Primaires citoyennes : où peut-on voter en Maine-et-Loire ?


Rédigé par La rédaction d'Angers Mag - Angers, le 21/01/2017 - 07:30 / modifié le 22/01/2017 - 23:16


Deux mois après la droite, sept candidats de la gauche et de l'écologie politique se disputent dimanche le 1er tour des primaires citoyennes. En Anjou, 80 bureaux répartis dans 60 lieux de vote seront accessibles pour les électeurs. Précisions.



Les sept candidats aux primaires citoyennes (de droite à gauche, et de haut en bas) : Jean-Luc Benhamias, Benoît Hamon, Arnaud Montebourg, Vincent Peillon, Sylvia Pinel, François de Rugy et Manuel Valls (photo montage PS Iroise)
Les sept candidats aux primaires citoyennes (de droite à gauche, et de haut en bas) : Jean-Luc Benhamias, Benoît Hamon, Arnaud Montebourg, Vincent Peillon, Sylvia Pinel, François de Rugy et Manuel Valls (photo montage PS Iroise)
la rédaction vous conseille
Jean-Luc Benhamias, Benoit Hamon, Arnaud Montebourg, Vincent Peillon, Sylvia Pinel, François de Rugy et Manuel Valls. 80 bureaux de votes, répartis sur 60 lieux, seront ouverts de 9h à 19h dimanche en Maine-et-Loire pour permettre aux électeurs des primaires "citoyennes" de choisir entre ces sept candidats

Si vous souhaitez voter et ne connaissez pas encore le bureau dont vous dépendez, le plus simple reste encore d'utiliser le moteur de recherche mis en place sur le site officiel des primaires citoyennes, lequel vous livrera la réponse en fonction de l'adresse qui figure sur votre dernière inscription sur les listes électorales.

Qui peut voter ?
 
Peuvent participer toutes les personnes inscrites sur les listes électorales jusqu'au 31 décembre 2016. Pour celles inscrites au cours de l'année 2016, les listes n'étant pas encore disponibles, il faudra se munir du certificat d'inscription délivré par la mairie.

Deux autres listes complémentaires sont constituées par les Français résidant à l'étranger et les mineurs adhérents de plus de 16 ans ou mineurs de l'étranger adhérents aux partis participants à la primaire.
 
Les modalités de vote
 
La participation au vote est fixée à 1 € par tour et chaque électeur signe une charte d'engagement stipulant qu'il partage les valeurs de la gauche.

Quelle participation attendre ?

Antony Taillefait, Jean-Louis Belliard et Aykel Garbaa, le trio de coordination des primaires citoyennes de gauche en Maine-et-Loire (de gauche à droite).
Antony Taillefait, Jean-Louis Belliard et Aykel Garbaa, le trio de coordination des primaires citoyennes de gauche en Maine-et-Loire (de gauche à droite).
La question nourrit une fébrilité manifeste chez les organisateurs. Deux mois après le succès de la primaire de la droite et du centre et six ans après l'expérimentation réussie par la gauche du nouveau mode de désignation de son candidat à l'élection présidentielle, personne ne pourra empêcher dimanche soir les comparaisons avec ces deux scrutins, pour juger de cette participation. 

En Anjou, le 20 novembre dernier, près de 52 000 électeurs s'étaient déplacés dans les 163 bureaux de votes ouverts pour le 1er tour de la primaire de la droite et du centre. Puis 55 000, une semaine plus tard pour le deuxième tour. Avec le succès que l'on sait pour François Fillon. 

En 2011, ils avaient été près de 29 000 personnes à participer au 1er tour de la primaire de la gauche dans le département, puis un peu moins de 31 000 au second tour. Des chiffres que les responsables du Parti socialiste de Maine-et-Loire ne seraient certainement pas mécontents de rééditer, compte-tenu de la désaffection que celui-ci connait au niveau national comme local. Et de l'attraction qu'exerce ici aussi le candidat du mouvement En Marche, Emmanuel Macron

Depuis deux mois, c'est un militant de Beaupreau, Jean-Louis Belliard, qui a hérité du poste de secrétaire fédéral suite à la démission tonitruante de son prédécesseur, Grégory Blanc. Un secrétaire fédéral en mission après ces instants de "tensions, douloureux, pour remettre tout le monde dans la perspective" des échéances électorales qui se présentent.  

S'il reconnaît que "le climat est aujourd'hui moins porteur" qu'en 2011, l'homme veut croire aux possibles succès, le printemps venu tant pour l'échéance présidentielle que pour le scrutin législatif : "Nous avons trois députés dans le département (Serge Bardy sur Angers-Mauges, Luc Belot sur Angers Nord et Marc Goua sur Angers Sud, Ndlr). Nous savons que la bataille sera rude, mais nous comptons bien conserver ces trois circonscriptions". Une ambition qui passe d'abord, il le sait, pas la réussite des primaires : "Oui, je regrette que toutes les composantes de la gauche ne soient pas représentées lors de ces primaires, mais elles n'en revêtent pas moins un enjeu démocratique et de mobilisation très important."


 



















Angers Mag