Pour sa 4e édition, Artaq va vous surprendre encore


Rédigé par Yves BOITEAU et Matthieu GRUAZ - Angers, le 15/05/2013 - 18:15 / modifié le 15/05/2013 - 18:13


Expositions, performances et rendez-vous hip-hop vont rythmer la 4ème édition du festival des arts urbains d'Angers du 31 mai au 2 juin. En lumière, un art ancestral remis au goût du jour : l'origami. Ou quand l'art du pliage cherche à se glisser dans les rues d'une ville.



Un exemple d'installation de Mademoiselle Maurice (ici, au Vietnam)
Un exemple d'installation de Mademoiselle Maurice (ici, au Vietnam)
Après la laine, le papier. En mettant à l'honneur l'an passé le yarn bombing (les lions du jardin du Mail revêtus de tricots, vous vous souvenez ?), le festival Artaq avait permis au public angevin de découvrir une technique artistique quasi inconnue en Anjou. On n'en dira pas tant de l'origami, art multiséculaire, ultra-populaire en Asie mais, il est vrai, un brin marginalisé - voir ringardisé parfois - chez nous.

Pourtant, l'origami ne se résume pas aux seules cocottes et grenouilles en papier de notre enfance. Sortie major de promo de l’École supérieure d'architecture intérieure de Lyon en 2007, Mademoiselle Maurice l'a intégré pleinement à sa démarche artistique où fils, tissus et photographies se mêlent au papier donc dans des installations éphémères. C'est à cette artiste que la ville a confié le soin cette année de conduire la performance participative du festival.

Une performance qu'elle conduira le 29 mai dans la montée Saint-Maurice, en travaillant avec les quelques 26 000 origamis élaborés depuis janvier par une vingtaine de structures angevines. Maisons de quartier, collèges, écoles maternelles et même maison d'arrêt... Tout le monde à mis la main au papier. Montage dès le lundi 27 mai et exposition jusqu'au dimanche 2 juin.

Des artistes en "live" et en ville

Autre performance attendue, celle de Lek et Sowat. Déjà présents en 2012, ces deux artistes sont de retour avec un projet porteur de sens pour la ville : la mise en place de deux débuts de passerelle sur la Maine, symboles du renouveau annoncé des rives de la rivière. Internationalement reconnus, Lek et Sowat occupent actuellement les couloirs du prestigieux Palais de Tokyo, s'il vous plait. A partir du jeudi 30 mai, quai Monge et quai Ligny.

JBC est alsacien. Né en 1979, il a eu la chance de pouvoir voyager et notamment découvrir l'univers tropical de la Guyane. Le végétal, il connait, donc ! Lors du festival, il aura pour mission de redonner vie aux deux piliers grisonnants de l'entrée de la rue Saint-Julien, sur le thème précisément de la jungle. Un acte éphémère, qui pourrait bien perdurer si les angevins sont emballés. JBC interviendra aussi au cœur des Hauts-de-Saint-Aubin en recouvrant un certain nombre de boites aux lettres de motifs végétaux. A partir du jeudi 30 mai, rue Saint-Julien et quartier des Hauts de Saint-Aubin.

Paint House c'est quoi ? C'est un collectif regroupant des artistes peintres, des photographes, et musiciens. Invités pour la quatrième édition, les organisateurs leurs ont mis à disposition un cube de 4 mètres carrés où ils pourront laisser libre cours à leur imagination sur le fil conducteur du végétal. Histoire de préparer les angevins à la végétalisation estivale de la place ? Du vendredi 31 mai au dimanche 2 juin, place du Ralliement.

Parmi les autres artistes invités, citons Roti, 24 ans et "promis à un bel avenir" selon Yan Bernard, l'un des médiateurs culturels de la ville (A partir du mardi 28 mai, palissade du quai Ligny), Wen-Jie Yang, un photographe qui s'inspire de la nuit pour travailler en "light painting" (Samedi 1er juin et dimanche 2 juin: 15h, abbatiale du Ronceray) et, enfin, Jérôme Leclair et Simon Bardière dits "JLSB", spécialistes du son, qui inviteront les angevins à des siestes en plein air sur des transats Promenade au bout du monde (devant l'entrée du château), samedi 1er juin à 16h et dimanche 02 juin à 11h.b[

Concert et expos

Artaq n'oublie pas que la musique est indissociable de l'art urbain. Créée en 2009, la compagnie angevine "Soulshine" organise deux évènements durant le festival. Le premier se tiendra place du Ralliement le samedi 1er juin de 14h à 16h. Il s'agit d'un atelier "danse debout" avec Stéphane Ragobert. Un bal funk vous donnera l'occasion de vous tester le soir m^me à partir de 21h au même endroit. Le second' se déroulera le lendemain au Grand Théâtre et mettre aux prises des danseurs au cours de "battles", comprenez des duels (amicaux) de hip-hop. Dimanche 2 juin, 15h, entrée 3€.

Enfin, deux grande expositions complètent le programme et prolongeront le plaisir des visiteurs jusqu'au 15 septembre. Baptisée "ST.AR.S", la première réunira des artistes majeurs des arts urbains, sélectionnés par Yves Suty, galeriste à l'origine du festival et grand connaisseur du Street-Art. De quoi atténuer les regrets que pourrait laisser l'arrêt du concours Artaq dont les œuvres primées permettaient chaque année au public de découvrir une variété représentative de cette grande famille artistique au Grand Théâtre d'Angers, du samedi 1er juin au dimanche 15 septembre, tous les jours de 10h à 18h en accès libre.

La seconde quant à elle, permettra aux angevins de découvrir les portraits d'artistes de Philippe Bonan, un photographe qui depuis vingt-cinq ans promène ses appareils dans lei milieu du Street Art. A l'Abbaye du Ronceray, du samedi 1er juin au dimanche 15 septembre, de 10h à 18h, et toujours en accès libre.



















Angers Mag