Pour son centre-ville, Angers invente la végétalisation éphémère


Rédigé par - Angers, le 28/06/2013 - 17:12 / modifié le 01/07/2013 - 13:48


« Trop minérale » entend-on régulièrement au sujet de la place du Ralliement à Angers. Message entendu par la municipalité : après les arbres en pots de l’an dernier, les services de la ville viennent d’installer des jardins décoratifs et même une plage avec des palmiers. Mais l'opération est éphémère...



Pour son centre-ville, Angers invente la végétalisation éphémère
la rédaction vous conseille
Un peu de verdure sur ce décor stalinien permettrait aux Angevins de mieux apprécier cette place », commentait l’an dernier un internaute sur notre site, répondant à l’observation des élus de la minorité municipale qui la qualifiait de « morne place ».

La Ville d’Angers en a tenu compte puisque l’an dernier elle avait installé des arbres en pot. Cette année, elle récidive en installant un décor végétal de plus de 1000 m2 avec des fontaines de verdure, des arbres exotiques et même une plage. Les « transats » également proposés l’an dernier seront installés au beau milieu de ce paysage verdoyant.

Ce décor végétal, original et drôle, a été préparé par des étudiants du lycée horticole et agricole d'Angers-Le Fresne. Intitulé « En pâtisserie tout est permis », l'installation a obtenu un prix lors du dernier festival des Jardins de Chaumont-sur-Loire dont le thème était « Jardins des délices, jardins des délires ». Ce prix a été attribué à Matthieu Gabillard et Simon Tremblais, étudiants et Jean-Luc Larcher et Michel Moreau, enseignants, tous du LEGTA Angers - Le Fresne.

« Nous l’avons reproduit avec quelques aménagements pour tenir compte des spécificités de la place du Ralliement », explique Benoit Guais, agent de maitrise au service Parcs et Jardins de la Ville d’Angers.

« Pour que ça fonctionne il fallait construire un jardin dépourvu d’arrosage automatique, avec des plantes qui résistent à la sécheresse de cette place minérale et a sa fréquentation, très importante », poursuit le responsable « Nous avons toutefois prévu quelques arrosages et des réparations dues à un éventuel vandalisme. Car là où c’est situé, il y a un risque ».

Les jardiniers angevins ont ajouté à ce décor un petit « Angers Plage » avec un gazon synthétique de couleur sable, pour créer l’illusion. « Mettre un tas de sable sur cette place en pente c’est courir le risque de le retrouver en bas ». L’ensemble, à la fois « fragile et coûteux », selon les jardiniers, sera démonté le 28 août prochain.

En attendant cette végétalisation « devrait surprendre les Angevins et les touristes de passage », rappelle la mairie en précisant « qu’elle sera renouvelée chaque année ». L’an prochain ce sera le jardin de l’équipe lauréate du nouveau concours « Jardins d’expression », organisé actuellement dans le parc de Pignerolle, à Saint Barthélémy d’Anjou, qui aura la charge du jardin éphémère du Ralliement.

A noter que dans le cadre de cette installation, un spectacle lumineux, intitulé le « Jardin de Lumière », illuminera la façade du Grand Théâtre d’Angers chaque vendredi et samedi soir de juillet et août (sauf 13 juillet), de 22h30 à 1h.




Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur





1.Posté par marbre le 01/07/2013 12:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Nommer ces quatre étudiants talentueux serait une façon de leur rendre hommage.
Il faut encourager la créativité et ne pas se contenter de récupérer les idées des autres en s'en attribuant le mérite.

2.Posté par Yannick Sourisseau le 01/07/2013 13:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour,

Vous avez tout a fait raison. Il s'agit de Matthieu GABILLARD et Simon TREMBLAIS, étudiants et
Jean-Luc LARCHER et Michel MOREAU, enseignants, tous du LEGTA ANGERS LE FRESNE, France. Nous allons réparer cette injustice en intégrant leurs noms dans le sujet.
















Angers Mag