Plus de 1 000 manifestants pour la survie de l'université d'Angers


Rédigé par Rédaction Angers Mag Info - Angers, le 15/01/2013 - 12:18 / modifié le 16/01/2013 - 14:42


Forte mobilisation, ce matin, pour la survie de l'université d'Angers. Plus de 1 000 manifestants ont défilé dans les rues de la cité. Enseignants, personnels administratifs et étudiants réclament des moyens supplémentaires et l'ouverture d'une trentaine de postes.



Plus de 1 000 manifestants ont défilé à Angers ce mardi matin.
Plus de 1 000 manifestants ont défilé à Angers ce mardi matin.
la rédaction vous conseille
A grand coup de slogans, dans une ambiance bon enfant, étudiants, enseignants et personnels de l'université d'Angers se sont mobilisés, ce matin, à l'appel de l'intersyndicale (SNTREES-FO, SNASUB-FSU, SNESUP-FSU, SUD Éducation, UNSA, SUD Étudiant et l'UNEF). Plus de 1 000 manifestants, selon la police, se sont réunis place François Mitterrand, vers 11 heures, pour ensuite défiler dans les rues d'Angers. Tous, d'une même voix, réclament des moyens supplémentaires et l'ouverture de postes d'enseignants supplémentaires.

Parmi eux, le président de l'université en personne, Jean-Paul Saint-André, qui par solidarité manifestait à " titre personnel. Et sachez que c'est une première pour moi. Si ma mémoire est bonne, une telle mobilisation n'était pas arrivée depuis 1970, date de création de l'université d'Angers". Preuve en est, le président était accompagné ce matin par les huit doyens des facultés angevines et de ses vice-présidents. Une délégation des cadres se rendra d'ailleurs ce soir à Paris au ministère de l'enseignement supérieur pour y rencontrer la ministre Geneviève Fioraso. "Nous comptons lui demander une dotation supplémentaire pour la création de 45 postes par an et sur trois ans, ainsi que 500 000 euros pour la réalisation de travaux urgents à la fac de lettres", annonce, sceptique, le président.

Le maire dans la manif

Le président de l'université d'Angers, Jean-Paul Saint-André était présent dans le cortège.
Le président de l'université d'Angers, Jean-Paul Saint-André était présent dans le cortège.
Quant aux organisations syndicales, elles devraient, elles, être reçues, ce mardi soir, par le préfet de Maine-et-Loire, François Burdeyron. Elles demandent fermement "la levée du gel de 35 postes, le remplacement de 69 postes vacants à la fin 2012, des moyens supplémentaires pour étudier et faire de la recherche et l'augmentation des salaires".

Ce matin, les manifestants ont reçu le soutien du maire d'Angers, Frédéric Béatse. Au départ du cortège, boulevard Carnot, il a tenu, l'espace de quelques instants, à manifester lui aussi afin que "le gouvernement donne tous les moyens nécessaires à l'université d'Angers, véritable vitrine de la ville", expliquait-il brièvement.



















Angers Mag