Quand Angers découvre ses premiers "indigènes"…


Rédigé par Cyril SIMON - Angers, le Jeudi 10 Juillet 2014 à 08:14


Printemps 1906. 90 indigènes en provenance du Congo, du Sénégal et du Soudan débarquent à Angers. Leur mission : reconstituer la vie d’un village noir sur la place du Mail, dans le cadre d’une grande exposition coloniale. L’épisode, pour le moins particulier, est rapporté jusqu'au 28 décembre au Muséum des sciences naturelles d'Angers, dans le cadre de l'exposition “Zoos humains, l’Invention du sauvage”, récemment passée par le musée du quai Branly.



La place du Mail transformée en village noir. Ici, cinq "figurantes" chargées de la distribution des vivres.
La place du Mail transformée en village noir. Ici, cinq "figurantes" chargées de la distribution des vivres.
la rédaction vous conseille
En plein âge d’or du sentiment colonialiste, Angers remplit, lors de cet événement, sa “mission civilisatrice”, comme l'appelait Jules Ferry. “Angers n’est pas épargné” explique Vincent Dennys, le conservateur du muséum. “Comme partout, ces spectacles plaisent et sont prétexte à une conduite raciale”.

Du 6 mai au 9 septembre, danseurs, sculpteurs, marabouts, musiciens, lutteurs jouent aux “occupations du pays”. Parmi eux, le chef du village, bijoutier dans la “vraie” vie. Les palmiers, les cases, l’odeur du “couss-couss”…. Tout est en place pour organiser des mariages, des séances de prière, et même des sépultures, sous les yeux de touristes ébahis. Une mise en scène fastidieuse pour cette première rencontre avec l’Afrique.

Mais attention, avant d’être exhibés, ces "figurants", placés dans des huttes, doivent être vaccinés. Louis-Joseph Barot, médecin-major de la marine militaire, écrivain, et futur maire d’Angers, a beau rassurer les Angevins sur l’hygiène des prétendus “sauvages”, les campagnes de vaccinations se révèlent indispensables au bon succès du village.

Un succès tel que la presse locale relaie des problèmes de circulation autour du Mail. “Le dimanche 3 juin, jour de la fête du Korité, on a même dû bloquer l’entrée du village pendant une heure”, précise le conservateur. Au final, près de quarante mille spectateurs se sont rués sur cette curiosité exotique.

“Un racisme scientifique assumé”

Mais au final, s’agit-il d’un spectacle ou d’une manifestation scientifique ? Un peu des deux à vrai dire. Et c’est le sens de l’expression “Zoos humains” : il s’agit du “passage d’un racisme scientifique à un racisme populaire” selon Vincent Dennys.

Cette science raciale pénètre dans la société “sans que cela soit forcément conscient”, précise-t-il. Le symbole de cette ambiguïté entre économie du spectacle, science et racisme ? La Vénus Hottentote à n’en pas douter. Cette Sud-Africaine fut exhibée en Europe dès 1810 comme le spécimen d’une “nouvelle race”, une histoire devenue film sous l'œil d'Abdellatif Kechiche, sous le titre “ La Vénus noire”. Au total, cinq siècles (1490-1960) d’exploitation de femmes, d’hommes et d’enfants sont parcourus dans cette exposition.

Déconstruire le passé pour mieux questionner le présent

Le conservateur du Muséum, Vincent Denis, devant le totem consacré au village noir.
Le conservateur du Muséum, Vincent Denis, devant le totem consacré au village noir.
Créée par l’Association pour la Connaissance de l’Histoire de l’Afrique Contemporaine (ACHAC) en partenariat avec la Fondation Lilian Thuram, éducation contre le racisme, cette exposition vise à questionner les enjeux identitaires contemporains. “Et ne surtout pas tomber dans une fascination morbide” prévient Alain Fouquet, adjoint à la culture de la Ville d'Angers.

Comment envisage-t-on l’altérité aujourd’hui ? Déconstruire le passé pour mieux appréhender le présent. C’est autour de ces problématiques que les Angevins seront invités à s’exprimer cet automne, notamment lors de l’événement Angers Mix’Cité, organisé le 8 novembre au Centre des Congrès. Le centre socio-culturel des 3 Mâts (quartier des Justices) accueillera également l’exposition deux semaines en février prochain. Nul doute qu'à l'issue de ces initiatives, les Angevins regarderont le jardin du Mail d’un autre œil.

"Zoos humains, l'invention du sauvage", exposition du 12 juillet au 28 décembre, du mardi au dimanche, de 14h à 18h. Muséum des sciences naturelles. Renseignements au 02 41 05 48 50.












Angers Mag












Angers Mag : Au comptoir de Mathilde... et de Catherine: Depuis la fin du mois d'octobre, la rue... https://t.co/wkV9xA1N3F https://t.co/6yuEQFFF5o
Mercredi 7 Décembre - 08:00
Angers Mag : A l’Ecole démocratique, on fait ce qu’on veut… ou presque: Basée sur la liberté... https://t.co/j0ywJZAzgI https://t.co/jEK0S9wvGs
Mercredi 7 Décembre - 07:31
Angers Mag : RT @LeQuai: N'oubliez pas d'aller voir #AdishatzAdieu ce soir. Vous nous remercierez demain. #Theatre #JonathanCapdevielle #Angers RESA 02…
Mardi 6 Décembre - 13:55
Angers Mag : A Angers, Montessori a pris racines: Porté par des éducateurs convaincus, les méthodes... https://t.co/bXNDdgyLpz https://t.co/nar3Qs6vye
Mardi 6 Décembre - 07:30







cookieassistant.com