Présidentielle : les soutiens angevins d'Alain Juppé lâchent François Fillon


Rédigé par - Angers, le 02/03/2017 - 19:31 / modifié le 03/03/2017 - 13:24


Après le député UDI Michel Piron mercredi, le sénateur-maire Les Républicains d'Angers, Christophe Béchu a officialisé ce jeudi son retrait de la campagne présidentielle de François Fillon. Confirmant à l'échelle de l'Anjou, la fracture ouverte de la droite. Responsable du comité de soutien à François Fillon en Maine-et-Loire, la sénatrice Catherine Deroche estime que sa position est "encore tenable".



Marc Laffineur, Michel Piron et Christophe Béchu côte à côté le 25 mars 2016 pour lancer la campagne d'Alain Juppé en Maine-et-Loire. Les deux derniers ont décidé de retirer leur soutien à François Fillon.
Marc Laffineur, Michel Piron et Christophe Béchu côte à côté le 25 mars 2016 pour lancer la campagne d'Alain Juppé en Maine-et-Loire. Les deux derniers ont décidé de retirer leur soutien à François Fillon.
la rédaction vous conseille
La photo remonte à un peu moins d'un an. Le 24 mars 2016, devant un centre commercial angevin, le député-maire d'Avrillé Marc Laffineur (Les Républicains), son homologue du Layon et du Sud-Saumurois, Michel Piron (UDi) et le sénateur-maire d'Angers, Christophe Béchu (Les Républicains) posent ensemble pour officialiser le lancement de la campagne de soutien à Alain Juppé en Maine-et-Loire.

On connaît la suite. En novembre dernier, le maire de Bordeaux battu aux primaires par François Fillon, les trois parlementaires angevins se rangent à la cause de l'ex-Premier ministre de Nicolas Sarkozy. Mais ça c'était donc avant. Avant que François Fillon, informé de sa probable prochaine mise en examen et au bout du bout d'une longue réflexion, ne décide mercredi de maintenir coûte que coûte sa candidature, dénonçant un "assassinat politique" et s'en prenant vertement aux juges.

"On ne parle pas de la justice de cette façon. Trop, c'est trop, j'ai rompu le silence que je m'étais imposé jusque là parce que, là franchement, ça m'a paru totalement inacceptable", indique Michel Piron, qui, comme Bruno Lemaire et d'autres, a choisi de se retirer le jour même de ces déclarations de la campagne présidentielle de François Fillon. "La première des loyautés, c'est de rester fidèle à des principes sur lesquels on s'est engagé", appuie-t-il après coup de Rome, sans cacher son souhait : voir Alain Juppé revenir dans la course, en dépit de ses réticences. "Y compris dans mon propre camp, il y avait des hésitants. Mais j'espère que le bureau de l'UDI se prononcera clairement la semaine prochaine." 

Voir Alain Juppé revenir ? Christophe Béchu ne le dit pas. Mais le pense probablement très fort, à l'instar de Benoît Apparu et Edouard Philippe, les deux autres ex-porte-paroles du candidat à la primaire, avec lesquels le maire d'Angers a signé jeudi une lettre ouverte, pour officialiser son retrait de la campagne de François Fillon. "La tournure que prend aujourd’hui la campagne nous paraît incompatible avec notre façon d’envisager l’engagement politique. Dans l’exercice de nos mandats de maire, nous œuvrons tous les jours pour convaincre nos concitoyens de la nécessité de respecter nos institutions, et nous nous employons à construire dans le temps, en respectant nos engagements, une crédibilité et une confiance sans lesquelles il ne peut y avoir de gouvernement efficace et durable" soutiennent-ils notamment.

"Il va s'en tenir probablement là pour ce soir", explique t-on dans son entourage, tout en prenant le soin de préciser que le sénateur-maire d'Angers était "persuadé que François Fillon allait se retirer dès le confirmation de sa mise en examen". Au profit de qui ? Voir trois ex-leaders de la campagne d'Alain Juppé s'exprimer ainsi ensemble ne laisse guère de doute sur l'appel qui devrait suivre ces prochaines heures. Reste à savoir quelle position tiendra à son tour Marc Laffineur, "en mission à l'étranger", pour savoir si le maire de Bordeaux pourra compter de nouveau sur ses trois principaux soutiens en Anjou.

Catherine Deroche :  "Je considère que la fidélité est une vertu en politique"
Elle partage la même permanence parlementaire que Christophe Béchu sur Angers, mais pas ses avis en vue de l'élection présidentielle. "Je suis un soutien de la première heure de François Fillon et je considère que la fidélité est une vertu en politique. Je ne suis pas aveuglée sur tout ce qui se passe, mais je ne le lâcherai pas. Pour certains, la situation donne l'occasion d'un remake de la primaire. Moi je veux bien qu'on change de candidat, mais pour quel programme ? Alain Juppé n'a obtenu que 30 % des suffrages lors de la primaire. S'il se présente avec son programme, il ne correspondra pas aux attentes des électeurs de la droite et du centre.
Dans cette affaire, on voit bien qu'il y a une connotation extraordinaire par rapport à la procédure habituelle. Je considère que la position de François Fillon était tenable à condition d'une unité totale de la famille de la droite et du centre. Ça n'est pas le cas et je le déplore. Sa position est encore tenable vis-à-vis des électeurs, beaucoup plus indépendants qu'on ne veut bien le croire. Je reste persuadée que François Fillon est le seul en capacité de relever la France."




Journaliste, rédacteur en Chef d'Angers Mag En savoir plus sur cet auteur















Angers Mag











Angers Mag : #Angers REPORT'CITÉ trace sa route @Angers @MinistereCC @KeolisAngers https://t.co/5jrXBWmmjE https://t.co/dULolkaDWK
Mercredi 21 Juin - 12:33
Angers Mag : #Angers Ouest eMedia Presse (@angersmaginfo) a été placée en liquidation judiciaire https://t.co/vMG2O392Qi https://t.co/N9IyhvEjS3
Mercredi 21 Juin - 12:23
Angers Mag : « En Indonésie, le tourisme engendre des transformations profondes » #Angers https://t.co/gJQfDIqgwP https://t.co/bn8ODsUAFu
Jeudi 15 Juin - 10:03
Angers Mag : JoeyStarr, les différents visages de l'éloquence: Sur la scène du Festival d'Anjou le 15... https://t.co/9fZW6XZ2i2 https://t.co/bB4ZKtREuR
Mercredi 14 Juin - 12:03