mobile (gratuite), renseigner son compte de plusieurs informations dont son numéro de carte bancaire ou de RIB, avant que de pouvoir "charger" son portefeuille Orange Cash. Ce chargement - facturé 0,79€ via une carte bancaire - est plafonné à 250€ par période de 30 jours. Sauf si vous souscrivez à l'option Orange Cash plus (gratuite aussi), laquelle permet de porter ce plafond à 3 000€ par période de 30 jours.

Pour régler ensuite vos achats, cela se passe comme pour une carte bancaire sans contact, en présentant votre mobile sur le terminal de paiement. Un code secret est simplement demandé pour tous les montants supérieurs à 20€. "La digitalisation de la société est en marche et je pense qu'il ne faut pas en avoir peur. Angers se veut ville expérimentale de solutions connectés, ça passe par de la communication et de la pédagogie" estime Eric Groud, pour la Chambre de commerce et d'industrie de Maine-et-Loire.

Responsable de la chocolaterie Benoît, où Orange avait convié la presse lundi pour une démonstration, Anne Benoît ne dit pas autre chose : "L'inquiétude des clients pour le sans contact, la mienne aussi, était liée à la fiabilité des systèmes. Mais à partir du moment où on est rassuré, les habitudes changent. Aujourd'hui, 50% de mes clients paient sans contact, il faut vivre avec son temps." 

Pour plus d'infos : orangecash.orange.fr/decouvrir




Journaliste, rédacteur en Chef d'Angers Mag En savoir plus sur cet auteur








Angers Mag















Angers Mag : #Angers REPORT'CITÉ trace sa route @Angers @MinistereCC @KeolisAngers https://t.co/5jrXBWmmjE https://t.co/dULolkaDWK
Mercredi 21 Juin - 12:33
Angers Mag : #Angers Ouest eMedia Presse (@angersmaginfo) a été placée en liquidation judiciaire https://t.co/vMG2O392Qi https://t.co/N9IyhvEjS3
Mercredi 21 Juin - 12:23
Angers Mag : « En Indonésie, le tourisme engendre des transformations profondes » #Angers https://t.co/gJQfDIqgwP https://t.co/bn8ODsUAFu
Jeudi 15 Juin - 10:03
Angers Mag : JoeyStarr, les différents visages de l'éloquence: Sur la scène du Festival d'Anjou le 15... https://t.co/9fZW6XZ2i2 https://t.co/bB4ZKtREuR
Mercredi 14 Juin - 12:03